Lisson - infos autour de la vigne et du vin - et d'autres choses

Vendredis du Vin #42: Le Vin du Voyage

27 Janvier 2012, 16:51pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

logo vdvLe monde des blogs des  amateurs du vin voyage depuis ce matin - c'est Guillaume Nicolas-Brion, le président de ce mois de Janvier, qui le souhaitait pour les Vendredis du Vin #42: Le Vin des Voyages

 

Normalement, le mois de Janvier nous fait voyager plutôt dans la vigne, pour commencer la taille, qui prépare le future millésime, mais comme c'est aussi la saison des salons et foires à vin, qui recommence, je me suis dis, qu'à la place de vous ennuyer encore une fois par une balade dans ma vigne, j'allais regarder au Salon Millésime Bio à Montpellier en début de cette semaine, si je n'y trouvais pas un vin, pour me faire voyager....

 

Chose dite, chose faite: dimanche dernier, j'ai pris mon petit sac de voyage, ma caméra et mon ticket de bus, pour partir à la capitale de notre département, 100 km plus à l'est...

 

voyage en bus
Je n'étais pas seule, comme vous montre l'image...à 1€ pour n'importe quel trajet dans le département de l'Hérault, choisir les transports communs et économiser aussi bien du CO2 pour notre planète que des sous de mon portefeuille, n'est plus difficile:-).

 

Une petite halte en route, pour rejoindre une copine vigneronne avec son petit vignoble au pied du Pic de Vissous et une toute belle nouvelle cave au village de son Appellation Coteaux de Languedoc  à Cabrières, donnait déjà un bon avant goût - de vin et de voyage.

Véro Keller halte en route

 

La belle Cave du Mas Coris à Cabrière au pied du Pic de Vissou

 

 

J'ai pu assister in vitro à la naissance de deux de ses cuvées - assemblage judicieuse et brute de cuve de deux échantillons fort prometteurs: Une bouteille à la Mer et Pic de Vissou, qui vont être mis en bouteille au mois de Mars - avis aux amateurs!

 

Mais continuons le voyage, accompagné de Véro maintenant, ma fidèle compagne pendant trois jours plein de découvertes dans les allées du salon - fallait être bien chaussée, prête à cracher et ouvertes aux rencontres toutes agréables, des hommes et femmes du vin:-)

3 pieds 2

 

 

Difficile, de choisir dans ce salon dédié aux seuls vins issus de raisins certifiés bio ou bio-dynamique, et je ne vais pas vous énumérer tous les bons vins, que nous avons laissés s'épanouir sur nos papilles...

zungelangue d'un visiteur du salon après l'épreuve des rouges du Midi

 

bleu blanc rouge

 

Toujours à la recherche de mon vin pour le Vendredi, j'ai finalement décidé, de quitter le royaume du vin Français, pour aller vers un pays, dont je ne connaissais pas les vin - un pays de montagne, pour rester un peu dans l'ambiance de nos propres vignes, et plutôt vers des producteurs, qui présentaient des vins blancs - pour décharger un peu nos langues...

 

Nous voilà en route pour une rangée de tables de vignerons Autrichiens venue en groupe de la Styrie - région en partie frontalière avec la Slovenie, où les vignes s'étalent entre 300 et 600 mètres en climat froid de montagne.

 

Ils sont tous les 5  réunis sous le motto: Schmecke das Leben - goûte la vie - taste the life - certifiés en bio ou bio-dynamie, à la recherche de vins vivants, qui expriment leur terroir.

Ils sont  connu par les passionnés des pays nordiques et des États Unis, comme Alice Feiring, qui leur à rendu visite l'année dernière et en avait parlé sur son blog, comme je viens de découvrir après coup - et Véro et moi avaient suivi le conseil d'un sommelier et blogueur Allemand, avec qui  j'avais discuté du problème, que beaucoup de vins présents sur le salon laissaient le dégustateur un peu sur sa faim, s'il était à la recherche d'une expression, que devrait apporter une démarche respectueuse du terroir et de la plante, si elle était continuée, une fois le raisin rentré en cave ... à la recherche de la différence dans le verre...sur nos palais...

 

Sa remarque: "si vous cherchez des vrais freaks en matière de cave" m'avait plus préparé à une rencontre style "néo-vigneron voué aux vins naturels", comme nous en avions vu un bon échantillonage  à l'Off de la Remise pendant Millésime Bio 2011 - mais chez les vignerons Autrichiens, la différence ne se manifestait pas dans la dégaine extérieure;-)...

 

Franz Strohmeier Andreas Tscheppe

Franz Strohmeier et Andreas Tscheppe

 

Trauben, Liebe und Zeit - raisins, amour et temps - c'est écrit sur les bouteilles de Franz Strohmeiner, (dont le site est en panne, donc pas de lien possible en ce moment) et le nom fait déjà toute la lumière sur le processus de vinification sans ajouts. Des vins élevés en barriques pendant au moins18 mois et mis en bouteille sans filtrage.

L'amour porté à la vitalité de la vigne et le temps, qui est laissé aux raisins à la cave, pour exprimer cette vitalité, que aucun ajout vient de freiner et qui en fait des vins, qui sont vraiment vivants...

TLZ gelb

 

Comme ce blanc  plutôt jaune à base de Chardonnay, le Trauben-Liebe-Zeit gelb - ou son frère, l'orange à base de Sauvignon blanc (85%), Muscateller et Chardonnay - tous les deux élevés 36 mois en barriques, dont 6 mois sur les peaux pour l'orange - sans filtrage, et en bouche d'une profondeur et richesse, que c'est Là, que commence le voyage pour laquelle j'étais venue - elle ne mènera pas toujours au même endroit, comme nos esprits ne sont pas toujours dans le même état, quand nous nous retrouvons face à un vin, ...comme le vin n'est pas toujours dans le même état, si on ne l'a pas châtré sur son parcours - j'y retrouve les vins de patience, que j'essaye de faire moi même, et j'aimerais bien en avoir quelques bouteilles dans ma cave, pour croiser leur chemins du temps en temps et voire, où nous en sommes, eux et moi, au moment de chaque nouvelle rencontre....et je suis sure, que cela ne sera jamais ennuyeux....

 

Le lendemain, j'avais droit à une goutte du TLZ  noir 2007, comme tous les rouges de la maison à base d'un cépage autochtone, le Blauer Wildbacher (ruisseau sauvage bleu) - 48 mois en barrique, également mis sans filtrage - un madère, dans lequel il y a à boire et à manger, qui renvoie au coin du feu, une couverture sur les genoux et un bon livre dans le creux du bras....et qui n'en finit pas sur le palais, longtemps après l'avoir finalement avalé.... J'ai hâte, de faire un échange avec un vin de Lisson, un Merlot de 2000 ou un Clos du Curé dans la même veine...

 

Andreas

 

Changement complet en passant chez Andreas Tscheppe, qui a ses vignes à 40 km de Strohmeier, ici aussi Chardonnay, Sauvignon Blanc et Gelbmuskateller (muscat à petit grain), des bouteilles de toute beauté

 

etiketten Tcheppe

comme chez Franz, que des vins sur le stand, qui ne sont pas encore mises en bouteilles, donc amenés brut de cuve...

et dégustés après les sauvageonnes de son voisin d'abord moins impressionnants, parce que plu fluide, discrets, plein de fraîcheur... mais là aussi, il faut s'y laisser prendre, se donner le temps, de scruter le rétro-olfactif et d'un seule coup, on y est, dans le prés, avec le bonheur d'une journée d'été, carressé d'une petite brise...rajeunie de .... ans - pour moi un paquet:-)....


blanc Tscheppe

 

Terres volcaniques entre 400 et 460 m, tuffeau et basalte et gneiss et un élevage sans ajouts ..des pentes de 70% sur certains vignes, des terrasses, façonnées par le vigneron lui-même ....là aussi, des sauvignons (les libellules) d'une pureté rare - et la cuvée de la lucane cerf volant (Hirschkäfer), sorti d'une barrique enterrée pendant 3(?) ans dans le sol, n'a rien de terreux.

Tout les deux travaillent de préférence sans ajout de soufre, tous les deux font des essays avec des amphores, donc des aventures à suivre... et les photos volées au press-book d'Andreas donnent envie, de partir en voyage réel

weingarten Tscheppe

 

 

weingarten winter

 

Nous n'avons pas eu le temps, de faire le tour de leurs voisins de stand - encore 3 autres domaines, dont une soeur et un frère Tscheppe... mais le vins des deux premiers nous ont fait voyager...et je pense, nous partirons bien un jour pour de vraie, pour les rencontrer dans leur élément et sur leur terres...


Véro und Franzn'est-ce pas, Véro:-)?!

 


Voir les commentaires

À mettre sous le sapin.... 2

23 Décembre 2011, 13:57pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

un beau livre de Jean-Claude Bousquet, édité chez les Écologistes de l'Euzière, qui enfin nous apprendra tout sur la géologie viticole la plus riche de France:

 

Terroirs-viticoles--jpg

Pour en savoir plus, vous pouvez télécharger le fichier d'annonce, qui contient aussi le dossier de presse ici .

 

Jean-Claude BOUSQUET : Terroirs viticoles. Paysages et géologie en Languedoc, publié par l'Association les Écologistes de l'Euzière.

 

Je l'ai feuilleté hier chez un ami vigneron et je suis décidée: ce beau livre instructif, avec ses belles photos et surtout ses cartes et coupes de terrain, va réjoindre ma collection de livres sur la géologie de la vigne en France et ailleurs. à mettre à côté du Wilson et du Fanet.

 

 

à commander directement chez les Écologistes de l'Euzière ou chez votre libraire ou Amazon, qui l'offre à une trentaine d'Euro.

 

Bonne lecture! - même s'il n'arrive qu'après les fêtes....

Voir les commentaires

À mettre sous le sapin.... 1

23 Décembre 2011, 10:51am

Publié par Iris Rutz-Rudel

à peu de frais mais grand coéfficient temps/plaisir:

 

une visite sur le photo- blog d'Andrea Schmitz - photographe de talent tri-lingue, originaire - comme moi - de Düsseldorf, en Allemagne, mais résidente  - comme moi encore - en France:

http://www.andreaschmitz.com/wp-content/uploads/2011/10/Alain-Moueix-17.jpg

Des images, qui disent plus que milles mots - comme son magnifique portrait des vendanges chez Alain Moueix par exemple.

 

À fouiller dans les archives sans modération :-)!

Voir les commentaires

Calendrier de l'Avin - 21 Décembre 2011

21 Décembre 2011, 00:05am

Publié par Iris Rutz-Rudel

à trois jours de Noël, c'est notre chère Eva Robineau du Blog Oenos, qui m'a convié a remplir la petite porte - ou est-ce plutôt une fenêtre? -  du Calendrier de l'Avin 2011, que les amateurs du vin peuvent ouvrir tous les jours, pour y trouver le coup de coeur d'un autre passionné de vin.

 

calendrierdelavin2011.jpg

 

J'ai donc cherché quelque-chose, qui corresponde à cette période hivernale, pendant que la première neige tombe sur ma montagne en face et les giboulées m'amènent les premiers flocons jusqu'en bas devant la porte de Lisson.

Et non, ce n'est pas un vin chaud, qui m'inspire, mais un vin aussi frais que l'air dehors, mais au même temps chaleureux en bouche, plein d'arômes, qui font rêver de temps plus cléments, remplit de notes de fleurs et de fruits blancs...

C'est sur une bouteille de mon ami vigneron Bruno Schueller, qu'est tombé mon choix: Au nom énigmatique pour les non-initiés: Le Bild - raccourci dû, comme chez beaucoup des meilleurs vignerons de France, aux facéties des Appellations, qui lui ont probablement interdit. de réclamer le terroir classé de ces raisins: Le Bildstoeckle - pour des raisons, qui m'échappent au moment, où j'ouvre la bouteille.

Le Bild

Donc encore un Vin de Table, qui me régale, mis en bouteille en Alsace, à Husseren les Trois Châteaux - et, comme pour tous les vrais bons vins, je peux dire: Je m'en fous de son Appellation, c'est ce liquide doré dans mon verre, qui m'enchante et me transporte vers une journée de printemps, pleine de notes florales et de promesses...

frais et aux profonds arômes de fleurs


à 3 jours de Noel en plein hiver! Donc bonne Fêtes à vous tous - en cet Avin plein de bonnes surprises!

Domaine Gérard Schueller et Fils - Alsace. Gérard et Bruno Schueller. La Dîme 68420 Husseren-les-Châteaux.. Tél:. 03 89 49 31 54.

Voir les commentaires

Vendredis du Vin # 40: Gammes en Beaujolais

28 Octobre 2011, 18:32pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

C'est Olif, notre terroiriste Jurassique, qui nous appel à boire du Beaujolais  - du vrai, pas forcement du Nouveau,et si oui,un qui à survécu à sa sempiternelle sortie fin Novembre donc de faire nos Gammes en Beaujolais  àvant l'heure pour ces Vendredis du Vin # 40. ...Bon, le Beaujolais, normalement, je n'en connais pas grand chose... la mode du Nouveau (levuré à la banane ou étiqueté avec,  ne ma jamais trop attiré  - peut-être parce que je ne suis pas amatrice des macérations carboniques et des vins pubères... mais grâce à notre amitié liée par la toile et des rencontres sur des salon  (de vignerons blogueurs et de vins bios) avec mon amie Isabelle et son mari Bruno, j'ai fait exception à la règle et rentré du Beaujolais à ma cave ily a deux ans.
Un autre Vendredis du Vin ( le # 23, le dernier avant la grande pause et le renouveau grâce au groupe  Facebook ) de notre ancien secrétaire Rémy Charest, blogguer Canadien de  à chacun sa bouteille , nous demandait à l'époque,de plancher sur: Quels vins pour le Printemps?

Pourquoi donc pas vous ressortir par ce temps gris humide de fin d'automne un article, qui nous rappelle le printemps et le fait, qu'un bon vin n'a point de saison:-)!
Donc pas de gammes, mais une variation sur le thème du bon vin, du recyclage, comme nous l'aimons à Lisson, tout à fait durable et écologique sous tous les angles.... (et que les plus que 25 ans me pardonnent, s'ils ont déjà lu en Avril 2009 ici):
 

"Avec le retour de la belle saison, que sortez-vous de vos caves - ou de vos frigos? Pour les premiers apéros sur la terrasse, zyeutez-vous un rosé? Un petit muscadet bien frais?

Ou est-ce que pour vous, le retour du printemps fait songer aux premières grillades, avec un rouge gouleyant et bien en fruit?

En ce temps pascal, voyez-vous un riesling chantant pour le jambon ou un rouge ensoleillé pour l’agneau?"

Chez nous, cela sort de la cave - parce que, comme vous le savez, point de frigo à Lisson! Et même si la belle saison semblait bien au rendez-vous pendant le mois de mars, elle n'était pas encore assez chaude, pour prendre l'apéro en terrasse, avoir envie de rosé ou d'autres vins à boire frais...

Même chose pour les grillades: trop de vent, pour allumer un feu devant la porte - et Pâques, avec son retour du froid et la pluie se passait plutôt au tison.

Donc sujet raté? cela aurait été dommage - la nature se pare malgré le temps changeant d'une éclatante verdure et de couleurs ravissantes, donc le printemps est bien là, faut juste garder sa veste. J'ai donc débouché une bouteille, qui venait d'arriver il y a peu dans ma cave, ensemble avec 5 autres, commandés dans la boutique en ligne, toute fraîche d'une vigneronne, que je suis par blog entre-posé depuis un moment.



Isabelle Perraud, du Domaine des Côtes de la Molière en Beaujolais, qui cultive - en agriculture biologique  - ensemble avec son mari Bruno depuis 1988 ce domaine, situé à Vauxrenard, qui s'étend sur une superficie de 8,5 hectares sur 4 appellations:

- Beaujolais
- Beaujolais Villages
- Moulin à Vent (élaboré sur Chénas et Romanèches Thorins)



Le colis de 6 bouteilles, que j'avais commandé à l'ouverture de sa boutique. m'arrivait en quelques jours:


Les belles bouteilles, cachetées à la cire, avec des étiquettes bien sobres pour les derniers millésimes faisaient plaisir à voire:


Cela me donnait envie, de les prendre en photo tout de suite, dans leur carton et sur la table devant la porte



Et j'ai bien fait, parce que pendant le transport dans le frais de ma cave, m'est arrivé un petit malheur, j'ai trébuché et patatras


Le précieux contenu de deux bouteilles, qui se répand par terre... en laissant, flotter dans l'aire des  arômes si allèchants et plein de fruit, avant d'imbiber le sol en béton de chaux, que je décide tout de suite, d'ouvrir une des rescapées le plus vite possible.

Chose faite pour ce Moulin à Vent 2007, qui pourra décidément devenir mon vin du printemps - et facilement un de mes vins de l'été, de l'automne et pourquoi pas de l'hiver!


Du fruit pure, du vrai,
pas de bonbon anglais,  dense dans la bouche, on le croque, il tapis le palais, il monte au nez, il reste dans la bouche, il s'avale avec un tel plaisir,  qu'il non restait plus, le temps de vouloir prendre une photo du verre.

Du vrais vin, ce Gamay de vignes de 60 ans, naturel comme le revendique Isabelle sur son blog  et comme ils le mettent sur l'étiquette - cela saute au papilles - cela rend heureux, on en boit, sans se prendre la tête - mais en ayant chaud au coeur!

Un vin, pas du tout "un petit vin", pas prétentieux, mais vrai, une gourmandise, pas gouleyant, ce mot, que je n'aime pas, tellement il est appliqué la plupart du temps aux vins passe partout et insipides, mais qui donne envie, d'en boire et ré-boire, pour retrouver le plaisir - je sens, qu'il va falloir commander vite un autre carton - surtout avec les flacons, que ma libation involontaire à laissé s'imbiber dans le sol de ma cave...

et que les vins du Domaine sont tout à fait dans l'air du (prin)temps, n'est plus à prouver. Lisez les louanges chez Hervé Lalau  et Olif:-).


Voir les commentaires

Vendredis du Vin # 39: le vin aimé par sa vigneronne

1 Octobre 2011, 11:54am

Publié par Iris Rutz-Rudel

Le seul vin, qui me vient à l'esprit, pour suivre la consigne de Jacques Berthomeau, président de ces Vendredis du Vin # 39 sur son thème "Le vin qui aimait les femmes",  de se mettre dans la peau d'un vin, est le mien.

 

Pas, parce qu'il serait un "vin à/pour femmes" - loin de là - comme les hommes à femmes, ces grands séducteurs, que Jacques illustre dans sa référence cinématographique, les "vins pour femmes" me laissent de marbre.

 

Mais c'est le vin, que j'essaye de créer chaque année à mon goût - de la vigne à la cave et en bouteille, je lui suis, je le soigne et je le surveille - s'il ne correspond pas à mon goût, il n'arrive pas sur ma table - ni sur la votre...

 

La dégustation à tous les stades fait donc partie de notre relation tout le longue de cette vie commune, du travail, qui a débuté longtemps avant sa naissance... avec l'idée de la création de ce petit vignoble, le longue travail pour y arriver, le choix des cépages, de leur emplacement, de leur conduite, de la taille en plein hiver, à travers les soins pendant l'année, les sueurs, les angoisses, les joies et les déceptions... jusqu'à la récolte de chaque millésime - la lente transformation des jus en vin, l'élevage  jusqu'à 2 ans dans la cave, les dégustation avant la mise en bouteilles...les rendez-vous au fil des années avec leur contenu....

 

Je l'attend et le découvre à chaque fois - et lui aussi, il ne peut jamais être sur, de me plaire....une relation étroite, mais toujours plein de surprises

 

....il est comme je l'aime...il ne l'est pas....je doute de lui....je lui donne encore du temps ...le voilà qui se révèle...je l'aime...

 

....elle m'aime....un petit peu...de tout coeur...avec difficulté...très peu...presque plus... de nouveau enfin: elle m'aime...

 

  film-VdV-39.jpg

cliquer sur le lien

 

en tête à tête avec lui, pas besoin de mots.... il sait lire sur mon visage....

 


Voir les commentaires

Pour le goût et les odeurs - premiers essaies par USB

21 Septembre 2011, 11:02am

Publié par Iris Rutz-Rudel

comme promis ici, nous y travaillons dure à la transmission virtuelle des arômes de notre vin - vous pouvez cliquer sur l'image, pour avoir une première impression ...

 

 

 

USB-Vin.jpg

 

 

...si votre ordinateur n'est pas encore assez performant, pour vous permettre de télécharger le goût et le bouquet,  pour une dégustation: il y a aussi la poste, qui peut vous les acheminer sur simple commande

 

Plus d'informations sur simple demande au: lisson@wanadoo.fr

 

 

Voir les commentaires

2011 - les vendanges de la patience - en images

21 Septembre 2011, 09:52am

Publié par Iris Rutz-Rudel

Année précoce - tout le monde l'avait dit - en début d'été ... en Champagne la récolte s'est déjà terminée partout il y a 8 à 10 jours - en Beaujolais, les vins sont prêts...mais nous ne vivons pas le même calendrier dans nos montagne de l'arrière pays du Languedoc.

 

beau temps


 

Année plein de caprioles - et donc  année de patience pour nous sur la colline de Lisson - comme toujours, quand on veut ramasser des raisins bien mures pour faire un vin, qui lui aussi sera vinifié patiamment et elevé, en lui laissant le temps de se reveler ...chaque millésime nous offrant son caractère bien particulier...

 

soleil et vent de retour

 

Sur nos pratiques, tout était dit maintes fois - dans la vigne ou à la cave racontent les derniers millésimes -

 

caisses

 

Cette année - 2011 - vendanges débutés fin Août pour les cépages toujours précoces dans notre Midi: Pinot et Merlot -

merlot

 

 

Pinot

 

les premiers à fermenter à la cave dans leurs petites cuves Inox, surveillés, choiés, quichés, mais en paix et tranquilité..

 

cuve

 

piger

 

Le Mourvèdre, tardif - attend - journées ensolleilées et nuits fraiches lui laissent le temps -

 

Mourvèdre sain

 

 

grappe Mourvèdre 9.9.11

 

mais c'est pour bientôt - les assaults de nos amis devoreurs de raisins - à 4 pattes ou 2 ailes - qui se sont déjà repus du Côt et de la majorité des Cabernets, obligent...mais ne parlons pas des chosent, qui fâchent, positivons et concentrons nous sur les belles grappes encore en perspective...

 

 

jus mourvedre

 

Nous surveillons la maturité - au goût comme au mustimètre ..

 

jus prélèvement Mourvèdre 16.9.2011

 

 

et assistons pendant cette attente la transformation magique du jus de raisin en vin dans nos cuves - chaque année une symphonie pour nos sens, dont je ne peux partager que les couleurs avec vous... dommage...

 

Pinot dense - 998

 

 

à suivre... nous y travaillons....:-).

 

 


Voir les commentaires

une rentrée joueuse autour du vin

3 Septembre 2011, 09:04am

Publié par Iris Rutz-Rudel

C'est la pétillante Eva du blog Oenos, qui veux nous mettre sur le rails après le ralentissement bien visible de la blogosphère vinique (même pas de Vendredis du Vin en Août, pour respecter le repos des guerriers en vacances...).

 

Et comme elle est joueuse, elle nous entraine tous dans une chaine de tagues autour de notre sujet commun (si pas préféré pour beaucoup): le vin.

 

Pas trop joueuse d'habitude, je m'étais déjà laissée entrainer il y a quelques années par Régis Chaigne dans une telle aventure...qui s'appelait: sept voiles levées...et toujours pas nue...;-)....donc une deuxième fois ne serait pas coutume, étant tagué moi même par Guillaume duMorgondanslesveines, je m'execute...en faisant appell à d'autres activistes du vin, de me suivre: Je "tague" donc de mon côté: Obiwine, qui m'a fait le plaisir d'un bon reportage sur Laurent Vaillé l'autre jour, ma copine Véronique Attard, mieux connue sur Facebook comme toute jeune vigneronne du petit domaine Mas Coris,une blogueuse de l'autre côté de l'Atlantic, la Quebecoise Dominique Brault , qui aime le vin presque autant que les chiens et les jeux, mon confrère Lilian Bauchet, blogueur prolixe du Beaujolais, qui s'est grillé comme moi dans les vignes cet été, mais peut-être cela va l'inspirer 5 minutes...et Francis Boulard, mon vigneron Champagnois préféré, s'il y le temps entre deux presses....avec Régis Bourgine, caviste et vigneron à ses heures, en remplacant...

 

Bon, le plus dure est fait...maintenant, il suffit de copier les questions et d'y répondre

 

606px-Jérôme Bosch-Les 7 Péchés CapitauxLes septs péchés capitaux: Jérôme Bosch (source: wikipédia)

 

L’avarice : Quelle bouteille avez-vous trouvé outrageusement bonne malgré un prix honteusement bas?

C'est simple et j'en ai déjà parlé: les vins de mon ami vigneron (à la retraite maintenant), Serge Boissezon de Boissezon, un hameau dans la vallée de l'Orb. Déjà en bio il y a 30 ans, discrèt, timide, mais intransigeant sur la qualité de ses raisins, qui nous vendait le même vin en vrac pour nos repas quotidiens que celui, que les touristes lui arrachaient en bouteille (autour de 12 FF) et qui était un régal, égalant et surpassant à l'époque souvent des bouteilles "préstigieuses", que les mêmes touristes/amateurs de vin commandaient en primeur chez des vignerons médiatisés du Languedoc...

 

 

La paresse : Quel vin n’avez-vous jamais goûté par flemme de vadrouiller dans X cavistes pour le trouver?

Je n'en peux pas trouver d'example... même si je n'ai guere le temps d'aller vadrouiller chez beaucoup de cavistes, je saurais toujours trouver un vin, qui m'interesse vraiment, la possibilité d'en commander une bouteille en direct chez le producteur existe, normalement, les frais de m'en faire envoyer une par Colissimo (comme le font mes clients), sera bien moins cher, qu'un déplacement chez le caviste le plus proche (j'habite la campagne, donc ce n'est pas un billet de métro, comme dans la capitale, qu'il me faudra...)

 

La luxure : Dans quel vin aimeriez-vous prendre un bain et faire des bisous (oui, il y a des enfants dans l’assemblée, on fait soft) avec votre moitié?

Ah, là, rien ne vaut le souvenir de nos premiers pigeages des cuves (des demi-muids en bois, 600l et mis débout, pour pouvoir y accéder par le dessus)... qu'elle plaisir, de rentrer dans le mout, pour enfoncer le chapeau de marc à la manière ancienne..tout tiède, tout doux, entourée des odeurs énivrantes de nos premiers vins naissants....un plaisir, que j'ai partagée avec Claude Rudel...donc cela remonte loin...mais la mémoire reste vive....

 

Entre temps, n'ayez pas peure, cela ne se fait plus comme cela à Lisson...cuves Inox, pigées à la quiche tous les jours, en restant bien à l'extérieur...c'est plus hygiénique, certes, mais tellement moins sensuel....

 

L’envie : Quel vin dégusté sans vous par l’un de vos amis ou connaissances vous a fait le plus envie (et enragé)?

La rage, je me la reserve pour des occasions plus importants (la pollution du planète par l'envie du gain, pour n'en nommer qu'une)

 

Et mon envie de déguster le vin de la DRC était satisfait par un client ami il y a des années déjà...donc pour moi, pas une envie, seulement parfois un petit regret, de ne pas avoir le temps (et les moyens), de tout gouter dans une vie...mais c'est valable pour tant de belles choses, qu'il vaut mieux pas "pécher" par ce sentiment.

La gourmandise : Quelle bouteille pourriez-vous siffler tout seul d’une seule traite ou presque?

Je ne bois rarement toute seule - je préfère partager leplaisir de la découverte...mais si je pense à un vin, qui m'a fait cet effet, c'était bien l’Essence (Le sens) du Chenin de Patrick Baudouin...

 

La colère : Quel vin vous a tellement déçu que vous l’avez jeté de colère après l’avoir dégusté?

Chez moi, j'en ai pas de souvenir, j'essaye de bien choisir les vins, que je met sur ma table...peut-être une déception, si j'ai la malchance, de tomber sur une bouteille défectueuse, mais cela ne déclenche pas de colère...ailleurs: cela m'arrive plus souvent, avec des vins quelconques, que servent la pluparts des hôtes et des restaurants, mais là,  je m'y suis habituée et je noye volontier ma colère dans un bon verre d'eau,  en me disant, que je serais encore une fois une conductrice sobre sans mal à la tête le lendemain...

 

L’orgueil : Quelle bouteille pensez-vous être le seul à pouvoir apprécier à sa juste valeur?

Là,  je réjoigne mon amie Isabelle Perraud: certains de mes vins, parce que je suis la seule, à connaître leurs histoire,  de la plantation à la récolte, de la vigne au verre, de leurs premiers aromes en cuve, des passages floraux en barriques, de leur ar1omes àla mise en bouteille et souvent aussi ce ce qu'ils donneront, si j'ai la patiance, de les attendre quelques années de plus...

 

Et voilà, vous savez tout sur mes péchés...les clients de la matinée vont arriver à la poste d'Olargues...je vous laisse suivre les liens vers les autres.. et bientôt des nouvelles des vendanges 2011, qui sont quand même notre jeu pricipale du moment:-).

 

 

Voir les commentaires

Vendredis du Vin # 38: en été n'abandonnez pas votre caviste

30 Juillet 2011, 17:07pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

C'est la consigne, que nous avait donné Patrick Boettcher, le président des Vendredis du Vin # 38 avant de partir visiter la Toscane. À son retour, il ramasse les copies - rendues nombreuses par ses élèves, tous dévoués à leur caviste bien de chez eux ou découvert en voyage - quand ils ne font pas de l'oenotourisme chez le vigneron ou la chasse au foires aux vins...

 

Cavistes VdV 38

 

J'ai rarement l'occasion d'aller visiter des cavistes - mes vacances se font rares - vigne oblige - mais chaque fois, que je passe proche d'un, que cela soit à Paris ou à Düsseldorf, je vous en ai parlé - de ma "question teste",  - voyage oblige - quel vin me conseillez vous, si je ne peu emporter qu'une ou deux bouteilles...en donnant mes goût et préférences, si on me pose la question - donc cje vois, s'il est àl'écoute du client, pour lui proposer un vin à l'hauteur de son attente - ou cela ouvre des pistes, pour cme proposer un vin, qui pourrait me surprendre... et j'ai eu la chance de tomber presque chaque fois sur le bon conseil....

 

Mais j'ai eu le plaisir de découvrir une caviste tout proche de mon village grâce à un ami blogueur venu de loin, qui me facilitera dans l'avenir, de me fournir en bons vins, comme les grand crus Alsaciens de Bruno Schueller, dont j'ai déjà parlé souvent, à 25 km d'Olargues - au Chai de Christine Cannac à Bédarieux -  bar à vin / tapas, on ne peut pas plus agréable et convivial et bien assorti en vins d'une nature, que j'aime...:-).

 

Collage Chai Cannac

 

Donc si vous êtes en vacances dans  l'Hérault, remontez par Faugères ou la vallée de l'Orb en passant par Roquebrun, fleuron de l'Appellation Saint Chinian,  dans nos Hauts Cantons de l'Arrière Pays pour y faire une halte  chez Christine!

 

Chai Christine Cannac 3, sq. Robert-Schuman
Bedarieux (34600)

TÉL : +33 4 67 95 86 14

 

Dans mon rôle de vigneron, j'ai peu l'habitude de rencontrer des cavistes chez moi - comme pour les amateurs, il leur faut prendre rendez-vous, mais contrairement aux amateurs, ils demandent d'abord le tarif "caviste" - et si je leur repond, que j'en ai qu'un seul et unique tarif pour tout le monde, vu la petitesse en volume de ma production, le rendez-vous devient moins urgent - ce que je comprends, n'est pas donné à tout le monde, de vendre un vin, qui a couté au moins 20 € à l'achat  pour 34 ou 36 € ... cela demande plus de force de conviction, qu'une palette de vins de copains à 3,50 revendu aisément entre 5,50 et 7 €. Donc je ne leur en veux pas, si le contact s'arrête là.  Et je comprends bien, qu'étant dans les vins tous les jours, sollicité par des vignerons, qui les démarchent et submergés d'échantillons gratuits, ils ne poussent pas la curiosité jusqu'à commander quelques bouteilles pour leur cave privée;-). Normal - quand on est devenu pro d'une chose et au service des vignerons -   un service, cela se paye - par avance.

 

J'ouvre donc mes bouteilles plus souvent pour des particuliers - gratuit - si la visite et la dégustation des vins  (comptez au moins 3 heures) leur plaît, ils repartent avec du vin dans leur coffre - emportent un beau souvenir, qui dure et qui peut être renouvelé plus tard à la maison, en ouvrent une bouteille...

 

http://www.leblogdolif.com/media/00/00/1377724963.jpg

 

Mais pour quand même parler d'un caviste, qui a le mérite, d'avoir du Lisson dans son offre, et faire un lien avec "été", je me suis finalement dit, que je vais vous présenter un, qui ne croupi pas abandonné derrière son store en ce moment, mais qui fait comme vous: il ferme sa boutique en été, pour partir faire de l'oenotourisme...  - c'est comme cela, qu'il a connu Lisson, qui fait maintenant depuis quelques années partie des "vins à caractère des terroirs cachés",  qu'il vend dans sa boutique - chez lui à Besancon ou sur son site en ligne - et expédie dans toute la France et l'Europe, comme m'a fait découvrir cet article enthousiasmé d'un de mes vins d'un sommelier blogueur Italien il y a quelques semaines.

 

Mon caviste d'été : Les ZinZins du Vin - 14 rue de la Madeleine 03 81 81 24 74, Besançon, France

 

ZinZins cave bistro

 

 

Zin Zins aux bouteilles

aux bouteilles. Fabrice Monnin

 

Zin Zins aux assiettes

 

aux assiettes: Momoko Monnin

 

 

Bonnes vacances donc à Fabrice Monnin et Momoko, sa femme japonaise - pleins de belles découvertes, pour enrichir votre carte et faire la joie de vos clients, qui vont être contents de vous retrouver autour des tapas à l'automne - pendant que le sommelier virtuel sur votre page Web permet aux autres, de choisir et commander aussi pendant votre absence.

 

ZinZins Lisson

 

Pour le Lisson, je signale d'ailleur, que c'est notre Clos des Cèdres 2001 - plus disponible au Domaine -  qui est actuellement en vente - pendant que les millésimes plus jeunes dorment encore dans vos stocks - un caviste, qui fait mûrir les vins chez lui - c'est devenu rare de nos temps... faut vraiment aimer le vin, les vignerons et ses clients:-)!

 


Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog