Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Lisson - infos autour de la vigne et du vin - et d'autres choses

Articles avec #anne graindorge

Vendredis du Vin #44: sur ma colline avec un vin de Loire

31 Mars 2012, 11:14am

Publié par Iris Rutz-Rudel

C'est Anne Graindorge, présidente musico-poético-vino-pétillante de ces Vendredis du Vin #44: rigolades et régalades en Loire du  mois de Mars, qui nous avait convié avec beaucoup d'entrain à un pique-nique virtuel au bord de l'eau pour le dernier Vendredis de ce mois printanier.

 

comme consigne, nous avions:

 

"Chacun apporte sa bouteille ligérienne et une spécialité culinaire de sa propre région (pratique à transporter et facile à grignoter pour un bon buffet) pour un pique-nique en bord de Loire, les pieds dans le sable et les verres posés au milieu des bois flottés."

 

loire-festif-rivernet.org.psd.jpg

 

 

Des vins de Loire, j'en avais dans ma cave, dans le temps, c'étaient des vins de Charles Jouguet, de Didier Daguenau, de Francis Poirel ou de Patrick Baudoin...ramenés d'un voyage d'études dans cette belle région au début des années 1990 ou échangés plus tard lors de rencontres inspirées par le Web - feux iacchos - mêmes parfois commandés par un caviste différentiel et itinérant et livrant à domicile:-).

Mais tout cela est bu avec régal et en bonne compagnie depuis quelques années, des traces des dernières bouteilles se trouvent encore dans les archives de ce blog...souvent d'ailleurs dans mes contributions aux Vendredis du Vin...

 

Et les souvenirs de trempage de pieds dans l'eau de la Loire remontent encore plus loin...presque une quarantaine d'années, au temps, où je parcourrais encore la France pendant l'été en touriste - toujours un guide vert de la belle série des guides Michelin en poche - comme co-équipier du conducteur de la DS Pallas 21, ce canapé ambulant sur les routes, bordées d'un trait vert sur les cartes jaunes - jamais plus que 300 km par jour - de l'Est en Ouest et du Sud au Nord - à vitesse pépère avec des haltes là, où le guide annonçait un beau site insolite...

Pas moyen malheureusement, de retrouver le nom de l'endroit exact au bord du fleuve, où nous avait amené un de ces périples un soir dorée du soleil couchant, après avoir visité un château...découvert une source "pétrifiante"  à l'écart de la route et traversé des interminables bois...avant d'arriver dans ce Logis de France isolé sur les berges - souvenir de colonnes grecs, blanches, de chambre spacieux et de baignoire encadrée de marbre et avec des armatures digne d'un filme hollywoodien...pas de restaurant dans les parages, donc vraiment un pique-nique tiré du panier sur le sable et les galets au bord de l'eau aux dernier rayons du soleil, épiés que par quelques oiseaux dans les roseaux...

Le lendemain, c'était le château de Saumure, qui nous voyait dans ses remparts et salles impressionnantes - encore sans son et lumière et multimédia...mais je dois admettre, que je ne m'intéressais pas encore au vin à cette époque...donc pas d'anecdote vinique à rajouter...et des images, qui n'existent que dans ma tête...

 

Mais revenons en 2012 et aux Vendredis :-) ... et là,  pas une période dans l'année de la vigneronne, où elle rigole beaucoup entre copains - la taille de la vigne, qui tire (heureusement) sur sa fin, vue que les larmes de la vigne coulent et les bourgeons commencent à gonfler - est plutôt un travail solitaire - même si je m'en régale, si j'arrive à avancer en montant toujours plus haut... donc on n'entende pas des rires fuser - juste les chants des oiseaux et le vent dans les bois des cimes autour, qui apporte un peu de fraîcheur bienvenue sous ce soleil, qui chauffe déjà bien sur les coteaux caillouteux - surtout au dos, qui est en plus déjà réchauffée par le pack de batteries du sécateur électrique..

Donc, comment arriver avec une contribution pour satisfaire la chère présidente, ligérienne de surcroit?

Une visite de ma cave m'a révélé, qu'il y a quand même quelques quilles de cette région, qui s sont accumulées sur les étagères entre temps - grâce aux cadeaux apportés par mes amicaux clients, qui aiment bien me faire faire des découvertes en partageant les leurs...

vins de Loire

Je me décide donc, de lier l'utile à l'agréable et de me faire mon pique-nique improvisé toute seule en haut dans ma vigne ce vendredis 30 Mars! Reste encore à choisir, lequel des vins doit m'accompagner dans le sac...

Appel lancé sur la page du groupe des Vendredistes - une réponse unanime (vue que je ne reçois qu'une seule;-): DocAdn alias Aurélien Litron (pardon pour le "Torchon" de hier ...je viens tout juste de découvrir l'erreur, j'en pouffe de rire:-))):

Résevoir Grolle 2010 de Cyril LeMoing et Nam-Jo Son, vignerons en Anjou.


Chose dite, chose faite - avant de partir dans la vigne, je prépare donc le liquide:

Reservoir Grolle 2010 p


Je me bats un peu avec la cire du bouchon (surtout pour l'empêcher à tomber dans le goulot), mais finalement, j'ai le jus sombre et limpide dans mon verre - à pied... je hume, je lui laisse le temps de respirer, j'en prend une gorgée...

ce n'est pas un costaud, ce Grolleau - mais peut être que c'est le propre du cépage, que je ne connais pas encore...ou le petit degré (11,5°),  dans ma région cela sera plutôt un vin désalcoolisé (ou à grand rendement ramassé en sous-maturité) ... donc un peu fluet pour mon palais de Sudista:-). Mais c'est correct: il y a un jolie fruit net de bonbons à la framboise de mon enfance, une acidité, qui tire sur une note métallique, qui contrebalance - et cette impression  de  sucrosité sur es bord de la langue à l'arrière de la bouche, que je retrouve normalement dans les vins dites naturels - mais oui, c'est écrit sur l'étiquette: ce vin n'a subit aucune adjonction de sulfites... il me donne soif ...chez les inconditionnels du vins naturel, cela appelle le deuxième verre - chez moi aussi: je prends un verre d'eau, pour m'en débarrasser...Mais il a de la persistance,ce bougre: encore 5 minutes après, ses arômes discrets de fruit sont présents dans la rétro-olfaction - qui est intense, parce que je viens d'entamer mon ascension dans la vigne - et comme cela monte tout le temps derrière la maison à Lisson, je souffle...

Dans mon sac en bandoulière, j'emporte un peu du vin - transféré pour faire moins lourd dans un petit flacon, un verre plus solide et de quoi l'accompagner en "casse croûte" plus tard...

4 heures plus tard, c'est le moment, de le ressortir de l'ombre...J'ai taillée quelques belles rangées de Pinot dans le bas du Clos du Curé - au soleil, encore haut dans le ciel, cela doit être 5 heures, j'entends le coup du clocher au village et mon dos me dit aussi, qu'il est temps, de m'arrêter et de passer à la partie "régalades":-).

 

Pique Nique dans la vigne VdV #44 p

 

Je remplace le bois flotté du bord de rivière par un vieux tuteur en châtaignier, un de ceux, que les tempêtes de cette hiver ont encore cassé - sors mon bout de baguette (le chèvre prévu comme accompagnement - produit local - avait trop évolué,  pour lui imposer  la balade...), mon duralex reçoit une belle rasade du vin, qui pétille un peu, mais cela doit être du au transport - cela estompe un peu le fruit primaire en lui donnant un peu plus d'angles, qui accrochent, moins de douceur, qui empâte - une note plus rustique, qui s'adapte bien au lieu - oui, c'est un bon petit vin franc et sans fioriture, comme les litrons, qu'on trouvait dans le pays il y a trente ans - un "vin aliment", pour nourrir l'ouvrier et lui redonner des forces - et quoi de mieux et de plus naturel, que le traiter de la même manière, comme je l'ai appris en arrivant dans ce pays dans les maisons paysannes: je le rallonge avec une bonne rasade de mon eau de source - admire sa belle couleur framboise dans le verre contre le ciel, ma montagne de la femme couchée à l'horizon - et là, je vide mon verre d'un seul trait - et il me désaltère - comme le deuxième verre d'eau, ce coup-ci baptisé du vin, comme on le faisait si souvent l'été en défrichant cette colline.. et il me désaltère encore - et je me régale:-)!

Pour en savoir plus sur les vignerons et leurs vins, faites comme moi ce matin, allez sur le blog de Philippe Rapiteau, La Pipette - il y a des très beaux articles sur Cyril LeMoing, qui me semble un vigneron sincère et engagé!

ici - ici et encore
 

Voir les commentaires