Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Lisson - infos autour de la vigne et du vin - et d'autres choses

Question test pour un caviste

10 Janvier 2006, 20:19pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

Vous vous rappelez de mon passage chez les « Caves du Panthéon », rue Saint Jacques avant la dégustation du soir.

Comme l’accueil avait été sympathique, je m’étais promis d’y retourner sur mon chemin vers la gare et de poser la question « test », que je dois souvent poser lors de mes voyages : « Je ne peux emporter qu’une seule bouteille (si je n’ai pas déjà 5 kg de livres en trop, c’est parfois 3 bouteilles) – quelle vin est-ce que vous me conseillez ? »

En bon professionnel, le caviste cherche à sonder un peu mes goûts. Sur la question : dans quel ordre de prix, je ne peu que rétorquer : pas d’importance – pour une seule bouteille, je ne vais pas me formaliser (bon, j’admets, qu’au-delà de 100 €, j’aurais tiré le frein – mais une bonne bouteille vaut bien le prix d’une chambre d’hôtel à mon avis).

Donc interrogée, j’essaye de définir mes attentes – c’est toujours plus facile par le négatif :

Pas forcement un vin trop facile à boire, pas un vin simplement sur les arômes primaires de fruit, pas à boisé dominant non plus, pas technologique, pas gouleyant, pas des vins soit disant « féminins ».

J’aime les vins, qui ont de la texture en bouche, des vins tactiles, des saveurs un brin sauvages, s’il y a des tannins, qui accrochent encore un peu (vu que je les bois toujours trop jeunes), cela ne me dérange pas. Avec tout cela, pas de préférence pour des cépages ou des régions. Ah oui, j’avais dit, que je voulais un vin rouge.


Le caviste m’a écouté attentivement – et m’a sorti une bouteille de Faugère, Domaine Barral.

Vous vous imaginez, que je suis sortie avec autre chose – je n’allais pas rapporter du charbon à Newcastle ou des hiboux à Athènes (comment est-ce qu’on dit cela en Français ?) – mais j’ai bien aimé l’expérience – et j’étais prête à lui faire aveuglement confiance pour la bouteille, qu’il m’avait choisi ensuite.

Dernière anecdote de mon passage à Paris – et après, je le promets, je reste dans le Sud et si le timide soleil, qui a pointé après une semaine de grisaille froid humide, se confirme pour demain, je commence la taille de la vigne !




Commenter cet article

Francis Bd 11/01/2006

Bonsoir Iris,
Et tout d'abord Bonne Année, Bonheur, Joie et Santé ... tout le meilleur !
Ainsi qu'une belle saison... pour de beaux raisins, bien nés.
Je me suis marré à lire ta remarque ... emporté de la choucroute à Strasbourg... du champagne à Reims ... ou des nouilles en Italie ...  :o))
Quoique Barral c'est bon, c'est top qualité.
Bon ben pour te souhaiter bonne taille ( c'est installé comment chez toi ? en gobelet ? ... tu nous feras des photos ? )
 Nous nous avons commencé à émonder les *pieds* et nettoyer les vieilles charpentes début Novembre, après la chute des feuilles. Il faut se mettre en avance, pacq avec nos systèmes de taille comliqués en vignes basses... si on ne prépare pas un peu la taille ... il faut 1 mois pour tailler complétement 1 hectare ( emondage + taille ). C'est pas pour me plaindre, c'est pour expliquer pourquoi on commence en Novembre... pour finir de tailler dans les zones gélives, souvent début Avril.
Bonne nuit,
Bien amicalement,
Francis
 
 
 
 
 
 
 
 

Guillaume 11/01/2006

Mais alors finalement, quelle bouteille as-tu rapportée ? J'exige de savoir. Le suspense est insoutenable.... ;-) Bon courage pour la taille !