Lisson - infos autour de la vigne et du vin - et d'autres choses

tour de maison du vin naissant

4 Novembre 2009, 12:08pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

ce n'est pas tout, de se pâmer dans les éloges des vins des millésimes précédents, même si cela console des déceptions de la récolte. Pendant ce temps, c'est le vin nouveau, qui demande notre attention et nous remplit d'espoir.

Il y a un peut plus d'un mois, c'était encore du jus de raisin prometteur



qui commençait sa fermentation en douceur dans la cuve en haut, au grès de ses levures indigènes, donc ceux, que les baies avaient apporté sur leur pruine. C'est le petit coté brumeux sur les grains, qu'on voit, quand les raisins ne sont pas maquillés par les résidus de trop de traitements à la vigne. Les nôtres étaient vierges cette année, le beau temps sec depuis le mois d'août nous avait dispensé de tout traitement, donc même pas une trace bleu-cuivre de bouilli bordelaise en 2009 - on c'est régalé à croquer les raisins à la vigne et en dessert à la maison, même pas besoin de les laver avant - c'est rare!



La couleur du jus est encore particulièrement profond cette année, cela montrait déjà le premier échantillon, au goût encore dominé par les sucres pas transformés - jus encore trouble, parce que la fermentation tient les levures et d'autres molécules en suspension et nos pigeages du chapeau de moût, qui remonte chaque jour en haut du jus dans la cuve, mélangent allègrement tout cela, pour une meilleurs extraction.


Mais maintenant, le bouillonnement dans la cuve c'est calmé et le miracle de la transformation du jus en vin touche à sa fin. J'ai choisi un "verre d'amitié" - un des verres à dégustation, que Francis Boulard m'avait offert à Bordeaux et qu'il utilise dans sa cave en Champagne, pour honorer ce moment: du vin presque noir de Lisson, qui tapi déjà les parois du verre de ses larmes épaisses et contraste avec le bleu de notre ciel et le rouge flamboyant de notre pergola...

Et fière, comme tous les parents, j'ai porté ce bébé partout dans la maison, pour le présenter à son environnement pour les prochain 18 mois (une fois enfermé dans sa barrique à la cave, il n'aura plus trop l'occasion, de le voire).


rouge sur blanc

sur le tapis persan

couleurs sauvages

en musique

J'ai même joué à la devinette du compte de fée:



Miroir, mon miroir, qui est plus beau

la réponse était sans équivoque:



c'est lui!




dans toute sa splendeur!


Commenter cet article

Tiuscha 05/11/2009


J'ai fait à l'ancienne aussi lors de mon stage de vinif, c'est très physique !


marsha 09/11/2009


Ton vin est décidément très joli ! C'est aussi rassurant de voir le soleil qui nous manque cruellement à Vancouver en automne.


Ragnhild 10/11/2009


Magnifique, ma belle amie ! Je viens le goûter dans quelques années :D. Mille bisous et store klemmer du grand nord


ulysse 17/11/2009


Hello Iris  : délicieux ce compte rendu comme ton vin nouveau je n'en doute pas ! je viens de mettre en ligne ma note sur ton domaine 

je te souhaite une belle journée et je reviendrai te voir en ton domaine en 2010  


Durgalola 20/11/2009


je trouvais déjà Ulysse très poète avec le vin, mais le voilà devancé avec vous. Ce vin est bien materné... bonne soirée


Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog