Lisson - infos autour de la vigne et du vin - et d'autres choses

Articles avec #Vendredis du Vin

Vendredis du Vin #45: de l'art et du ....vin....

27 Avril 2012, 06:35am

Publié par Iris Rutz-Rudel

 

 C'est Véronique Attard, neo-vigneronne à Cabrières en Languedoc, du tout nouveau blog Mas Coris, qui nous a posé le thème de ce mois d'Avril. Elle nous lance:

 

VdV-45.jpg

 

de l'art ou du cochon   pour parler de l'art et du vin, selon nos sentiments, nos impressions, notre ressenti…

 

Il y aura d'autres, qui vous parleront du vin dansl'art ...il y a des livres entiers avec des belles reproductions, qui parlent de ce sujet à travers les âges...on y vois des verres, des bouteilles, des banquets et de bacchanales, des buveurs seuls et des scènes champêtres en bonne compagnie...

Il y aura d'autres, qui vous parleront de leur vin préféré comme d'une oeuvre d'art et de ses géniteurs comme des artistes...

 

je leur laissera volontier la place aujourd'hui.

Pour moi, faire du vin, cela ne relève pas de l'art, mais du bon artisanat et plus le vigneron cherche à respecter la nature, dans la vigne et dans sa cave, plus il doit ressembler à un bon artisant, qui a certes une idée de ce qu'il veut réaliser en tête, comme l'artiste, peut-être même un rêve...mais qui sera toujours lié aux possibilités, que lui donne la matière première, qu'il doit transformer: le raisin.

Comme un artiste choisit ses couleurs, il pourra choisir son raisin, le cépage, une partie des conditions, dans lesquelles il va pousser, sa maturité idéale, si le millésime le lui permet....il peut lui permettre de commencer sa transformation en vin sous les meilleurs conditions, l'accompagner, choisir les arômes, qu'il veut souligner, par sa méthode de vinification, le contenant, la durée des macerrations, la manière de presser, l'élevage et finalement l'assemblage....mais tout cela ne fait que canaliser un potentiel,déjà présent dans le fruit...demande du savoir faire, del'attention et de la réactivité, mais n'ait à mon avis pas comparable à l'acte créateur de l'artiste.... et finalement, il travailpour un produit, qui est censé d'être consommé...quand il sera réussi, il va réussir à faire rêver le buveur au moment de sa consommation... lui rester en mémoire,comme un bon ami, un beau voyage...la vue d'un beau tableau ou d'une belle sculpture, mais en lui même, il restera une boisson alcolisée faite avec du raisin...

 

Chacun choisira sa madeleine de Proust en matière de vin, dicrète ou haute en couleurs, monumentale ou finement cisélé, selon son goût et le bonheur du moment de leur rencontre...

Et donc l'art dans tout cela? Je vous enparlera quand même un peu ...selon mes goûts... qui sont plutôt du domaine de l'abstrait, de la couleur, de la texture, du volume et du rêve ...

et si l'été avec son bleu de la bouillie bordelaise m'inspire toujours le bleu d'Yves Klein , le travail du raisin et du vin me transporte dans les rouges ...le mout, les marc, les lies, finalement le vin...autant de variations de la couleur que de textures différentes sur ce chemin... et là, je ne parle que de la vue et du toucher..qui va toujours de paire avec les senteurs et même des bruits...

et chacun, qui a déjà fait l'expérience des toutes ces couleurs et structures va comprendre, pourquoi je ne me lasse pas,de regarder les imges des oeuvre d'Anish Kapor ou pourquoi je me sens fasciné des tableaux de Barnaby Furnas, quand il parle de l'experience of seeing red....

Suivez les liens ou tapez leur noms dans la recherche des images sur Google... peut-être, que vous allez comprendre...et je ne vous parlera pas en plus du cochon après tout cela...:-)



Anish-Kapor.jpg 

Anish Kapor

Barnaby-Furnas-Flood.jpg

Barnaby Furnas

Voir les commentaires

Vendredis du Vin #44: sur ma colline avec un vin de Loire

31 Mars 2012, 11:14am

Publié par Iris Rutz-Rudel

C'est Anne Graindorge, présidente musico-poético-vino-pétillante de ces Vendredis du Vin #44: rigolades et régalades en Loire du  mois de Mars, qui nous avait convié avec beaucoup d'entrain à un pique-nique virtuel au bord de l'eau pour le dernier Vendredis de ce mois printanier.

 

comme consigne, nous avions:

 

"Chacun apporte sa bouteille ligérienne et une spécialité culinaire de sa propre région (pratique à transporter et facile à grignoter pour un bon buffet) pour un pique-nique en bord de Loire, les pieds dans le sable et les verres posés au milieu des bois flottés."

 

loire-festif-rivernet.org.psd.jpg

 

 

Des vins de Loire, j'en avais dans ma cave, dans le temps, c'étaient des vins de Charles Jouguet, de Didier Daguenau, de Francis Poirel ou de Patrick Baudoin...ramenés d'un voyage d'études dans cette belle région au début des années 1990 ou échangés plus tard lors de rencontres inspirées par le Web - feux iacchos - mêmes parfois commandés par un caviste différentiel et itinérant et livrant à domicile:-).

Mais tout cela est bu avec régal et en bonne compagnie depuis quelques années, des traces des dernières bouteilles se trouvent encore dans les archives de ce blog...souvent d'ailleurs dans mes contributions aux Vendredis du Vin...

 

Et les souvenirs de trempage de pieds dans l'eau de la Loire remontent encore plus loin...presque une quarantaine d'années, au temps, où je parcourrais encore la France pendant l'été en touriste - toujours un guide vert de la belle série des guides Michelin en poche - comme co-équipier du conducteur de la DS Pallas 21, ce canapé ambulant sur les routes, bordées d'un trait vert sur les cartes jaunes - jamais plus que 300 km par jour - de l'Est en Ouest et du Sud au Nord - à vitesse pépère avec des haltes là, où le guide annonçait un beau site insolite...

Pas moyen malheureusement, de retrouver le nom de l'endroit exact au bord du fleuve, où nous avait amené un de ces périples un soir dorée du soleil couchant, après avoir visité un château...découvert une source "pétrifiante"  à l'écart de la route et traversé des interminables bois...avant d'arriver dans ce Logis de France isolé sur les berges - souvenir de colonnes grecs, blanches, de chambre spacieux et de baignoire encadrée de marbre et avec des armatures digne d'un filme hollywoodien...pas de restaurant dans les parages, donc vraiment un pique-nique tiré du panier sur le sable et les galets au bord de l'eau aux dernier rayons du soleil, épiés que par quelques oiseaux dans les roseaux...

Le lendemain, c'était le château de Saumure, qui nous voyait dans ses remparts et salles impressionnantes - encore sans son et lumière et multimédia...mais je dois admettre, que je ne m'intéressais pas encore au vin à cette époque...donc pas d'anecdote vinique à rajouter...et des images, qui n'existent que dans ma tête...

 

Mais revenons en 2012 et aux Vendredis :-) ... et là,  pas une période dans l'année de la vigneronne, où elle rigole beaucoup entre copains - la taille de la vigne, qui tire (heureusement) sur sa fin, vue que les larmes de la vigne coulent et les bourgeons commencent à gonfler - est plutôt un travail solitaire - même si je m'en régale, si j'arrive à avancer en montant toujours plus haut... donc on n'entende pas des rires fuser - juste les chants des oiseaux et le vent dans les bois des cimes autour, qui apporte un peu de fraîcheur bienvenue sous ce soleil, qui chauffe déjà bien sur les coteaux caillouteux - surtout au dos, qui est en plus déjà réchauffée par le pack de batteries du sécateur électrique..

Donc, comment arriver avec une contribution pour satisfaire la chère présidente, ligérienne de surcroit?

Une visite de ma cave m'a révélé, qu'il y a quand même quelques quilles de cette région, qui s sont accumulées sur les étagères entre temps - grâce aux cadeaux apportés par mes amicaux clients, qui aiment bien me faire faire des découvertes en partageant les leurs...

vins de Loire

Je me décide donc, de lier l'utile à l'agréable et de me faire mon pique-nique improvisé toute seule en haut dans ma vigne ce vendredis 30 Mars! Reste encore à choisir, lequel des vins doit m'accompagner dans le sac...

Appel lancé sur la page du groupe des Vendredistes - une réponse unanime (vue que je ne reçois qu'une seule;-): DocAdn alias Aurélien Litron (pardon pour le "Torchon" de hier ...je viens tout juste de découvrir l'erreur, j'en pouffe de rire:-))):

Résevoir Grolle 2010 de Cyril LeMoing et Nam-Jo Son, vignerons en Anjou.


Chose dite, chose faite - avant de partir dans la vigne, je prépare donc le liquide:

Reservoir Grolle 2010 p


Je me bats un peu avec la cire du bouchon (surtout pour l'empêcher à tomber dans le goulot), mais finalement, j'ai le jus sombre et limpide dans mon verre - à pied... je hume, je lui laisse le temps de respirer, j'en prend une gorgée...

ce n'est pas un costaud, ce Grolleau - mais peut être que c'est le propre du cépage, que je ne connais pas encore...ou le petit degré (11,5°),  dans ma région cela sera plutôt un vin désalcoolisé (ou à grand rendement ramassé en sous-maturité) ... donc un peu fluet pour mon palais de Sudista:-). Mais c'est correct: il y a un jolie fruit net de bonbons à la framboise de mon enfance, une acidité, qui tire sur une note métallique, qui contrebalance - et cette impression  de  sucrosité sur es bord de la langue à l'arrière de la bouche, que je retrouve normalement dans les vins dites naturels - mais oui, c'est écrit sur l'étiquette: ce vin n'a subit aucune adjonction de sulfites... il me donne soif ...chez les inconditionnels du vins naturel, cela appelle le deuxième verre - chez moi aussi: je prends un verre d'eau, pour m'en débarrasser...Mais il a de la persistance,ce bougre: encore 5 minutes après, ses arômes discrets de fruit sont présents dans la rétro-olfaction - qui est intense, parce que je viens d'entamer mon ascension dans la vigne - et comme cela monte tout le temps derrière la maison à Lisson, je souffle...

Dans mon sac en bandoulière, j'emporte un peu du vin - transféré pour faire moins lourd dans un petit flacon, un verre plus solide et de quoi l'accompagner en "casse croûte" plus tard...

4 heures plus tard, c'est le moment, de le ressortir de l'ombre...J'ai taillée quelques belles rangées de Pinot dans le bas du Clos du Curé - au soleil, encore haut dans le ciel, cela doit être 5 heures, j'entends le coup du clocher au village et mon dos me dit aussi, qu'il est temps, de m'arrêter et de passer à la partie "régalades":-).

 

Pique Nique dans la vigne VdV #44 p

 

Je remplace le bois flotté du bord de rivière par un vieux tuteur en châtaignier, un de ceux, que les tempêtes de cette hiver ont encore cassé - sors mon bout de baguette (le chèvre prévu comme accompagnement - produit local - avait trop évolué,  pour lui imposer  la balade...), mon duralex reçoit une belle rasade du vin, qui pétille un peu, mais cela doit être du au transport - cela estompe un peu le fruit primaire en lui donnant un peu plus d'angles, qui accrochent, moins de douceur, qui empâte - une note plus rustique, qui s'adapte bien au lieu - oui, c'est un bon petit vin franc et sans fioriture, comme les litrons, qu'on trouvait dans le pays il y a trente ans - un "vin aliment", pour nourrir l'ouvrier et lui redonner des forces - et quoi de mieux et de plus naturel, que le traiter de la même manière, comme je l'ai appris en arrivant dans ce pays dans les maisons paysannes: je le rallonge avec une bonne rasade de mon eau de source - admire sa belle couleur framboise dans le verre contre le ciel, ma montagne de la femme couchée à l'horizon - et là, je vide mon verre d'un seul trait - et il me désaltère - comme le deuxième verre d'eau, ce coup-ci baptisé du vin, comme on le faisait si souvent l'été en défrichant cette colline.. et il me désaltère encore - et je me régale:-)!

Pour en savoir plus sur les vignerons et leurs vins, faites comme moi ce matin, allez sur le blog de Philippe Rapiteau, La Pipette - il y a des très beaux articles sur Cyril LeMoing, qui me semble un vigneron sincère et engagé!

ici - ici et encore
 

Voir les commentaires

Vendredis du Vin #43: élections et présidence?

24 Février 2012, 11:43am

Publié par Iris Rutz-Rudel

C'est bien un thème à la Antonin Iommi-Amunategui (ouff, pour une fois, j'ai réussi à l'épeler correctement du premier coup:-), le président Vindicateur du mois de Février, un peu sur l'actualité et un brin sur la provocation:
 

La consigne:

 

“2012, l’année des élections pinardentielles ! Si chaque vin était un candidat, pour lequel voteriez-vous ? C’est le thème de ces ”Vendredis du Vin”, 43ème mandat. Derrière chaque bouteille, il y a en effet un homme, une femme, des idées…..

Il y en a pour toutes les couleurs ! Élisez donc votre vin présidentiel, qui guidera le vignoble – et le monde entier – vers un avenir radieux ! Humour, second degré et détournements sont les bienvenus, cela va sans dire. Mais les engagements sincères ne le sont pas moins… Alors débouchez, buvez, votez !”

 

Thème pas trop d'actualité pour moi - comme estrangère vivant dans ce pays, je n'ai pas le droit au vote (sauf pour la mairie - avec la même liste unique depuis 30 ans;-) - et les Européennes (et heureusement, qu'il y avait Dany le Rouge en choix cher les verts, au moins, cela me disait encore quelque chose, donc vote "nostalgique"  assuré:-).)

Je ne vote donc pas - ni rouge, ni blanc - et ce n'est même pas une abstention...à Lisson, nous nous gouvernons nous même - selon nos propres règles, sans carte de partie ou appartenance à des groupuscules, sans être branchés, ni EDF, ni dernières modes...

 

Table-deco.jpg

 

J'ai mes idées, mes convictions, mes préférences - et en matière de vin, j'ai la chance, de ne pas être obligée d'attendre un seul jour tous les 5 ans pour les exprimer, mais je peux les mettre en pratique tous les jours - et tout le monde peut en juger, voire, s'ils tiennent mes promesses - mes vins - au pluriel, parce que j'aime aussi le partage du pouvoir... où chacun peut exprimer ses particularités, ses extrêmes, tant qu'il reste sur une ligne commune  à la maison:-)

Et s'ils me boudent  parfois, surtout dans l'adolescence, qu'ils font à leur tête, parce que le temps ne leur plaît pas, se montrent  taciturnes, mal réveillés.. j'ai appris de leurs laisser leurs temps....l'éducation demande aussi de la patience, beaucoup d'amour, de la persévérance et de l'encouragement..... et je dois dire qu'ils se sont montrés bien élevés et solidaires mardi dernier à la dégustation Hors Piste, devant le public venu d'un peu  partout, pour enfin les découvrir - bien sages, mais plus loquasses, qu'ils n'étaient encore pendant Millésime Bio... donc je les en remercie et les mets en avant 

 

pour ce Vendredi: je vote: Curé, Échelles et surtout Cèdres - mon triumvirat rouge - les ambassadeurs de notre esprit: 

4-vins-de-Lisson-hors-piste.jpg

 


et je pense, si on les recoit bien, avec assez d'ouverture d'ésprit et de curiosité, si on leur laisse le temps de s'exprimer,  les écoute attentivement, ils se mettent à parler: de leur lieu de naissance, la vigne, la cave et leur vigneronne - et le vote finale, c'est vous, qui allez le prononcer, chaque fois, quand vous les avez dans votre verre, à votre table...

 

 

Voir les commentaires

Vendredis du Vin #42: Le Vin du Voyage

27 Janvier 2012, 16:51pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

logo vdvLe monde des blogs des  amateurs du vin voyage depuis ce matin - c'est Guillaume Nicolas-Brion, le président de ce mois de Janvier, qui le souhaitait pour les Vendredis du Vin #42: Le Vin des Voyages

 

Normalement, le mois de Janvier nous fait voyager plutôt dans la vigne, pour commencer la taille, qui prépare le future millésime, mais comme c'est aussi la saison des salons et foires à vin, qui recommence, je me suis dis, qu'à la place de vous ennuyer encore une fois par une balade dans ma vigne, j'allais regarder au Salon Millésime Bio à Montpellier en début de cette semaine, si je n'y trouvais pas un vin, pour me faire voyager....

 

Chose dite, chose faite: dimanche dernier, j'ai pris mon petit sac de voyage, ma caméra et mon ticket de bus, pour partir à la capitale de notre département, 100 km plus à l'est...

 

voyage en bus
Je n'étais pas seule, comme vous montre l'image...à 1€ pour n'importe quel trajet dans le département de l'Hérault, choisir les transports communs et économiser aussi bien du CO2 pour notre planète que des sous de mon portefeuille, n'est plus difficile:-).

 

Une petite halte en route, pour rejoindre une copine vigneronne avec son petit vignoble au pied du Pic de Vissous et une toute belle nouvelle cave au village de son Appellation Coteaux de Languedoc  à Cabrières, donnait déjà un bon avant goût - de vin et de voyage.

Véro Keller halte en route

 

La belle Cave du Mas Coris à Cabrière au pied du Pic de Vissou

 

 

J'ai pu assister in vitro à la naissance de deux de ses cuvées - assemblage judicieuse et brute de cuve de deux échantillons fort prometteurs: Une bouteille à la Mer et Pic de Vissou, qui vont être mis en bouteille au mois de Mars - avis aux amateurs!

 

Mais continuons le voyage, accompagné de Véro maintenant, ma fidèle compagne pendant trois jours plein de découvertes dans les allées du salon - fallait être bien chaussée, prête à cracher et ouvertes aux rencontres toutes agréables, des hommes et femmes du vin:-)

3 pieds 2

 

 

Difficile, de choisir dans ce salon dédié aux seuls vins issus de raisins certifiés bio ou bio-dynamique, et je ne vais pas vous énumérer tous les bons vins, que nous avons laissés s'épanouir sur nos papilles...

zungelangue d'un visiteur du salon après l'épreuve des rouges du Midi

 

bleu blanc rouge

 

Toujours à la recherche de mon vin pour le Vendredi, j'ai finalement décidé, de quitter le royaume du vin Français, pour aller vers un pays, dont je ne connaissais pas les vin - un pays de montagne, pour rester un peu dans l'ambiance de nos propres vignes, et plutôt vers des producteurs, qui présentaient des vins blancs - pour décharger un peu nos langues...

 

Nous voilà en route pour une rangée de tables de vignerons Autrichiens venue en groupe de la Styrie - région en partie frontalière avec la Slovenie, où les vignes s'étalent entre 300 et 600 mètres en climat froid de montagne.

 

Ils sont tous les 5  réunis sous le motto: Schmecke das Leben - goûte la vie - taste the life - certifiés en bio ou bio-dynamie, à la recherche de vins vivants, qui expriment leur terroir.

Ils sont  connu par les passionnés des pays nordiques et des États Unis, comme Alice Feiring, qui leur à rendu visite l'année dernière et en avait parlé sur son blog, comme je viens de découvrir après coup - et Véro et moi avaient suivi le conseil d'un sommelier et blogueur Allemand, avec qui  j'avais discuté du problème, que beaucoup de vins présents sur le salon laissaient le dégustateur un peu sur sa faim, s'il était à la recherche d'une expression, que devrait apporter une démarche respectueuse du terroir et de la plante, si elle était continuée, une fois le raisin rentré en cave ... à la recherche de la différence dans le verre...sur nos palais...

 

Sa remarque: "si vous cherchez des vrais freaks en matière de cave" m'avait plus préparé à une rencontre style "néo-vigneron voué aux vins naturels", comme nous en avions vu un bon échantillonage  à l'Off de la Remise pendant Millésime Bio 2011 - mais chez les vignerons Autrichiens, la différence ne se manifestait pas dans la dégaine extérieure;-)...

 

Franz Strohmeier Andreas Tscheppe

Franz Strohmeier et Andreas Tscheppe

 

Trauben, Liebe und Zeit - raisins, amour et temps - c'est écrit sur les bouteilles de Franz Strohmeiner, (dont le site est en panne, donc pas de lien possible en ce moment) et le nom fait déjà toute la lumière sur le processus de vinification sans ajouts. Des vins élevés en barriques pendant au moins18 mois et mis en bouteille sans filtrage.

L'amour porté à la vitalité de la vigne et le temps, qui est laissé aux raisins à la cave, pour exprimer cette vitalité, que aucun ajout vient de freiner et qui en fait des vins, qui sont vraiment vivants...

TLZ gelb

 

Comme ce blanc  plutôt jaune à base de Chardonnay, le Trauben-Liebe-Zeit gelb - ou son frère, l'orange à base de Sauvignon blanc (85%), Muscateller et Chardonnay - tous les deux élevés 36 mois en barriques, dont 6 mois sur les peaux pour l'orange - sans filtrage, et en bouche d'une profondeur et richesse, que c'est Là, que commence le voyage pour laquelle j'étais venue - elle ne mènera pas toujours au même endroit, comme nos esprits ne sont pas toujours dans le même état, quand nous nous retrouvons face à un vin, ...comme le vin n'est pas toujours dans le même état, si on ne l'a pas châtré sur son parcours - j'y retrouve les vins de patience, que j'essaye de faire moi même, et j'aimerais bien en avoir quelques bouteilles dans ma cave, pour croiser leur chemins du temps en temps et voire, où nous en sommes, eux et moi, au moment de chaque nouvelle rencontre....et je suis sure, que cela ne sera jamais ennuyeux....

 

Le lendemain, j'avais droit à une goutte du TLZ  noir 2007, comme tous les rouges de la maison à base d'un cépage autochtone, le Blauer Wildbacher (ruisseau sauvage bleu) - 48 mois en barrique, également mis sans filtrage - un madère, dans lequel il y a à boire et à manger, qui renvoie au coin du feu, une couverture sur les genoux et un bon livre dans le creux du bras....et qui n'en finit pas sur le palais, longtemps après l'avoir finalement avalé.... J'ai hâte, de faire un échange avec un vin de Lisson, un Merlot de 2000 ou un Clos du Curé dans la même veine...

 

Andreas

 

Changement complet en passant chez Andreas Tscheppe, qui a ses vignes à 40 km de Strohmeier, ici aussi Chardonnay, Sauvignon Blanc et Gelbmuskateller (muscat à petit grain), des bouteilles de toute beauté

 

etiketten Tcheppe

comme chez Franz, que des vins sur le stand, qui ne sont pas encore mises en bouteilles, donc amenés brut de cuve...

et dégustés après les sauvageonnes de son voisin d'abord moins impressionnants, parce que plu fluide, discrets, plein de fraîcheur... mais là aussi, il faut s'y laisser prendre, se donner le temps, de scruter le rétro-olfactif et d'un seule coup, on y est, dans le prés, avec le bonheur d'une journée d'été, carressé d'une petite brise...rajeunie de .... ans - pour moi un paquet:-)....


blanc Tscheppe

 

Terres volcaniques entre 400 et 460 m, tuffeau et basalte et gneiss et un élevage sans ajouts ..des pentes de 70% sur certains vignes, des terrasses, façonnées par le vigneron lui-même ....là aussi, des sauvignons (les libellules) d'une pureté rare - et la cuvée de la lucane cerf volant (Hirschkäfer), sorti d'une barrique enterrée pendant 3(?) ans dans le sol, n'a rien de terreux.

Tout les deux travaillent de préférence sans ajout de soufre, tous les deux font des essays avec des amphores, donc des aventures à suivre... et les photos volées au press-book d'Andreas donnent envie, de partir en voyage réel

weingarten Tscheppe

 

 

weingarten winter

 

Nous n'avons pas eu le temps, de faire le tour de leurs voisins de stand - encore 3 autres domaines, dont une soeur et un frère Tscheppe... mais le vins des deux premiers nous ont fait voyager...et je pense, nous partirons bien un jour pour de vraie, pour les rencontrer dans leur élément et sur leur terres...


Véro und Franzn'est-ce pas, Véro:-)?!

 


Voir les commentaires

Vendredis du Vin # 40: Gammes en Beaujolais

28 Octobre 2011, 18:32pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

C'est Olif, notre terroiriste Jurassique, qui nous appel à boire du Beaujolais  - du vrai, pas forcement du Nouveau,et si oui,un qui à survécu à sa sempiternelle sortie fin Novembre donc de faire nos Gammes en Beaujolais  àvant l'heure pour ces Vendredis du Vin # 40. ...Bon, le Beaujolais, normalement, je n'en connais pas grand chose... la mode du Nouveau (levuré à la banane ou étiqueté avec,  ne ma jamais trop attiré  - peut-être parce que je ne suis pas amatrice des macérations carboniques et des vins pubères... mais grâce à notre amitié liée par la toile et des rencontres sur des salon  (de vignerons blogueurs et de vins bios) avec mon amie Isabelle et son mari Bruno, j'ai fait exception à la règle et rentré du Beaujolais à ma cave ily a deux ans.
Un autre Vendredis du Vin ( le # 23, le dernier avant la grande pause et le renouveau grâce au groupe  Facebook ) de notre ancien secrétaire Rémy Charest, blogguer Canadien de  à chacun sa bouteille , nous demandait à l'époque,de plancher sur: Quels vins pour le Printemps?

Pourquoi donc pas vous ressortir par ce temps gris humide de fin d'automne un article, qui nous rappelle le printemps et le fait, qu'un bon vin n'a point de saison:-)!
Donc pas de gammes, mais une variation sur le thème du bon vin, du recyclage, comme nous l'aimons à Lisson, tout à fait durable et écologique sous tous les angles.... (et que les plus que 25 ans me pardonnent, s'ils ont déjà lu en Avril 2009 ici):
 

"Avec le retour de la belle saison, que sortez-vous de vos caves - ou de vos frigos? Pour les premiers apéros sur la terrasse, zyeutez-vous un rosé? Un petit muscadet bien frais?

Ou est-ce que pour vous, le retour du printemps fait songer aux premières grillades, avec un rouge gouleyant et bien en fruit?

En ce temps pascal, voyez-vous un riesling chantant pour le jambon ou un rouge ensoleillé pour l’agneau?"

Chez nous, cela sort de la cave - parce que, comme vous le savez, point de frigo à Lisson! Et même si la belle saison semblait bien au rendez-vous pendant le mois de mars, elle n'était pas encore assez chaude, pour prendre l'apéro en terrasse, avoir envie de rosé ou d'autres vins à boire frais...

Même chose pour les grillades: trop de vent, pour allumer un feu devant la porte - et Pâques, avec son retour du froid et la pluie se passait plutôt au tison.

Donc sujet raté? cela aurait été dommage - la nature se pare malgré le temps changeant d'une éclatante verdure et de couleurs ravissantes, donc le printemps est bien là, faut juste garder sa veste. J'ai donc débouché une bouteille, qui venait d'arriver il y a peu dans ma cave, ensemble avec 5 autres, commandés dans la boutique en ligne, toute fraîche d'une vigneronne, que je suis par blog entre-posé depuis un moment.



Isabelle Perraud, du Domaine des Côtes de la Molière en Beaujolais, qui cultive - en agriculture biologique  - ensemble avec son mari Bruno depuis 1988 ce domaine, situé à Vauxrenard, qui s'étend sur une superficie de 8,5 hectares sur 4 appellations:

- Beaujolais
- Beaujolais Villages
- Moulin à Vent (élaboré sur Chénas et Romanèches Thorins)



Le colis de 6 bouteilles, que j'avais commandé à l'ouverture de sa boutique. m'arrivait en quelques jours:


Les belles bouteilles, cachetées à la cire, avec des étiquettes bien sobres pour les derniers millésimes faisaient plaisir à voire:


Cela me donnait envie, de les prendre en photo tout de suite, dans leur carton et sur la table devant la porte



Et j'ai bien fait, parce que pendant le transport dans le frais de ma cave, m'est arrivé un petit malheur, j'ai trébuché et patatras


Le précieux contenu de deux bouteilles, qui se répand par terre... en laissant, flotter dans l'aire des  arômes si allèchants et plein de fruit, avant d'imbiber le sol en béton de chaux, que je décide tout de suite, d'ouvrir une des rescapées le plus vite possible.

Chose faite pour ce Moulin à Vent 2007, qui pourra décidément devenir mon vin du printemps - et facilement un de mes vins de l'été, de l'automne et pourquoi pas de l'hiver!


Du fruit pure, du vrai,
pas de bonbon anglais,  dense dans la bouche, on le croque, il tapis le palais, il monte au nez, il reste dans la bouche, il s'avale avec un tel plaisir,  qu'il non restait plus, le temps de vouloir prendre une photo du verre.

Du vrais vin, ce Gamay de vignes de 60 ans, naturel comme le revendique Isabelle sur son blog  et comme ils le mettent sur l'étiquette - cela saute au papilles - cela rend heureux, on en boit, sans se prendre la tête - mais en ayant chaud au coeur!

Un vin, pas du tout "un petit vin", pas prétentieux, mais vrai, une gourmandise, pas gouleyant, ce mot, que je n'aime pas, tellement il est appliqué la plupart du temps aux vins passe partout et insipides, mais qui donne envie, d'en boire et ré-boire, pour retrouver le plaisir - je sens, qu'il va falloir commander vite un autre carton - surtout avec les flacons, que ma libation involontaire à laissé s'imbiber dans le sol de ma cave...

et que les vins du Domaine sont tout à fait dans l'air du (prin)temps, n'est plus à prouver. Lisez les louanges chez Hervé Lalau  et Olif:-).


Voir les commentaires

Vendredis du Vin # 39: le vin aimé par sa vigneronne

1 Octobre 2011, 11:54am

Publié par Iris Rutz-Rudel

Le seul vin, qui me vient à l'esprit, pour suivre la consigne de Jacques Berthomeau, président de ces Vendredis du Vin # 39 sur son thème "Le vin qui aimait les femmes",  de se mettre dans la peau d'un vin, est le mien.

 

Pas, parce qu'il serait un "vin à/pour femmes" - loin de là - comme les hommes à femmes, ces grands séducteurs, que Jacques illustre dans sa référence cinématographique, les "vins pour femmes" me laissent de marbre.

 

Mais c'est le vin, que j'essaye de créer chaque année à mon goût - de la vigne à la cave et en bouteille, je lui suis, je le soigne et je le surveille - s'il ne correspond pas à mon goût, il n'arrive pas sur ma table - ni sur la votre...

 

La dégustation à tous les stades fait donc partie de notre relation tout le longue de cette vie commune, du travail, qui a débuté longtemps avant sa naissance... avec l'idée de la création de ce petit vignoble, le longue travail pour y arriver, le choix des cépages, de leur emplacement, de leur conduite, de la taille en plein hiver, à travers les soins pendant l'année, les sueurs, les angoisses, les joies et les déceptions... jusqu'à la récolte de chaque millésime - la lente transformation des jus en vin, l'élevage  jusqu'à 2 ans dans la cave, les dégustation avant la mise en bouteilles...les rendez-vous au fil des années avec leur contenu....

 

Je l'attend et le découvre à chaque fois - et lui aussi, il ne peut jamais être sur, de me plaire....une relation étroite, mais toujours plein de surprises

 

....il est comme je l'aime...il ne l'est pas....je doute de lui....je lui donne encore du temps ...le voilà qui se révèle...je l'aime...

 

....elle m'aime....un petit peu...de tout coeur...avec difficulté...très peu...presque plus... de nouveau enfin: elle m'aime...

 

  film-VdV-39.jpg

cliquer sur le lien

 

en tête à tête avec lui, pas besoin de mots.... il sait lire sur mon visage....

 


Voir les commentaires

Vendredis du Vin # 38: en été n'abandonnez pas votre caviste

30 Juillet 2011, 17:07pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

C'est la consigne, que nous avait donné Patrick Boettcher, le président des Vendredis du Vin # 38 avant de partir visiter la Toscane. À son retour, il ramasse les copies - rendues nombreuses par ses élèves, tous dévoués à leur caviste bien de chez eux ou découvert en voyage - quand ils ne font pas de l'oenotourisme chez le vigneron ou la chasse au foires aux vins...

 

Cavistes VdV 38

 

J'ai rarement l'occasion d'aller visiter des cavistes - mes vacances se font rares - vigne oblige - mais chaque fois, que je passe proche d'un, que cela soit à Paris ou à Düsseldorf, je vous en ai parlé - de ma "question teste",  - voyage oblige - quel vin me conseillez vous, si je ne peu emporter qu'une ou deux bouteilles...en donnant mes goût et préférences, si on me pose la question - donc cje vois, s'il est àl'écoute du client, pour lui proposer un vin à l'hauteur de son attente - ou cela ouvre des pistes, pour cme proposer un vin, qui pourrait me surprendre... et j'ai eu la chance de tomber presque chaque fois sur le bon conseil....

 

Mais j'ai eu le plaisir de découvrir une caviste tout proche de mon village grâce à un ami blogueur venu de loin, qui me facilitera dans l'avenir, de me fournir en bons vins, comme les grand crus Alsaciens de Bruno Schueller, dont j'ai déjà parlé souvent, à 25 km d'Olargues - au Chai de Christine Cannac à Bédarieux -  bar à vin / tapas, on ne peut pas plus agréable et convivial et bien assorti en vins d'une nature, que j'aime...:-).

 

Collage Chai Cannac

 

Donc si vous êtes en vacances dans  l'Hérault, remontez par Faugères ou la vallée de l'Orb en passant par Roquebrun, fleuron de l'Appellation Saint Chinian,  dans nos Hauts Cantons de l'Arrière Pays pour y faire une halte  chez Christine!

 

Chai Christine Cannac 3, sq. Robert-Schuman
Bedarieux (34600)

TÉL : +33 4 67 95 86 14

 

Dans mon rôle de vigneron, j'ai peu l'habitude de rencontrer des cavistes chez moi - comme pour les amateurs, il leur faut prendre rendez-vous, mais contrairement aux amateurs, ils demandent d'abord le tarif "caviste" - et si je leur repond, que j'en ai qu'un seul et unique tarif pour tout le monde, vu la petitesse en volume de ma production, le rendez-vous devient moins urgent - ce que je comprends, n'est pas donné à tout le monde, de vendre un vin, qui a couté au moins 20 € à l'achat  pour 34 ou 36 € ... cela demande plus de force de conviction, qu'une palette de vins de copains à 3,50 revendu aisément entre 5,50 et 7 €. Donc je ne leur en veux pas, si le contact s'arrête là.  Et je comprends bien, qu'étant dans les vins tous les jours, sollicité par des vignerons, qui les démarchent et submergés d'échantillons gratuits, ils ne poussent pas la curiosité jusqu'à commander quelques bouteilles pour leur cave privée;-). Normal - quand on est devenu pro d'une chose et au service des vignerons -   un service, cela se paye - par avance.

 

J'ouvre donc mes bouteilles plus souvent pour des particuliers - gratuit - si la visite et la dégustation des vins  (comptez au moins 3 heures) leur plaît, ils repartent avec du vin dans leur coffre - emportent un beau souvenir, qui dure et qui peut être renouvelé plus tard à la maison, en ouvrent une bouteille...

 

http://www.leblogdolif.com/media/00/00/1377724963.jpg

 

Mais pour quand même parler d'un caviste, qui a le mérite, d'avoir du Lisson dans son offre, et faire un lien avec "été", je me suis finalement dit, que je vais vous présenter un, qui ne croupi pas abandonné derrière son store en ce moment, mais qui fait comme vous: il ferme sa boutique en été, pour partir faire de l'oenotourisme...  - c'est comme cela, qu'il a connu Lisson, qui fait maintenant depuis quelques années partie des "vins à caractère des terroirs cachés",  qu'il vend dans sa boutique - chez lui à Besancon ou sur son site en ligne - et expédie dans toute la France et l'Europe, comme m'a fait découvrir cet article enthousiasmé d'un de mes vins d'un sommelier blogueur Italien il y a quelques semaines.

 

Mon caviste d'été : Les ZinZins du Vin - 14 rue de la Madeleine 03 81 81 24 74, Besançon, France

 

ZinZins cave bistro

 

 

Zin Zins aux bouteilles

aux bouteilles. Fabrice Monnin

 

Zin Zins aux assiettes

 

aux assiettes: Momoko Monnin

 

 

Bonnes vacances donc à Fabrice Monnin et Momoko, sa femme japonaise - pleins de belles découvertes, pour enrichir votre carte et faire la joie de vos clients, qui vont être contents de vous retrouver autour des tapas à l'automne - pendant que le sommelier virtuel sur votre page Web permet aux autres, de choisir et commander aussi pendant votre absence.

 

ZinZins Lisson

 

Pour le Lisson, je signale d'ailleur, que c'est notre Clos des Cèdres 2001 - plus disponible au Domaine -  qui est actuellement en vente - pendant que les millésimes plus jeunes dorment encore dans vos stocks - un caviste, qui fait mûrir les vins chez lui - c'est devenu rare de nos temps... faut vraiment aimer le vin, les vignerons et ses clients:-)!

 


Voir les commentaires

Vendredis du Vin # 35: Le vin fait son cinéma

29 Avril 2011, 10:36am

Publié par Iris Rutz-Rudel

vdv-logo  Après les images instantanées , les images, qui bougent, Nina Izzo de LostinWine, une autre jeune blogueuse vin de Montpellier nous appelle de faire monter le vin en haut de l'affiche et d'en faire notre star.

 

Je pourrais vous raconter l'histoire du making of du seul filme, qui était tourné sur Lisson il y a quelques années, qui m'a apris beaucoup sur le long travail et la patience, qui se cache derrière chaque séquence, qu'on regarde en quelques minutes - comme pour un bon vin,il y a beaucoup d'effort, qui se cache derrière le résultat final...

 

Mais ce n'était pas à proprement dire du cinéma, seulement un petit documentaire, qui passait sur le petit écran de la télévision Francaise - et comme ne ne pouvais même pas le regarder en direct à la diffusion, il n'en reste qu'une trace en noir et blanc, que vous pouvez regarder ici, si cela vous chante.

 

Au cinéma, les images sont plus spectaculaires, les acteurs plus photogéniques, comme 'Adriano Celentano dans la scène La Piagiatura de ce vieu navet Italien, qui raconte l'histoire d'un viticulteur ronchon et misantrop, qui se fait domestiquer par une belle femme;-).

 

 

http://softstreaming.altervista.org/blog/wp-content/uploads/2010/08/BISlocandina.jpgcliquez sur l'image pour la vidéo

 

Sans savoir, quel vin va sortir de cette partie endiablé de pigeage, qui montre bien la superiorité des méthodes naturelles sur la technologie moderne, je dirais, que n'importe quel cru fera recette aujourd'hui avec un pigeur de cet accabit et surtout avec ce tour des reins;-)!

 

Pour ceux qui l'aiment plus classique et déjà dans les verres, il y a les belles scènes du Festin de Babette, ou la bonne cuisine et le bon vin font fondre les principes puritains de toute une tablé de luthériens purs et durs:

 

http://img.over-blog.com/445x262/0/18/12/83/Weinralley/25-Literatur-und-Film/babettes-feast.jpg

pour voir les scènes à table et le miracle du vin sur les âmes des convives, allez voir ici et ici.

 

Ps: après la maintenance d'Over-Blog de ce matin - maintenant:  orage sur Lisson, je coupe donc la ligne, avant de chopper la foudre...à suivre...

Voir les commentaires

Vendredis du Vin # 34: VINstantanés - et pensées de l'instant pour le Japon

25 Mars 2011, 10:15am

Publié par Iris Rutz-Rudel

vdv34C'est Pauline Boet du Blog Eyes Wine Open, qui nous convie à publier aujourd'hui notre photo d'un moment magique autour du vin - Vendredis du Vin # 34: VINstantanés est le titre de ce Vendredis pour blogueurs pressés...par leurs occupations de tous les jours, comme, pour moi, la taille, qui doit être finie bientôt, vu que la sève monte avec force depuis quelques jours....

 

Mais aussi par les actualités, qui nous arrivent de l'autre bout du monde...la pensée au malheur, qui est arrivé au Japon, ne me rends pas très portée vers les futilités et bons mots...la catastrophe, qui s'annonce derrière de plus en plus menaceante me noue la gorge et me rive sur les nouvelles...des média, des "amis", souvent  connus que virtuellement par le Web, mais qui permettent de mettre des visages sur cet empathie globale... parfois aussi rencontrés chez moi, comme notre premier caviste Japonais, qui passait prendre des nouvelle chaque année de Lisson et ses vins, partageait notre table, nous échangions  des petits cadeaux...il va bien physiquement,  cela rassure, mais il y a des milliers d'anonymes, qui ont eu moins de chance... et la menace nucléaire flotte sur tout, sans dénouement heureux en vue...

 

Donc choisir UNE image, qui rappelle tout cela.. le vin, la rencontre, la beauté des moments de partage, l'espoir que fait renaître la vigne chaque année, les petits riens, qui font la beauté de la vie...quelle casse tête...

 

finalement,je suis passé un un "tirage au sort" pour m'en sortir  -  avec  l'image d'un vin, qui m'importe, parce que c'était le premier, mis en bouteille à Lisson avec notre étiquette, avant le 1996, dont je rappelais le souvenir l'autre jour: La Cuvée de la Clôture 1997 - commercialisé l'année suivante, pour combler le trou de la trésorerie, que creusait le financement de la construction de notre première clôture anti-sanglier....un vin, qui portait son cépage - 100% Pinot Noir - sur l'étiquette - chose interdite pour un Vin de Table, qui annonçait aussi son origine et son millésime... tous des information, qui nuisent aux consommateurs, parce qu'elles pourront les induire dans l'erreur, qu'il s'agit d'un "bon vin", comme les vins de nos d'appellation contrôlés, auxquelles il n'a pas droit....

 

Une des rares bouteilles, qui en restent à la cave, est partie 10 ans plus tard au Japon, comme cadeaux pour Monsieur Ushida, le premier, à commercialiser les futures Clos des Cèdres, Échelles de Lisson et Clos du Curé au pays du soleil levant dans sa cave Le Bouchon.

 

J'avais ouvert une autre au printemps dernier, pour accompagner ma première grillade de mouton sur feu de bois devant la porte, en savourant tous ces souvenirs toute seule, juste avec les chats,qui se régalaient des os des côtelettes...

 

cuvée clôture Pinot 1997

 

Voici ma photo - magique que pour moi, parce qu'elle me fait revivre tous ces moments - mais comme le printemps est de nouveau là et que le Japon est si présente dans mes pensée, je vous la partage...et je la dédie aussi à mes amis Japonais ou au Japon  de facebook, comme Hikaru de Yokohama, dont j'ai suivie le blog pendant des années, qui travail à Tokyo  et parle pudiquement des cerisiers en fleur dans les parcs, des vins partagés dans des bars avec des amis, pour ne pas céder à la panique soujassante, à Olivier Silva, qui défend le vin nature àpartir de Saporo - et à Francois Dumas, importeur de vins nature et bio, qui est sur place et essaye d'aider dans les zones dévastées du Nord, à aider les sans abris... qui raconte, comme la situation est désespérante, mais qui finit son message de ce matin avec ces mots entre encouragement et conjurage du sort:

 

 "don't know when I'll have acces to internet next; "la vie est belle"

 


Voir les commentaires

Vendredis du Vin # 32: Trop de livres et pas assez de litres...

3 Février 2011, 18:38pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

vendredis du vinQuel sujet pour ce Vendredis du Vin aurait pu être plus proche de mes deux passions: les livres et le vin, que celui, que nous avait posé Hub Jaming du blog l'Oenothèque: des Litres et des Lettres

 

La 32ème édition des VDV sera littéraire ou ne sera pas.

 

C'est le mot d'ordre, qu'il avait lancé aux blogueurs vin et ils sont nombreux, à avoir répondu à cet appel.

 

Je les ai tous lu, ces contributions poétiques, originelles, touchantes, et Hub attend patiemment , que je rende ma copie, pour publier son compte-rendu.... De retour de 3 jours à Montpellier, pleins de rencontres, images et goûts nouveaux au Salon Millésime Bio 2011, c'était claire: j'allais m'y mettre... mais une semaine plus tard, c'est évident: je dois déclarer forfait: il y aura pas de billet sur les litres et les lettres de ma part, digne d'un Vendredis du Vin et de ses auteurs et lecteurs!

 

Iris lectüre

 

Je me suis noyée, perdue - pas dans le vin, que je n'ai pas appelé à ma rescousse, parce que l'expérience m'a montré, que mon inspiration ne s'améliore pas sous ses effets, qu'au contraire, il me coupe l'envie de parler ou écrire - reste une affaire entre moi et les émotions, qu'il fait naître en moi, s'il est vraiment à mon goût, s'il me touche, comme peut me toucher une musique - dans mon fort intérieur, en me rapprochant de son créateur, mais en m'isolant du reste du monde - je ne serais donc jamais un vrai poète...

 

collage biblio

 

Non, je me suis perdu dans les livres, comme déjà si souvent dans ma vie, dans les miens sur le vin - si nombreux partout dans la maison, dans mes souvenir de ces lieux magiques, que sont pour moi les librairies et bibliothèques depuis ma plus petite enfance..où que je sois...à Paris

 

shakespeare + Compagnyimage volée sor le blog d'une de mes amies Norvégiennes: une de mes madéleines de Proust...

 

ou en province, comme ici à Bordeaux, à la librairie Mollat:

 

livres vin mollat

 

ou en visite dans ma ville natale, chez mes amis libraire de la Altstadt Buchhandlung à Düsseldorf, qui ont aussi un très confidentiel rayon vin dans leur caverne d'Ali Baba et qui étaient mes premiers clients "professionnels" pour les premiers vins de Lisson, avant de devenir des amis, parce qu'il m'était plus facile, d'accoster un libraire avec mes premières bouteilles, que cette gente pour moi encore si étrangère des cavistes...

 

altstadt buchhandlung

 

Donc toutes mes excuses à Hub, de ne pas vous écrire une belle note de dégustation lyrique pour ce Vendredi - mais encore un grand merci, de m'avoir inspiré de reprendre  dans mes mains tant de livres, empoussiérés sur mes étagères, de pouvoir retrouver des vieux amis, même découvrir des perdue et des égarés,  deux pas encore lus... peut-être que vous allez les retrouver ici un jour, quand j'aurais "décanté" ce trop plein, qui me remplit la tête à presque me saouler....

 

 

 


 

 

 


 


Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog