Lisson - infos autour de la vigne et du vin - et d'autres choses

Vendredis du Vin # 14: d'où tu viens, petit Irvin?

30 Mai 2008, 17:59pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

Une nouvelle édition des Vendredis du Vin, gérés de main de maitresse jusque là par Lisa, qui prend du congé et a passé la main à Rémy, Canadien du blog à chacun sa bouteille. Lui a bien déviné, qu'on va se demander, d'où il sort, lui - et pour nous montrer, qu'il ne manque pas d'humour, il en a vite fait le sujet de cette 14ième édition: tu sors d'où, toi?

Son explication est claire - et laisse la place à des belles découvertes: "Il s’agit donc de trouver des vins qui ne sont pas où on les attendait. Principalement, l’idée évoque pour moi un cépage (ou une combinaison de cépage) qui ne correspond pas aux cépages historiques d’une appellation ou d’une région donnée, mais on pourrait aussi y inclure des vignerons venus d’ailleurs qui rehaussent la qualités des vins d’une appellation ou d’un domaine."

S'il y a une région en France, où tous ces critères sont facilement réunis, c'est bien le Languedoc - des appellations historiques, il n'y a point, les
passages en AOC datent des années 80, pour les blanc souvent que de 2005, donc parler de cépages historiques, est un peu aléatoire. Beaucoup de vignerons ont fait leurs propres essaies, souvent commercialisés en vin de pays ou vin de table.

Et des vignerons, venus d'ailleurs, il y a à la pelle. Le Languedoc, pays d'imigration pour les originaires du Nord, qu'il soient Francais ou étrangers, attire depuis une vingtaine d'années les aventuriers de tout l'Europe et même au delà. Il y a le soleil, le prix rélativement faible des terres, la beauté des paysages - nombreux sont ceux, qui ont commencé avec une vieille maison de campagne, souvent en ruine, comme pied à terre pour leurs vacances, ont cultivé le bout de vigne, qui allait avec à temps perdu - et y ont prix goût, ont tout quitté, pour venir vivre leur passion, contractée au milieu des ceps, sur les marchés pleins de couleurs et dans l'obscurité des caves...  Entre temps, il y a les investisseurs, qui jallonent le pays et achètent des propriétées entières, des Bordelais, des Américains, les Vedettes - dans une région viticole économiquement en crise, les prix sont toujours sans comparaison avec les appellations historiques - et sur les centaines de pioniers venus avec la première vague, il en a, qui ont démontré, qu'on peut faire des grands vins en Languedoc...

La vigneronne, que j'ai choisi pour ce VdV, fait partie de la première vague. Hildegard Horat, Suisse d'origine, dont je vous ai déjà parlé
ici, venait déjà il y a une trentaine d'années dans cette vieille grange à Assignan, au Nord de Saint Chinian. La Grange des quatres Sous s'appelait cette vieille batisse clos de murs, construit pierre par pierre par un ancien propriétaire, qui avait plus de cailloux que de sous - et apparement beaucoup d'endurance. Même le nom existait déjà - rien à voire avec Brecht...



Les premières années voyaient encore Hildegard et son marie voyageant entre la Suisse, où elle gagnait sa vie comme restauratrice de monuments historiques, spécialisée dans les faux marbres et leur ruine au milieu des  vignes, qui offrait beaucoup d'espace, mais peu de comfort - le virus de la vigne et du vin avait frappé - au début, il transformaient les Cinsault des vieilles vignes en rosé, qui repartait en Suisse, pour aider au financement du domaine naissant. Hildegard suivait une formation au CFPA de Béziers - chez Daniel Domergue, comme moi, quelques années plus tard, dans la même promotion que Thierry Navarre et l'aventure se transfomait en travail sérieux.

Les photos, prise a à la grande fête de mon mariage avec Claude Rudel  montrent Hildegard (à gauche avec mon père Max Rutz) à cette époque:



Sur la table déjà les premiers cuvées en rouge de la Grange, les Serottes, assemblage de Cabernet Franc et Syrah (déjà un assemblage plutôt insolite) elevé en gros futs de chêne  (600l?) au front sculpté - issu de vignes, plantés larges et conduits  en Lyre, encore du pas courant!

Des 8 ha, que couvre le domaine aujourd'hui, 5 étaient gangnés sur la garrigue sur un plateau calcaire derrière le village, à 350 m d'altitude - je me rappelle avoir vu le ripeur et le concasseur s'échiner sur ce que semblait qu'un champ de pierres lunesque... des grandes dalles extrait au défrichage de ces terrains, ont servies plus tard à la renovation de la maison et ornent aujourd'hui comme appuie et linteaux les fenêtres nouvellement crées...

Mais revenant à Hildegard, qui mêne depuis 10 ans seule le domaine et a su inspirer de plus en plus un sceaux personnel au vins du domaine - droits, ciselés, plein de rigueur pour les rouges issus de Syrah, Cot, Cabernet, Mourvèdre, Cinsault et Grenache -  et d'une fraicheur inégalée pour les blancs issu de Chardonnay, de Viognier et de Marsanne.

Une présentation presque amoureuse se trouve dans les archives de LPV, écrit en 2003 par Jérôme Perez. "Au bout du bout du monde, on ne sait pas trop ce qu'elle fait là. A y regarder de plus près, elle fait du vin, et du bon!"

Sylvie Augereau, dans un article de Terre des Vins sur les aventurières du Languedoc, qui me présentait à côté de cette consoeur nordique,  trouvait: « Lasses des rondeurs faciles et dorées elle vont chercher les « tripes » du raisin, laissent macérer longtemps, pigegent fréquemment. … Chez l’une comme chez l’autre, de longs élevages sous bois prolongent encore les vins. Chez toutes deux, on peut imaginer attendre les bouteilles longtemps, presque par respect de toutes ces années passées à réinventer un patrimoine oublié. » (TdV, p. 90)

Et Kermit Lynch, celèbre importateur américain et dénicheur des grands vin du Midi de la France, lui fait ce beau compliment: "Grange means barn. We import two, Grange des Pères et La Grange de Quatre Sous, both from Languedoc. One has an international reputation, the other deserves one. Hildegard Horat has Quatre Sous, an isolated old stone farmhouse in some of the most gorgous terrain on earth."

Son nouveau compagnon, Alioune Diop, ne doit pas être etranger au nom du vin, que je veux finalement vous presenter: BU N'DAW , commercialisé, comme beaucoup de vins insolites par Eric Reppert des Vins Etonnants (
ici)



Traduit par les uns comme "La Petite", à d'autres endroits par "le petit Irvin" est un vin blanc, qui déjà par son étiquette se distingue des autres vins du domaine par ses accents africains... Frais, comme tous les blancs du domaine, sur des notes de fruits blanc et d'agrumes, ample, selon le millésime, plus proche d'un bon Chenin, que d'un blanc du Sud, mais toujours surprennant, par la petite note saline en fin de bouche, qui laisse planer un point d'interrogation sur l'origine du cépage,  il est devenu un de mes vins  blanc préférés. La preuve: pas de photo du vin dans le verre - je suis en rupture de stock à la cave et vous parle de mémoire.

La solution au énigme: comme la vigneronne, le
cépage vient de loin: il s'agit d'une plantation assez discrète de petite Arvine, cépage valaisan de Suisse, qui est réputé pour sa belle structure d'acidité, qui lui permet aussi sous le soleil du Sud de garder de la fraicheur et la droiture, si typique pour les vins de Hildegrad, qui a eu du flair, à marier ce cépage à ses sols arides et a tirer le meilleur des deux!

Un vin à consonnance africaine, issu d'un cépage valaisan et vinifié par une Suissesse dans le Midi de la France - j'espère, que mon choix trouveras grâce au yeux de Rémy, président quebequois, qui a fait courrir une tribu de vinophiles du vieux monde à la recherche du venu d'ailleur.

(et vous avez encore échappés à une dégustation de Zinfandel vinifié en Languedoc, oui, oui, cela doit exister quelquepart - mais je n'avais plus le temps de partir à sa recherche!)





Commenter cet article

Tiuscha 30/05/2008

En fait elle est venu de Suisse avec ces ceps sous le bras ! depuis le temps que j'entends parler de cette petite Arvine. Quelle variation apr arpport avec un vin suisse, comment le terroir a t il joué ? J'ai zappé une fois de plus les Vdv, mis entre parenthèses, mais il y a du tempranillo en Provence, je réédite le billet tu crois ?

Geneviève 01/06/2008

Définitivement, le Languedoc est international. De l'Allemagne à la Suisse, en passant par l'Afrique. Et toi, tu as plantés des cépages inusités?

ulysse 02/06/2008

tu m'as donné envie de déguster ce vin Iris ! quant au cépage Zinfandel j'en connais un très bon (le Z) vinifié par le domaine l'Arjolle dans les Côtes de Thongue . Ce domaine vinifie aussi un fabuleux vin blanc "Delphine" qe je te recommande !

Aude 02/06/2008

C'est une belle invitation au voyage ce vin...

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog