Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Lisson - infos autour de la vigne et du vin - et d'autres choses

ma chute du Mur

9 Novembre 2009, 10:27am

Publié par Iris Rutz-Rudel

Ma Chute Du Mur n'était longtemps pas accompagnée d'images, de celles qu'on peut voir encore cette année sur tous les écrans, comme le relate le monde dans son article d'aujourd'hui.

Je n'étais ni à Berlin, ni ailleurs en Allemagne, ni devant un écran de télévision, ce soir du 9 Novembre 1989 - il y a 20 ans déjà - mais comme tous mes compatriotes, je me souviens de cette soirée.

Née dans l'Allemagne de Ouest, la RFA, qui, contrairement à son opposé à l'Est, la RDA ne portait pas la démocratie dans son sigle, je sortait d'une des rares familles sans attaches vers l'autre état allemand, je n'avais jamais visité Berlin et ses 140 km de mur, ni vu le rideaux de fer qui séparait les deux Allemagnes et qui était à la fin à sa quatrième génération revue et augmentée - me rappelant par cela nos clôtures électriques, mais en bien plus efficace.

J'avais grandi dans cet état de fait de séparation, il était aussi cimenté dans ma tête, que dans celle de milliers d'autres de ma génération - la suite de toutes les atrocités de la deuxième guerre mondiale et du régime des Nazis - une sorte de punition mérité pour celui, qui comme moi a lu à 14 ans les protocoles des Procès de Nuremberg, qui m'ont marquée pour la vie...

et j'avais la chance, d'être née du bon côté - dans la zone occupée par les Anglais, occupants bien intégrés, qui nous permettaient d'écouter les Charts de musique pop sur leur station radio BFBS (British Forces Broadcasting Service) - ces Top of the Pops, qui accompagnaient mes devoirs pendant les après midis après l'école, m'apportaient tous les tubes de la musique rock naissante des années 70, que je connais encore par coeur aujourd'hui.

Rien ne me prédestinait à être particulièrement sensible à la réunification Allemande - encore moins depuis que je m'étais exilée en France en 1980 - comme c'était loin tout cela.

1989 - ma deuxième année à l'école de viticulture de Béziers, le début du défrichage de notre colline, qui devrait durer une année entière en préparation de notre grand projet: la création du vignoble de Lisson.

J'étais en train de relire mes notes de cours d'oenologie ce soir là, blottie dans un coin de mon canapé à la lueur de l'habituelle lampe à pétrole - la radio sur piles, notre seul luxe "électronique" à l'époque, diffusait France Musique, comme d'habitude - les années Pop était loin derrière moi, quand d'un seul coup la nouvelle passe, bande sonore en directe en appuis: le mur a Berlin est tombé - on entende la foule, qui se rue à travers, les cries de joie des deux côtés - et là, au fond de ma forêt à Lisson, je fonds en larmes, l'émotion me coupe le souffle- je retrouve à peine ma voix, pour expliquer à Claude Rudel, qu'il m'arrive quelque chose, que je n'aurais jamais cru possible - parce qu'il arrive là, dans mon pays quelque chose d'incroyable, que la radio nous transmet un grand moment historique - et que cela me touche profondément...

Le lendemain matin à l'école, mes camarades du cours viti/oeno m'en parlent, ils ont vu les images à la télévision - je me vois leurs expliquer,  qu'il fallait s'imaginer un mur avec des barbelés et des miradors au milieux de leur ville, sur l'avenue Paul-Riquet, qui empêche les gens de se voir, de se parler, qui sépare les familles, où on tue ceux, qui veulent passer de l'autre côté.

Oui, la Chute du Mur reste aussi présente chez moi - même 20 ans plus tard, 20 ans, qui ont vu pousser la vigne derrière la maison, qui ont changé ma vie, comme celle de beaucoup d'autres - et les images, qui sont diffusées et que je peux voire entre temps retransmises par satellite, m'émeuvent toujours autant!

Je n'ai pas trouvé d'enregistrement de Rostropovitch, jouant du Bach quelques jours après devant le mur - mon côté France Musique, mais - merci Francis - je vous met ce lien vers youtube...  et je vous joins donc le morceau, qui est venu la "hymne à la chute du mur" pour les Allemands après - mon côté "top of the pops" d'antan:








Commenter cet article

Ragnhild 13/11/2009


C'était magique, ce moment pour tant de gens et générations !!! L'année même, un grand sapin de nos forêts faisait le tour de Drøbak, Norvège à Berlin pour embellir la place devant le Brandenburger
Tor. Maintenant, c'est le 20me sapin qui vais fêter la paix entre nos deux pays :D. Bisous


jean Paul 15/11/2009


je viens bien tard pour te dire toute mon émotion à lire ce récit vécu par toi de la chute du mur. Merci

Jean Paul


Ninne 16/11/2009


Je suis touchée  par tes reflecrions fondues sur ce moment historique qui a influencé tout l'Europe et changé la vie d'une population entière! Jusqu'àl a semaine dernière je ne
connaissais pas l'hasard qui inaugurait le chute.
Stor klem, ma Iris!


Durgalola 19/11/2009


je viens de chez Ulysse qui vante les mérites de votre vigne - même les animaux viennent manger les raisins ...
et cet article sur le mur me rappelle qu'en 1989, nous venions d'adopter notre fille Célia et cette année extraordinaire où l'Allemagne s'est réunifiée.
1989 - bicentenaire de la Révolution Française (quoiqu'avec le recul il n'y avait pas que du bon)
bonne soirée


Bandolera 21/11/2009


Je viens de chez Ulysse ... C'était pour moi, étudiante également, un moment d'émotion vécu depuis Strasbourg. Depuis, je suis retournée à Berlin deux fois, en 1996 où j'ai vu une forêt de grues,
c'était impressionnant, et en 2005 où j'ai été subjuguée par l'architecture audacieuse, ça et là dans la ville. Longue vie au domaine et beau week-end Iris !