Lisson - infos autour de la vigne et du vin - et d'autres choses

Articles avec #strandgut

attention à la fraude

27 Juin 2008, 12:50pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

Comme vigneron, vous êtes toujours interessé par des prises de contact d'éventuels clients - surtout, quand elles viennent de loin et directement dans votre boite à lettres via émail.

J'adore les mails de particuliers, qui viennent de boire un de mes vins lors d'un repas à une bonne table d'un restaurant quelque part en France ou chez des amis et qui m'en parlent, souvent le lendemain, parce qu'ils ont aprécié leur découverte.

Quand cela débouche sur une visite à Lisson ou une commande, c'est encore mieux, mais rien que le fait, de m'exprimer le plaisir et contentement, qu'un de mes vins a causé, m'encourage dans mon travail!


Mais il y a aussi d'autres mails - ceux avec des demandes de fournir jusqu'à 28.000 bouteilles pour le marché de Chine, où je me dis, que l'expéditeur à tout bêtement pas pris la peine, de visiter la page web du domaine, pour voir, qu'on ne rentre pas dans cette ordre de grandeur.

Ceux, qui me rendent triste et m'agassent, par ce qu'un importateur, qui  cherche des vins , finit son courier avec ces mots:

"We need a price, ex cellar, of 1 to 2 € per bottle (thus: Languedoc)"

Et finalement, comme ce matin, ceux, qui me semblent étrange, aussi bien, parce que en tant que producteur, on est rarement payé en 30 jours, par un client professionnel, qui demande vos coordonnées bancaires avant d'avoir passé une commande, et ces demandes sont rarement accompagné d'un lien, qui propose des photos de Miss Amerique Latina 2008...

voici le spécimen:

A l'occasion d'une visite sur le net nous avions eu la chance de prendre connaissance de vos activites.Nous sommes interesse par vos services.Etant situe a londre(uk) nous voulions savoir si vous faites de la vente a l'export ,si possible veuillez nous repondre afin que nous passions a une eventuelle commande nous livrons au complexe hotetlier ,et restaurant, casino, bar nous avons un numeros d'acisse et tva l'enlevement par notre transporteur Merci de m'indiquer votre mode de reglement car nos reglement sont a 30 jours fin par virement bancaire Dans l'espoir d'une reponse recever mes salutations

Best regards

Mr Brown Franck

Stratford's Wine Shippers & Merchants Ltd High Street Cookham Maidenhead, Berkshire SL6 9SQ United Kingdom Phone : 0044 7957949658 Fax : 0044 7092858102

Miss América Latina 2008. Las candidatas, en fotos (suit le lien)

 

Renseignement pris auprès de la société britannique, qui existe vraiement sous ce nom et cette adresse outre Manche, j'ai recu la réponse suivante:

Dear Iris
Thank you for forwarding this to us, this is a fraud and he has sent this to many French producers. It looks like it has come from South America so there is not much we can do about reporting this to the authorities.
Best regards
Paul Stratford

Je traduis:

Chère Iris - merci de nous avoir fait suivre cela, cette une fraude, qu'il a envoyé à beaucoup de producteurs Francais. Cela semble venir de l'Amerique du Sud, nous n'avons donc pas beaucoup de possibilités de le signaliser aux authorités. cordialement Paul Stratford.

Donc, chers collègues, si vous recevez ce mail - mettez le à la poubelle (au moins que vous n'êtes curieux, de voire défiler les Misses - mais c'est à vos risques et périls - moi, je n'ai pas cliqué dessus...)

Et chers lecteurs, si vous tombez quelque part  sur un vin de Lisson, qui vous a plu - n'hésitez pas, à m'envoyer un petit message avec vos appréciations (même si vous avez quelque chose à critiquer - dites le aussi, c'est parfois aussi important...).

Les louanges, c'est toujours bien, parce que cela donne des forces pour travailler - et les critiques, cela peut ammener à progresser!


Voir les commentaires

Le temps des cerises

4 Juin 2008, 21:38pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

Les paroles de la célèbre chanson prennent un sens encore plus amer cette année. Les amoureux avaient peut-être du soleil au cœur, mais le temps était bien à la folie, avec des pluies et orages fin Mai, qui, encore une fois noyait la fête de la cerise le week-end dernier à Mons la Trivalle, comme ils avaient déjà noyé la fête de la rose à Vieussan le dimanche d'avant - et les cerises, qui pendant tant d'année avaient assuré le revenu des paysans bien plus que la vigne, n'ont pas su résister à tant d'eau - encore une fois une récolte perdu et un sacre coup à l'économie locale.




Les Burlats, variété juteuse et bien noire, qui est idéale en clafoutis ou confiture, étaient à peine mûres et se vendaient sur les étales de fortune au bord de la route entre Saint Pons et Bédarieux, quand le mauvais temps s'y mettait et même si la vigne à Lisson a bien su résister à la pluie, les fruits bien fragiles eux, n'en étaient pas capables et des grappes entières ont pourries sur les arbres.

Restait toujours l'espoir, de voir une belle récolte des cerises blanches, qui se sont plantées beaucoup dans les années 80, parce qu’il y avait un débouché à l'export pour des grandes quantités. Des équipes de ramasseurs arrivaient de partout, pour aider et remplissaient les villages d'une vie colorée au mois de juin.




Les caisses remplies de cerises (les mêmes caisses, que nous utilisons encore pour les vendanges) étaient livrées par les petits producteurs chaque soir à un point de ramassage, où les camions de la Sica du Caroux, coopérative de vente pour les fruits et légumes de la vallée, les enlevaient pour les expédier en Allemagne. Là, on les décolorait dans des bains d'acide, pour les recolorer ensuite et transformer en cerises confites pour la pâtisserie (et les réexporter vers la France, probablement...).

Leur seul ennemie était le vers de la mouche de la cerise - donc obligation, de les traiter avec des produits assez virulents jusqu'à deux semaine avant la récolte. Mais vu la transformation, que subissaient les cerises ensuite à l'usine, personne ne se souciait de cela. On laissait un arbre "pour la consommation personnelle" sans traitement, rigolait sur nos morceaux de plastique jaune dans les quelques arbres, qu'on avait en fermage à cette époque (des pièges à mouche, importés de Suisse, avant qu'on pouvait les trouver aussi en France) et était content du revenu régulier, que ce fruit apportait après le déclin des châtaignerais et de la vigne, déjà en crise depuis longtemps.

Quelques années avec des gelés au moment de la floraison dans les années 90 mettait une fin à cette euphorie - les récoltes étaient insuffisantes pour l'export et les gros clients s'orientaient vers d'autres régions pour leur fournisseurs. Quand il fallait trier sur l'arbre, pour avoir le bon calibre, le coup de la main d'œuvre commençait à peser de plus en plus lourd - du payement à l'heure on passait à celui au kilo, intéressant pour les ramasseurs que les bonnes années et sur des arbres bien entretenus... Donc petit à petit fini les joyeuses bandes venues de loin pour faire la saison - on se rabattait sur la famille, si elle était encore sur place...

Les grands arbres, qui bordaient la chaussée et donnaient un flair particulier à la vallée au moment de la floraison, périclitaient par manque d'entretient - la sécheresse de 2003 en achevait plus qu'un et les arbres s'abattaient - bien encore avant que la crise viticole nous apportait une nouvelle vague d'arrachage.

Cette année, ce n'est pas le gel, qui aura détruits la récolte, mais la pluie, qui à fait gonfler et éclater les fruits même avant maturité.

C'est bien triste, de voir tout ces fruits détruits, les vieux arbres mourants et les vignes à l'abandon, qui bordent la route cette année - et le dernier couplet de la vieille chanson prend tout son sens:

J’aimerai toujours le temps des cerises
C’est de ce temps-là que je garde au cœur
Une plaie ouverte …
Et Dame Fortune, en m’étant offerte
Ne pourra jamais fermer ma douleur
J’aimerai toujours le temps des cerises
Et le souvenir que je garde au cœur.



Epilogue:


Mais venez quand même cet été sur les marchés, vous allez toujours trouver les cerises sauvées avant le déluge ou rescapées, transformées en succulentes confitures par nos petits producteurs locaux.

 

ps 1 : Nos vignes ont bien supportées le mauvais temps, au contraire, elles font plaisir à voir - mais je vous en parlerais dans un prochain article.

ps 2: et allez lire l'article de Ségolèle Lefebvre sur les cerises, qui vous aprends encore plus sur l'histoire et les variétés ici .

Voir les commentaires

Il faut le voir pour le croire!

1 Juin 2008, 14:28pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

Pendant que les vignerons d'un peu partout en France partagent leurs soucies, liés aux pluies en abondance et aux problèmes phytosanitaires, qui pourront en découler et qu'on nous apprend, qu'il y a eu des importants dégâts dans le Madiran, les vignerons en Allemagne, qui pleuraient la semaine dernière encore la sécheresse dans les coteaux, ont subi par endroits aussi des violents orages, mélés de grêle (voir  ici  et ).

Mais pour tout ceux, qui n'ont jamais vu le desastre, que le passage d'un orage de grêle peut laisser derrière lui, je vous rapporte le lien vers 4 pages de photos, pris hier sur la commune de Korb dans le Würtemberg  par Moritz Nagel - vignerons et âmes sensibles s'abstenir - cela vous met les larmes aux yeux!

Voir les commentaires

attention: arnaque millésime - bio

27 Mai 2008, 16:53pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

Une fois n'est pas côtume, mais il me semble bien, de vous copier à la suite l'avertissement, qui vient d'arriver dans ma boite à lettres de la part du CIVAM-BIO 34 à l'instant:

"Bonjour,
 
un adhérent nous signale avoir reçu une offre de référencement gratuit sur le site internet d'expo guide avec la mention "actualisation de vos données (insertion sous Millésime Bio, Narbonne)"
 
il s'agit d'une ARNAQUE comparable à celle de Fair Guide (ce sont vraisemblablement les mêmes personnes).
Concernant Fair guide nous avons déjà saisi la DGCCRF sans succès car la société est domiciliée à l'étranger (Autriche).
 
La société (Expo Guide, Commercial on line domiciliée à Mexico au Mexique) s'est procurée la liste des exposants à Millésime Bio (elle procède de même avec d'autres salons des vins). Avec les adresses ainsi obtenues, elle propose à chaque exposant un référencement apparemment gratuit de votre société sur leur site internet. Surtout ne faites rien  car il vous en coûterait 1181 euros par an pendant 3 ans (clause écrite en tout petit sur le formulaire avec la demande d'actualisation de vos coordonnées)
 
merci de bien vouloir faire circuler cette information auprès de vos collègues vignerons
 
nous ferons une information aux exposants de Millésime Bio 2009
 
cordialement
 
Thierry Duchenne
AIVB-LR
Maison des Agriculteurs
Mas de Saporta
34875 Lattes France"



Voir les commentaires

Balade au bord de la mer

6 Mai 2008, 12:51pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

Changement de décor, changement d'air, changement tout court était la dévise de ce long week-end du 1er Mai. Pour 4 jours j'ai posé les brodequins pour me promener pieds nues dans le sable de la côte de Saint Jean de Monts - attirée par les Re-Ve-Vins  - Rendevous-Vendéens autour du Vin - organisé avec main de maître par le Philippes team (AOC) sous le patio du Chai Carlina.



Avant de vous livrer mes impressions de ce marathon de la dégustation et des rencontres chaleureux avec des amateurs du vin, qui me dépassent tous de loin en connaissance et perseverance à la tache , je vous invite de m'accompagner sur mes balades le long des plages à la rencontre des petits et grands merveilles -



la mer, les vagues, la calligraphie délicate et merveilleuse des algues sur le sable.... pour une collectionneuse de Strandgut comme moi une joie rennouvellée tous les jours pendant ce court séjour.

Si vous voulez voir toute la collection de mes trouvailles, vous pouvez vous rendre
ici.



Un guide magnifique, pour découvrir la côte vendéenne  est le livre Le Littoral (vue du ciel) de Saint-Jean-de-Monts à Royan, d'Eric Guillemot (photos) et Jean-Louis Guéry (textes), de l'édition Gallimard.


                                   




Voir les commentaires

Fureur de règlementation

10 Mars 2008, 15:48pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

Selon l’arrêté ministériel du 2 octobre 2006, à partir du 3 octobre 2007 toutes les bouteilles d’alcool devrontundefined revêtir un pictogramme ou un message sanitaire dans le cadre de l'opération lancée par l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) "Zéro alcool pendant la grossesse".

Le message sanitaire en question:  "la consommation de boissons alcoolisées pendant la grossesse, même en faible quantité, peut avoir
des conséquences graves sur la santé de l'enfant"
me semble un peu laborieux à installer sur nos étiquettes, qui ont déjà du intégrer l'année dernière la mise en garde obligatoire "contient des sulfites".

Je me suis donc appliquée à trouver un emplacement pour le logo - même si je ne suis pas tout à fait sûre, qu'il ne pourrait pas être mal interprété comme mise en garde contre l'obéisité préponderale des personnes, 
dont l’indice de masse corporelle (IMC = poids divisé par la taille au carré) est supérieur à 30, le tout résultant d'une consommation de sodas par des personnes à queue de cheval... à vos calculettes!

Voilà en avant première les esquisses pour la sorti du  millésime 2006:


nouvelles étiquettes

 

Comme vous pouvez le constater, je n'ai pas encore décidé, si la personne doit se tourner à droite ou à gauche - il me semble, que de ce choix dépend beaucoup, aussi bien pour l'éfficacité des yahourts sur la santé que sur le comportement du consommateur dans les allées d'un super-marché... (et en ce lendemain des éléctions, je n'oserais même pas parler de l'importance du choix dans la politique).

Mais peut-être pourrais je soumettre cette lourde décision à vous, chers lecteurs et/ou amateurs des vins de Lisson:

à droite (...)  ou à gauche (...)



- cochez la case correspondante à votre préférence
- ou laissez moi un commentaire

Pour ne pas vous cacher le sérieux de nos législateurs, sachez, que  cette campagne vise à informer les femmes enceintes du danger bien connu de l'alcool sur le fœtus. L’Inpes rappelle que "l’alcool passe librement et rapidement du sang maternel vers le sang du fœtus, au travers du placenta. La concentration plasmatique d’alcool chez le fœtus et dans le liquide amniotique devient rapidement très proche de celle de la mère." Une consommation même modique et ponctuelle d'alcool pendant la grossesse peut entraîner notamment des anomalies faciales ; des anomalies de croissance ; des dommages du système nerveux central (retard du développement, déficits intellectuels et troubles de l’apprentissage), de l’hyperactivité, des troubles de l’attention et/ou de la mémoire et des troubles nerveux.

Dans les temps qui courent, il ne faut peut-être plus voire les choses d'une manière moins noire et blanc ...



Selon les habitudes alimentaires de vos chères mamans (et vos épouses), qui n'étaient pas encore mises en garde par ce précieux logo, vous pouvez aussi dès maintenant évaluer vos propres séquelles et ceux de votre progéniture - en commençant par un regard critique dans la glace la plus proche...

 


Voir les commentaires

rendez-vous avec la lune....

21 Février 2008, 18:56pm

Publié par Iris Rutz-Rudel





Elle était annoncée pour cette nuit, l'éclipse de la lune avec la mystérieuse lune rousse.

Malheureusement les prévisions de nuages n'étaient pas très prometteuses, au bout de trois jours d'une pluie bienfaisante du Sud, ils annonçaient une amélioration, mais il y avait peu de chances d'avoir un ciel clair...

Mais malgré cela, mon horloge intérieure m'a réveillé peu après 4 heures du matin et m'envoyait, encore à moitié endormie, devant la porte.  Et là elle était, dans le ciel en face, petit, mais bien visible: l'éclipse avait commencé, l'ombre de la terre bien dessiné au bord et aussi déjà l'étrange couleur rougeâtre! 

Vite retour dans la pièce, chercher ma caméra - l'éclairage du petit écran m'éblouit - c'était comment, les prises de vue nocturnes - la lune est au loin, il faut donc choisir l'icone avec la montagne? - j'aurais probablement besoin d'une ouverture plus grande - mais cela se cache où dans le menu - il faut scroller en haut, en bas, à droite, à gauche - sut! - toujours éblouie, je n'arrive pas à voir la petite roue - ah, c'est là - 3 sec. - non, cela ne fait que retarder de déclencheur - donc retour - manuel, oui, c'est bon - mais maintenant il faut un appui solide, pour ne pas tout flouer. Non, pas ici, le pilier de la pergola va tout cacher - là non plus, il y a le vieux cerisier - il me reste le toit de la voiture plus à gauche - brrr, la petite chemise n'est pas vraiment l'habit adapté au sorties nocturnes - les chats s'excitent - est-ce pour un morceau de peau du poulet de ce soir ou est-ce qu'elles sent le changement de la lumière - à-propos lumière - maintenant j'ai ma position je vise - mais où est elle, la lune???

Trop de temps perdu en réglages - maintenant elle a disparu derrière un banc de nuages solides - plus une seule étoile n'en plus et pas assez de vent, pour changer la situation dans l'immédiat - ben, dommage, mais elle était là au rendez-vous, la lune rousse - pour quelques instants j'ai pu la voire, comme en mars dernier à travers notre télescope (mais là, j'avais ma caméra en réparation...).


L'image dans la tête, je regagne mon lit, je m'endors presque aussi tôt et repars dans mes rêves...


regarde, la lune

regarde, la lune!
 

-  pour vous consoler, une image de Klaus - belle comme un poème du romantisme allemand...

 

Voir les commentaires

bientôt le printemps !?

31 Janvier 2008, 19:37pm

Publié par Iris Rutz-Rudel


Meme si le vent souffle encore bien fort et  froid  du Nord,  le soleil a déjà réussi  à  nous ammener  les premières fleurs du printemps  dans la vallée.  Roquebrun se  prépare à sa  fête du mimosa le 10 février prochain. 

undefined
Les couleurs revienent en force dans la nature.


Voir les commentaires

Sanglier pour Noel

24 Décembre 2007, 14:51pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

Non, cela n'est pas le menu de notre repas de Noel, qui va suivre, mais l'annonce de la rediffusion d'un très intéressant documentaire  sur  les sangliers à l'heure de votre repas de fête.

C'est sur ARTE, demain, mardi 25 décembre à 12 h 35 dans la série Terres d'Ailleurs.

Le défi du sanglier


est un documentaire du réalisateur Motoshiko Nishibashi, qui nous montre pendant 46 minutes le travail de recherche du professeur japonais Éguchi, qui s'est mis comme but de réconcilier les paysans, victimes des méfaits des sangliers dans leur cultures avec ces bêtes, qui pour lui sont des animaux merveilleux et méconnus, qui mériteraient autre choses que des coups de fusils.

Nous avons vu l'émission en partie lors de sa première diffusion et l'ont trouvée très complète et plein de renseignements utiles (vous savez, fidels lecteurs de ce blog, que le problème nous concerne beaucoup). Mais regardons au Japon:

Dans la région de Shizuako se trouve un parc d'attractions animalières avec des sangliers dressés, qui attirent les touristes. Pour le professeur Éguchi, c'est au même temps un laboratoire d'essaie idéal, pour étudier leur comportement.

Ensemble avec ses étudiants, il mène ici des expérimentations dans le but, de trouver des solutions pour les paysans, qui ont leurs champs dévastés. En prenant leur soucie au sérieux, il teste différents formes de clôtures et obstacles, évalue leur efficacité et obtient des résultats, qui nous semblent très intéressants.

On apprend au passage, que le crottin de lion était très recherché au Japon, pour éloigner les sangliers... que les trucs et astuces conseillés se ressemblent donc autour du globe (en France, on jure plus sur l'urine humain ou les cheveux, mais on nous a aussi déjà proposé de répandre du crottin d'hyènes...).

Faire paitre des brebis dans les terrains entre les cultures, pour tenir propre et ainsi tenir les sangliers à l'écart serais plutôt une vieille méthode paysanne de polyculture, malheureusement abandonnée entre temps en France (et nécessitant une bonne protection anti-chien en période de chasse). Le problème au Japon consiste après le filme dans le fait, que la viande de brebis ne fait pas partie des habitudes culinaires, qu'il faut donc d'abord bien accommoder la proposition (et la brebis), avant de la proposer aux paysans.

Tout cela pour vous montrer, qu'il vaut le coup, de passer 3/4 d'heures dans ces terres d'ailleurs. Mais comme je sais, que votre repas de Noel se déroulera demain à la même heure, je vous conseille donc de programmer vos enregistreurs et de regarder les sangliers sauter les clôtures en vous reposant des fêtes.

Chez nous, pas d'excès culinaire, peut-être une promenade digestive autour de la maison au claire de la pleine lune ce soir et après au chaud, pour rêver d'un avenir, où des images comme ceci resterons du pure domaine de la fantaisie et du virtuel:

ils aiment tous le raisin

Pour vous tous donc des fêtes paisibles et digestes, plein de bonheur et d'harmonie!

 

Voir les commentaires

le prix des Internautes du Wine blog trophy est lancé !

19 Décembre 2007, 13:16pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

wine-blog.jpgLa nouvelle édition  du concours pour le wine blog trophy  2008 est lancée. Vous pouvez aller vous informer et voter ici.

En 2007, deux des mes favorites avaient remporté le trophée, Olivier Grosjean, Olif pour la blogosphère, et Alder Yarrow de vinography dans la catégorie des blogs internationales. Le blog d'Annie Sauvat du Domaine Sauvat était consacré meilleurs blog vigneron de Val de Loire. (J'aime bien son blog mis à jour régulièrement et la félicite ici pour sa nouvelle salle de dégustation très branché!)

On ne présente plus Olif aux blogueurs vinophiles et je peux vous dire depuis cet été que le personnage en "nature" ne déçoit pas.

Même si vous n'êtes pas champion dans la langue de Shakespeare, allez voir le blog d'Alder Yarrow, qui met depuis quelques temps sa carte d'arômes du vin dans une version carrée  à la disposition de ces lecteurs. Elle existe entre-temps déjà en 6 langues (Portugais, Espagnol, Italien, Anglais, Français  et Allemand) et contrairement aux "rondes", elle se plie aisément à la taille d'une carte de chèque pour rentrer dans un portefeuille.


gagnant-2007-190pix.jpg

Et comme nous sont déjà dans les trophées et prix: un petit cocorico (ou, comme dans ma langue maternelle: Kikeriki!) pour vous annoncer avec un peu de retard, que le blog de Lisson a remporté un des prix des blogs d'expression locales à Alençon le 8 décembre. Ce n'était pas tellement le choix des internautes - autres concurrents avaient plus de claqueurs - mais une décision unanime du Jury, donc merci à eux! Ils m'ont aussi fait découvrir le blog d'un Fontainois à Pékin d'
Olivier le Clouërec,  jeun homme exilé en Chine, pour y apprendre le Mandarin, qui raconte depuis 2 ans ses expériences et la culture chinoise -  une aventure à suivre
.

mob386-1193748884.jpg Et comme je suis dans la catégorie prix: un prix plutôt symbolique, qui m'était décerné, m'avait fait particulièrement plaisir. C'est Ségolène Lefebvre de Boire et Manger, mon blog culino-historico-humanito-culturel préféré depuis longtemps, qui m'avait fait rougir en me nommant parmi les blogs, qui la font penser. Ce coup-ci, pas de concours, mais plutôt un tour de sa blog-list par coup de cœur - merci, Ségolène.

fdv-noir-1-trait-grand.jpg

Je n'avais, de mon côté, pas donné suite au jeu de chaine de cet "award" - je ne m'y prête que très rarement (voir ici). Et comme il ne fallait pas doubler les nominations, il ne me restait pas vraiment des blogs, auxquels j’accorderais l'étiquette, qu'ils me font penser - beaucoup me distraient plutôt. Mais je garde cet angle de vu en tête et l'annonce d'un nouveau blog collectif, qui pour l'instant n'est qu'à son N° 0 va peut-être me donner de quoi refléchir: Fureur des Vivres, dernier né de Patrick Chazalet et Co:

"
un mensuel en ligne qui abordera l'alimentation, les produits, la cuisine, la gastronomie, la restauration, le vin, les femmes et les hommes liés à ces sujets et les questions sociétales que posent ces thèmes."

"d'un ras le bol de l'approximation ambiante, des à-peu-près continuels, et du consensus mou qu'on trouve partout, notamment sur la toile. Les auteurs de Fureur des Vivres n'ont qu'une consigne : donner des informations véridiques et vérifiables. A l'inverse, aucune censure ne leur sera opposée, et le ton tout autant que la forme est soumis à la plus totale liberté."

Initiative à suivre!



 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog