Lisson - infos autour de la vigne et du vin - et d'autres choses

Le printemps - un grand amateur Suisse découvre nos vins sauvages

14 Mai 2011, 14:01pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

Merci aussi à Peter Züllig, grand amateur et connaisseur de vin venu de Suisse (via le Cap d'Agde) en compagnie de sa charmante compagne, d'avoir aimé nos vins sauvages au point, d'en avoir fait un bel article sur le plus grand forum de vin Allemand, Wein-Plus


 

vins sauvages Wein-Plus

.

Les germanophones pourront le lire dans le texte, en cliquant sur l'image ci-dessus - pour les autres, je me suis permis, de traduire quelques passages, qui m'ont particulièrement touché et enchanté - même si, encore une fois,  ma modestie a du en pâtir;-)....

 

„Vins sauvages“ sont censés d'être élaborés ici. Le terme est difficile à traduire. Littéralement: wilder Wein, dans le sens : vin authentique, proche de la nature. Je pense, s'il y a des abeilles sauvages, du riz sauvage, des animaux sauvages etc, pourquoi pas aussi du "vin sauvage".

 

"Vinification naturelle, culture organique" si je regarde le vignoble et plus tard - ans la maison cinq-centenaire - l'élaboration des vins et quand j'écoute la vigneronne, c'est là ,que je comprends: ce ne sont pas des des mots à la mode ici, comme tout ce blabla bio des supermarchés. Ce sont ici des termes, pour une culture du vin "hors piste", qui n'est pas seulement poursuivie avec persévérance mais aussi vécue au quotidien."

 

Lisson haus ZülligLisson Avril 2011 - copyright : Peter Züllig

 

"Les "vins sauvages", comment sont-ils? Comment est-ce qu'ils se présentent? Une visite de vigneron sans dégustation - inimaginable.

 

Dans la cave fraîche, les vins se présentent un peu "froid", peut-être même un peu inaccessible. Mais ils s'ouvrent déjà après la première gorgé - leur gesticulation sauvage se calme au palais - le sauvage se transforme en gorgé fine, différenciée, séduisante et savoureuse. Ce qui semblait être des angles et accroches s'adapte, à un panorama de la nature, que je m'imagine, qui inspire ma fantaisie: d'abord thym, romarin, laurier, sarriette et marjolaine, ensuite persille, estragon, cerfeuil, même de la ciboulette sauvage et des châtaignes. Que de l'imagination? Résultat d'une nature tout juste saisie dans la panoplie des odeurs de ce qui m'entoure? Est-ce que tous ces arômes reniflés se retrouve vraiment dans le vin? Où est-ce qu'ils n'existent que dans mon imagination?

Cela n'a finalement pas beaucoup d'importance, ce n'est important que pour le chroniqueur. Ce qui importe finalement: les vins sont bons, ils sont uniques, ils sont uniquement bons,  bref des vins sauvages."

 

carte postale Lissoncarte postale copyright: Lisson

 

et Peter Züllig conclut son article, avec ces mots:

 

"C'est rare, que j'écris une colonne sur un domaine isolé. Ce coup-ci je fais une exception. Pourquoi? Parce que tout est un peu différent, la vigneronne et son partenaire, le domaine, la vigne et le vin. Je connais la vigneronne depuis des années - que virtuellement. Dans le temps, elle écrivait aussi dansle forum de Wein-Plus. Ensuite elle s'est plongée dans son propre blog (http:weingut-lisson.over-blog.com). Je l'ai croisé de nouveau lors des "Weinrallye". Et maintenant, j'ai aussi connu (un tout petit peu) son monde réel.

 

La conclusion: Il est quand même bien, de quitter l'Internet du temps en temps, pas seulement pour boire et savourer des vins, mais aussi pour apprendre, comment ils naissent, dans quelle lutte, par exemple contre le goût prononcé des sangliers. Des vins spécials ne se font pas dans des espaces épurés, quasi en quarantaine. Ils naissent surtout dans la nature, avec des sage-femmes comme Iris Rutz-Rudel, qui sait élaborer quelque chose d'inimitable, des vins sauvages."

Voir les commentaires

Le printemps - une belle table pour nos vins de très bonne table

14 Mai 2011, 13:12pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

- et pendant que la vigne pousse à vitesse grand V après ce longue hiver, ce sont les visiteurs, qui sont descendus (et même montés pour certains) à Lisson, pour découvrir nos vins, venir chercher leur commandes, faire un petit coucou ou passer un moment plus longue.

 

 

Merci, Hubert, ami fidèle de l'Alsace, dont l'arrivée pendant les vacances de Pâques nous annonce le printemps, bien avant les hirondelles...

 

Olif, un autre habitué entre temps, qui prenait quand même un peu de temps dans sa course effrénée du Languedoc 2011, peut-être content, d'être dispensé de balade dans la vigne ce coup-ci, vu que la nuit avait été courte...

 

et une autre surprise:

 

Toute la "petite famille" de Laurent Crouzet, du restaurant La Table de Roueire entre Béziers et Narbonne, qui avait pris rendez-vous pour une première visite à Lisson, avec dégustation à la cave.

 

Surprise, parce que les vins de Lisson n'intéressent pas beaucoup les restaurants de la région - surtout, quand leur cuisine s'adresse plutôt au touristes et se limite à quelques plâts standards - avec des vins, certes de la région, mais choisis la plupart du temps dans la gamme des vins, qu'on trouve aussi dans tous les supermarchés du coin, et qui, achetés au tarif encore réduit chez le vigneron, permettent, de réaliser une belle marge, sans trop de risques - pour le restaurateur, de devoir employer du personnel formé en vin, pour pouvoir conseiller - et pour le client, d'être dérouté de ce qu'il se paye déjà tous les jours chez lui...

 

Et surprise aussi, parce que la visite du site de Laurent Crouzet m'a fait découvrir une belle carte, avec des menus, qui montrent par le choix des ingrédients, qu'ici, on peut vraiment s'attendre à trouver des produits régionaux et une préparation imaginative et gastronomique:-)!


 

table de roueire

 

 

Je me sens donc honorée, que ce jeune chef  - que j'ai ressenti comme un homme passionné, loins de tout chichi et vraiment à la recherche  des  saveurs authentiques - vient d'ajouter les millésimes 1999 et 2001 de la gamme des vins de Lisson - mures à point - à sa déjà très belle carte de vin de la région,où ils se trouvent en très bonne compagnie:-) !

 

Ses Lisson 1999 - des "collecteurs", comme dirait l'ami Francis, épuisés depuis longtemps à la cave, - comme d'autres vieux millésimes, qui nous apportent encore des éloges -  il les a trouvé chez Philippe Catusse au Chameau Ivre à Béziers, un bar à vin/caviste à ne pas rater, si vous passez dans la région.

 

Donc:  La Table de Roueire, une adresse, que nous n'allons pas manquer d'aller voire cet été!

Voir les commentaires

Le printemps - le retour de l'Hédoniste

14 Mai 2011, 12:18pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

Les vins de Lisson étaient montés à Paris -  une vidéo pris sur les coups de coeur des participants par Antonin Iommi-Amunategui, mieux connu comme Vindicateur  en témoigne

 

 

  hedoniste video

 

Nombreux, les blogueurs vin de la scène Parisienne, qui étaient venu à cette soirée, des toutes jeunes, comme Pauline Boet du blog EyesWineOpen, des moins jeunes, aussi bien dans le monde du vin que sur le Web, comme Jacques Berthomeau , qui avait bien annoncé la soirée sur son blog Espace de Liberté - et je ne pourrait pas tous nommer, regardez plutôt a vidéo:-).

 

Chacun pouvait choisir et présenter son "coup de coeur" de la soirée - il y avaient les amateurs du vin nturel, style "pure jus de raisin", comme des dégustateurs plus patients, plus habitués aux vins, qui demandent de temps - pour leur élaboration, comme pour bien choisir le moment, de les déguster, voire boire.

 

J'étais bien contente, de retrouver ma collègue Isabelle Perraud, seule vigneronne de notre groupe plutôt informel de vignerons blogueurs, à avoir fait le déplacement dans la capitale avec Bruno, son mari, dans ceux, qui avaient aimé un Lisson -notre Pinot/Cabernet 2008, assemblage inédite et encore loin de sa maturité en bouteille:

 

Isabelle

 

Mais elle les connaissait déjà, nos vins - aussi bien de notre première rencontre des vignerons blogueurs à Bordeaux, d'il y a 2 ans bientôt, que d'une journée passée ensemble au MillésimesBio cet hiver...et ses vins ont  également une place préférée dans la cave de Lisson....

 

L'autre dégustateur averti, qui avait choisit notre Mourvèdre, pour l'analyser pour la vidéo, n'était pas d'autres, qu'Emmanuel Delmas, du blog Sommelier, qui enrichit la blogosphère du Web depuis des longues années de ces conseils avisés - un choix, qui m'a enchanté et touché:

 

emmanuelà la suite de cette soirée, il y a plusieurs cartons de vins de Lisson, qui sont parti sur Paris, et qui vont donc permettre à  ceux, qui ne les avaient pas encore découvert chez le seul caviste, qui les a à sa carte à Paris, de se faire leur propre opinion.

 

Donc encore merci à Eva et Antonin, d'avoir organisé cette soirée par pure curiosité et de leur propre initiative - et en commandant les vins - donc tout le contraire d'une opération marketing commandée par les vignerons:-)! Et à l'Hédoniste, pour avoir mis son cadre à contribution.

Voir les commentaires

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog