Lisson - infos autour de la vigne et du vin - et d'autres choses

hoax et fraude - bis

30 Juillet 2008, 11:18am

Publié par Iris Rutz-Rudel

Il y a à peine un mois, je mettais mes collègues vigneron(ne)s en garde contre un émail provenant d'un certain Franck Brown, soi disant collaborateur de Stratford's Wine Shippers & Merchants Ltd en Angleterre, qui avait éveillé ma suspicion. Méfiance, qui s'avérait fondée, une fois renseignement pris auprès de la société en question.

Hier rebelot: Ce coup-ci, c'est un James Harris, qui prétexte dans un émail au titre "INFO COMMANDE" d'être collaborateur de Berkmann Wine Cellar Limited London.

Là aussi, la réponse à ma demande de fiabilité de ce mail montre, que James Harris/Franck Brown = même combat:

Dear Iris

Thank you for your email and apologies for the delay in response. I can confirm that the email does not come from Berkmann Wine Cellars and is a hoax. We have informed the UK Trade Press.

There is no employee by the name of James Harris (or Franck Brown if you also come across this name) within the Berkmann Group. If you could please alert your colleagues within the wine industry that would be appreciated.

Kind Regards
Clare Leech
communications manager
Berkmann Wine Cellars

On me demande de vous prévenir, chers collègues, c'est donc fait.

Et à cette occasion: bonne chance pour tout le monde pendant les dernières semaines avant vendanges, du beau temps sec et ensoleillé pour vous tous -  pas d'orages avec grêle - un mildiou maitrisé et un raisin sain après toutes ces périodes difficiles dans les vignes un peu partout cette année!



Croisons les doigts pour tout le monde!







Voir les commentaires

Vendredis du Vin # 16: Vins de Table

25 Juillet 2008, 11:27am

Publié par Iris Rutz-Rudel

C'est encore un caviste alternative, qui préside ce moi-ci aux Vendredis du Vin et nous appelle de présenter nos vins de table: ce mois-ci, c'est aux vins de table que je vous invite à rendre hommage, ou plutôt à ces drôles-de-jus produits par ces vignerons-atypiques-qui-font-des-vins-atypiques.

Que faire, si votre cave regorge de ce genre de vins, parce que vous êtes vigneronne et vous n'avez jamais fait d'autre chose que de produire ce genre de bêtes bizarres?




Des Vins de Table au rendement moyen de 10 hl/ha (les bonnes année et si les sanglier ne prélèvent pas leur part), des vins issus de cépages atypiques pour les AOC avoisinants, plantés d'une manière, qui ne correspondait pas au schéma directeur qui donne droit aux subvention à la plantation, dans une structure, qui bat même les vignerons garagistes de par sa taille minuscule (1,5 ha en coteaux). Des vins  vinifiés sans artifice, à macération longue, non éraflés, sulfités qu'au stricte minimum (entre 10 et 15 mg/l total en bouteille) et élevés au moins 18 mois en barrique - vendus (et achetés) par des amateurs à 20 € la bouteille ou plus - de la bibine quoi! 

Des vins pas ou peu distribués par des cavistes  en France (à l'exception de quelques
ZinZins), mais présents sur des très bonnes tables de restaurants, dans quelques guides spécialisés dans les vins aussi vrais que la nature (qui est parfois bien sauvage), au Japon, au Canada et chez les blogguers vinophiles...

Mais mon vice ne s'arrête pas là, dans ma propre production - il continu depuis longtemps dans les réserves de ma cave - les annales des Vendredis du Vin le prouvent bien:

du premier avec L'Ubac


en passant par le TIB 56 des Dupéré-Barrera
 
Le Ribeyrenc de Thierry Navarre 
La Closerie de Bertrand d'un vigneron amateur


Du vino di tavola Rosso N° 13 

au BU N'DAW de la Grange des 4 Sous

Ma participation aux Vendredis est ponctuée d'hommages à ces vignerons-atypiques-qui-font-des-vins-atypiques - à croire que j'ai un lien particulier avec ces bêtes-là:-).

Comme d'autres participants réguliers ne sont pas en reste sur ce sujet non plus, je vous conseille d'aller fouiller dans leurs archives, que ce soit
Olif, Philippe Rapitau de la Pipette, ou le cher Estèbe et son top slurp et suivre attentivement le compte rendu de cette édition des Vendredis, que Laurent du Feu à la Cave a mis  en ligne ici.



Voir les commentaires

vin et pornographie - même combat?

24 Juillet 2008, 19:15pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

Sans être spécialiste du déchiffrage des textes alambiqués de la loi française, je me suis quand même demandé, si un blog de vigneron serait encore autorisé d'apparaître sur la toile en plein jour - ou si bientôt mes lecteurs devront d'abord montrer patte blanche et date de naissance, avant qu'ils soient autorises de lire mes posts furtivement au claire de la lune, en tirant les rideaux et surtout sans rentrer en communication avec la rédactrice de cette prose douteuse par voie de commentaire.

un scénario bientôt interdit?

Mais lisez vous même le texte d'un document de proposition d'adaptation de la loi Evin par rapport à la communication des boissons alcooliques et de leurs producteurs sur Internet, que publie The Decanter du 24 juillet en avant première et que vous allez peut-être mieux comprendre que moi.

Ensuite, tant que c'est encore possible, je vous serais reconnaissante, de me faire une explication de texte!


Voir les commentaires

la cigale ayant chanté tout l'été...

24 Juillet 2008, 11:23am

Publié par Iris Rutz-Rudel

Depuis que les grosses chaleurs se sont finalement installées dans le Midi, la bande sonore de Lisson s'est de nouveau enrichie des chants stridents de choeurs des ensifères, caelifères et homoptères -  mieux connus comme criquets, grillons et cigales.

Les dernières signalent l'été, sont omniprésentes les jours bien ensoleillés du matin au soir mais difficiles à prendre en photo. Même si le chant fort des mâles indique facilement l'arbre, sur lequel ils se sont installés, leur camouflage est si efficace, qu'on ne voit rarement autre chose que leurs exuvies (enveloppes larvaires), accrochées sur les branches.


Mais l'autre jour, Klaus m'a découvert une, qui avait choisi la face protégée du vent d'un de nos grands tuteurs de vignes dans le Pinot, pour se reposer et elle a bien voulu m'accorder une séance de photos:



Avec leur prédilection pour les paysages de vignobles, elles symbolisent le Midi et les lisières de bois tout autour et quelques bosquets au milieu de nos vignes leur offrent un habitat de rêve.


Pour écouter leur chant, vous pouvez cliquer sur ce lien - 24 secondes de bande sonore d'une balade d'été sur la colline de Lisson ou aller visiter cette page, qui montre des enregistrements de toute une panoplie de congénères autour du monde - chacune chante dans sa langue:-)

Je n'ai bien sur pas pu m'occupper des cigales sans penser à Aesop et La Fontaine, d'autant plus que les fourmis sont également omniprésentes et s'affaires devants nos nez à leurs incéssants travaux  et même leurs guerres:


La bataille faisait rage l'autre jour


et les combattants étaient infatiguables



Une danse farouche - accompagné du chants des cigales dans les arbres autour.


Que faisiez-vous au temps chaud ?
Dit-elle à cette emprunteuse.
- Nuit et jour à tout venant
Je chantais, ne vous déplaise.
- Vous chantiez ? j'en suis fort aise.
Eh bien! dansez maintenant.

Voir les commentaires

Du Lisson au Bouchonné

13 Juillet 2008, 11:39am

Publié par Iris Rutz-Rudel

Grasse matinée de dimanche devant l'ordinateur, le premier café au lait à côté de moi, après une après-midi d'orages (sans grêle:-)!), qui ont encore bien arrosé la colline hier tout l'après-midi (merci à Philippe de la pipette, pour son soutient maraboutique!)

Dehors de nouveau soleil et un jolie bruit de vent de Nord-Ouest, qui promet de vite secher la végétation, même s'il va peut-être perturber le traditionnel feux d'artifice, qu'on prépare à Olargues pour cette veille de 14 Juillet.

Le téléphone sonne et me sort de mes lectures à l'écran - une voix sympathique à l'accent prononcé - c'est un jeune sommelier Québécois de Montréal, du joli nom de Steve Beauséjour, qui sort de son service (chez lui, c'est 4 heures du matin) et tient à me dire, à quel point il apprécie deux de mes vin, qu'il sert dans un bar à vin au nom étonnant du bouchonné de  l'autre côté de l'océan.


www.bouchonne.com

Au fil de notre conversation, je veux bien croire, ce qu'écrit un critique anglophone sur son passage au bar: "Incidentally, this was some of the friendliest most genuine service in the city and made a big difference in my appreciation of the evening."

Ils ont Les Échelles et le Clos du Curé 2005 sur leur carte, qui étaient avec quelques bouteilles du Clos des Cèdres, les premiers vins, qui ont fait le longue voyage à travers les périples de l'importation privée par la  SAQ et l'Océan, pour arriver au Québec fin de l'année dernière.

C'est Diane Turcotte de Vini-Vin, que j'avais rencontré il y a deux ans à Vinisud, qui m'avait fait la confiance de les commander - et je me souviens encore bien de mes sentiments, de les laisser partir si loin, sans pouvoir les accompagner, le jour, où je les ai mis sur le cul d'un camion de transporteur à Olargues. (les semis remorques, qu'ils utilisent, ne passent pas dans notre chemin, nous donnons donc toujours rendez-vous au village...).

C'est comme laisser partir ses enfants à l'étranger - et même, s'ils ont déjà voyagé au Japon pendant plusieurs année, chaque nouvelle destination ressemble à une aventure - et j'aimerais bien jouer à la petite sourie, pour savoir, s'ils sont bien reçus, là où ils vont, mes chers petits.

Cela me faisait particulièrement plaisir aussi, de savoir que les deux petits personnages de l'étiquette (mon mari Claude Rudel, décédé en 2001 et moi) allaient voir le pays de résidence de leur
créateur, Paul Driessen, dessinateur de films animés, qui vit l'été à Olargues et hiberne à Montréal!
 

pas au restaurant, mais encore à table à Lisson: le Clos du Curé 2005

Donc encore plus d'importance, de recevoir cet appel ce matin, qui me confirme, qu'on prends soin d'eux, qu'on les traite comme il faut, en les caraffant à besoin, pour leur donner le temps de s'épanouir. Que la salade d'onglet de boeuf mariné les accompagne à souhait et qu'ils surprennent les amateurs, qui découvrent le Pinot sous une forme, qui les surprend et réjouit.

Merci l'équipe du bouchonné, pour ces bons soins, merci Steve, pour ces nouvelles de mes chers petits, qui m'a mis encore plus de soleil au coeur ce matin!

Donc si vous venez à Montréal, fautes de ne pas pouvoir en boire à Paris, vous pouvez goûter des vins de Lisson au:

Comptoir À Vins Bouchonné
9 Fairmount E.
514.273.8846

Et si vous avez un appétit plus grand et plus de temps, vous pouvez aussi visiter son grand frère, le restaurant La Montée du Lait , dont vous ont déjà parlé les amis Dupéré-Barrera sur leur blog l'année dernière et dont ils nous ont dit, que: La carte des vins, elle, ferait pâlir de jalousie plus d'un restaurant gastronomique ! C'est presque un livre.


Voir les commentaires

Du propre dans la vigne et encore des orages à l'horizon

11 Juillet 2008, 10:20am

Publié par Iris Rutz-Rudel

Comme chez tous les collègues, ce début de vacances pour les autres n'est pas un temps de repos à Lisson.

Même si nous avions plus à souffrir de la chaleur - bienvenue pour la vigne - que du mauvais temps, qui sévit dans d'autres régions de la France, les reserves d'eau dans les sols - très bienvenues, elles aussi - nous ont donné un sacré supplément de travail. Là, où avec un peu de chance et une tonte au bon moment, un seul passage à la débroussailleuse suffisait d'autres années, Klaus est déjà au deuxième passage. Des parcelles toutes propres fin Avril étaient à reprendre en Juin/Juillet, comme si on ne les avait jamais nettoyées. Et pendant que la végétation s'épanouissait au soleil et la chaleur aidait à guérir les quelques petites attaques de Mildiou ici et là, les vignerons se ratatinaient à chaque intervention dans les coteaux, avec des pertes de sueur de 2 à 3 litres - pèse personne à l'appuie:-).



Mais maintenant, le plus gros est fait


avant et après



Le Clos des Cèdres est aussi rentré dans le rang


et on voit au premier plan le Merlot, qui pette la santé:


Reste à fignoler le nettoyage des pieds et l'attachage sur les piquets, comme ici, dans la parcelle la plus haute du Clos de Curé avec le Pinot:


Le faucheur va être content, de pouvoir se passer bientôt de ses protections, dignes de Bibendum,  si nécessaires, pour eviter les blessures par les éclats des pierres et bouts de bois, que la débroussailleuse lui envoie régulièrement:



et la vigneronne pourra se consacrer un peu plus à la manucure:




et à espérer, que les orages, annoncés pour ce soir, ne s'accompagnent pas de grêle!


Voir les commentaires

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog