Lisson - infos autour de la vigne et du vin - et d'autres choses

et voilà un bon exemple à suivre

31 Octobre 2008, 10:53am

Publié par Iris Rutz-Rudel

après la "journée noire" de la blogosphère vineuse, voilà que c'est un nouveau vigneron-blogguer, qui nous montre la voie. Un nouveau venu parmi les blogguers, mais ni dans le monde du (très bon) vin, ni sur le Web.

 Parce que Patrick Baudouin, du Layon,  est largement connu chez les amateurs du vin et chez ses collègues - par ses Chenins d'anthologie (et naturels, sans sucre ajouté), son engagement chez SAPROS, ses prises de positions sur feu iacchos, et j'en passe.




Le premier article est déjà la réponse plus que symbolique aux discussion autour de la jeunesse, du vin, de notre culture de partage et plaisir!

Je le sens: c'est un blog vigneron à lire sans modération - bienvenu Patrick - et longue vie à ton blog!




Voir les commentaires

Brave New World

30 Octobre 2008, 08:34am

Publié par Iris Rutz-Rudel

Une décision de la Cour d'Appel de Paris du 13 février 2008 a mis en lumière le vide juridique de la loi Evin concernant Internet. Les associations de lutte contre l'alcoolisme, suivies par la justice, ont profité de ce vide pour interdire la publicité pour le vin sur Internet. Par extension cette condamnation menace tous les médias qui parlent du vin sur Internet et suscite depuis une grande inquiétude au sein de la filière.

Un groupe de travail a été mis en place par la présidence de la république afin de moderniser la loi Evin mais les pressions pour adopter un cadre réglementaire défavorable à la filière du vin sont très fortes. Aujourd'hui c'est à Matignon voire à l'Elysée de trancher et nous souhaitons, à la veille de cette décision au plus haut sommet de l'Etat rappeler que :



-l'éducation est la meilleure des préventions
-Internet est un formidable outil d'éducation puisqu'il permet de rapprocher le vigneron dans sa vigne de tous les internautes
-Internet n'est pas un mouvement de mode mais est désormais le lieu dominant d'expression, de communication et de partage d'information
-La filière du vin ne peut pas se permettre de ne pas être présente sur Internet
-Le vin est notre culture, défendons là

pour que nos pages Internet sur nos vins  et nos blogs ne ressemblent pas bientôt à cela.



Voir les commentaires

Nos vins nouveaux

24 Octobre 2008, 17:07pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

Non,non, n'ayez pas peur, Lisson ne s'est pas lancé dans la production de vins primeurs, mais nous nous régalons tous les jours à déguster nos vins nouveaux à la cuve, pour suivre leur évolution.


Il y a dix jours, il y avait encore une nette différence dans l'aspect des jus entre nos deux cuves 2008.



Le future Pinot - qui sera un assemblage cette année, enrichi des Cabernets, du Côt et du petit Verdot - un mariage heureux entre cépages Bordelais et Bourguignon, qu'on trouve probablement peu souvent en France - se présentait déjà comme vin (presque) fini, avec une couleur profonde, ayant transformé ses sucres et prêt à entamer sa fermentation malo-lactique.


Le Mourvèdre, récolté bien 4 semaines plus tard, était encore en pleine fermentation alcoolique, donc en pleine effervescence, mangeant chaque jours quelques grammes de sucre de plus (il y avaient quand même 255g/l à digérer).

Entre temps, il a rattrapé le Pinot - en couleur et en netteté d'aspect - encore quelques jours et les deux vont suivre - après un petit détour d'une partie par le vieux pressoir clic-clac -  la descente "naturelle" de la maison, pour arriver par gravité de leurs cuves à l'étage dans les barriques à la cave, où ils vont poursuivre leur jeune vie en toute tranquillité pendant leur premier hiver.

Primeur, il y en aura quand même à Lisson: l'offre de la réservation "en primeur" du millésime 2007 va arriver - ainsi que la mise à la vente du plus que rare 2006, qui est en bouteille depuis ce printemps...

Vous pouvez déjà vous manifester, pour demander d'être parmi les premiers à être informé - du 2006, il n'y aura que 3 bouteilles par commande de disponible...


Voir les commentaires

Le temps des marrons

13 Octobre 2008, 18:01pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

Journée d'automne - premier jour de brumes depuis des semaines - la lumière radieuse du soleil, qui nous accompagnait pendant les vendanges est remplacée par la luminosité des feuilles d'automne des châtaigneraies.



C'est le temps des marrons, qui commence, ils tombent depuis une semaine et je me régale, d'en ramasser dans la châtaigneraies d'en face. L'année est bonne pour le marron, qu'il soit de la variété "d'Olargues" ou d'ailleurs.

J'en ai parlé déjà sur ce blog - nos escapades slow-foodiennes nous avaient amené chez des producteurs de la région il y a deux ans - je vous avais aussi donné le lien vers les deux recueilles de recettes, édités par le Parc Régional du Haut Languedoc, qui vous donnent plein d'idées, comment accommoder ces fruits d'automne.



Regardez moi ce bel exemplaire bien dodu, tout frais tombé de sa bogue, qui l'a protégé sur l'arbre:


Le signe extérieure, qui prouve, qu'on a affaire à un marron et pas à une ordinaire châtaigne, se trouve de l'autre côté: c'est le petit duvet autour du cul de la châtaigne - et si on regarde bien, on voit, que chaque fruit a son dessin individuel, comme une empreinte de doigt:


On trouve autant de variétés de dessins que de fruits:




Et si vous voulez savourer la châtaigne grillée ou acheter du vrai marron pour vos confitures et vos marrons glacés maison, vous pouvez de nouveau cette année vous rendre à Olargues, pour la traditionnelle fête du marron et du vin nouveau.



Rendez-vous cette année:

samedi 1 novembre  09:00h – dimanche. 2 novembre 18:30h

Le programme pour ce grand marché aux produits du terroir, ventes de marrons grillés et de vin nouveau , repas et nombreuses animations durant ces 2 jours va être publié dans les jours qui viennent sur la page de l'Office de Tourisme d'Olargues, où vous pouvez aussi vous renseigner par téléphone au: 04 67 97 71 26



Voir les commentaires

Fin des vendanges 2008 à Lisson

2 Octobre 2008, 17:03pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

C'est fait: nous avons rentré les derniers raisins, qui mûrissaient encore tranquillement sous ce magnifique soleil de septembre,  qui a fait du bien à toute les régions viticoles de France, avant hier.

Comme d'habitude, il s'agissait du Mourvèdre, cépage tardif, qui demande une arrière saison sèche et ensoleillée, pour donner son meilleur.

Et après deux nuits de sommeil bien plus tranquille que les semaines avant,  je retrouve le goût, de vous en parler.

Même si aucun millésime se ressemble dans la vigne comme dans la nature, 2008 était  encore une année bien particulière. Vous avez pu lire tout le longue de l'été chez la plupart des vignerons de France (à l'exception de ceux du Roussillon .- pays à part par son climat extrêmement sec encore cette année), que les aléas de la météo ont donné du fil à retordre à tout le monde.

Et même si les débuts de la saison étaient moins inondés dans l'arrière pays de l'Hérault qu'en Aquitaine ou en Champagne, qu'on n'a pas subit le gèle par ici, il y avait quand même un temps plutôt frais et humide au printemps, qui influençait la floraison et sur la plupart des cépages un millerandage copieux.  Donc grappes pas trop compactes, parce que tous les grains ne se sont pas formés par la suite.

Une attaque de mildiou, omniprésent dans les vignes un peu partout cette année, à cause de l'humidité, a pu être stoppée sur les feuilles par un traitement au cuivre en juillet, mais avait avant encore décimé le fruit dans les endroits de bas de pente, où le micro-climat particulier de nos coteaux dans le vent a moins joué,  micro-climat, qui nous permet de prendre des risques avec un nombre plus que réduit de traitements (que du cuivre et du souffre, mais comme le cuivre s'accumule dans les sol, nous tâchons de rester bien en dessous d'un apport de 2 kg de cuivre métal/ha par an). Mais cette année, avec la taille courte, qui évite déjà à surcharger la  vigne en fruit, il n'y avait pas besoin de faire de vendange en vert!

La végétation a finalement  bien résisté et les vignes sont restées vertes jusqu'au bout, assurant comme cela une belle maturité.  La pluie, qui est plutôt la bienvenue sur nos coteaux arides, si elle tombe bien répartie pendant l'été, était du temps en temps au rendez-vous - heureusement jamais trop forte. Comme nos sols sont toujours couverts de leur enherbement naturel, nous n'avions pas de dégâts sur les pentes, juste un peu plus de travail à la débroussailleuse, pour bien dégager les pieds de vigne d'une poussée trop abondante d'herbes de toute sorte, qui contribuent aussi  à la richesse du terroir et au plaisir de s'y balader, si tout cela exhale ses parfums en été.

Nous avons échappé à la grêle - quel chance. Pendant que le Pinot rattrapaient le retard de 10 à 14 jours, que la vigne semblait avoir en début de saison, pour arriver à maturité presque au même moment que les autres année (fin août/début septembre), et même les cépages des Échelles (Cabernets, Côt, Merlot et petit Verdot) se situaient avec les beau temps à partir de la deuxième semaine de septembre aussi dans un créneau "normal" autour du 23.9., il a fallu attendre le Mourvèdre un peu plus que les dernières années. Mais c'est lui aussi, qui profitait ainsi à merveille du temps stable et ensoleillé des dernières trois semaines. La cuve remplie de grappes saines avec un jus, qui titre 15° potentiel au mustimètre, va partir en fermentation sous influence des levures naturelles...

L'atmosphère était plus calme dans la vigne pendant les vendanges 2008. Nous avions choisi de travailler en toute petite équipe - à deux - vu qu'à aucun moment il y avait un temps menaçant, qui aurait nécessité l'appel aux  troupes  de secours.

Cela a l'avantage, que j'ai pu faire les quelques opérations de trie des raisins, pour amener que les plus beaux à la cave, directement à la vigne, sans avoir à expliquer laborieusement les critères du choix à des amis vendangeurs, qui ont parfois du mal, à appliquer mes critères sevères face à un rendement déjà plutôt petit en général.

Donc pas de trie supplémentaire "sur table" comme l'année dernière sur Pinot.

Pour le déroulement de notre vendange manuel en petite caisse de 12 kg, le transport avec notre rampi-car, les points de vue, qui nous récompensent entre deux souches des douleurs des reins (la terre est basse, et nos souches, formées presque toutes à 30 cm du sol, le sont aussi!), je vous renvoie aux anciens articles sur les vendanges. Le troisième anniversaire de ce blog la semaine dernière avec 213 articles dans les archives permet de suivre les différents millésimes depuis 2005.

Les vendanges 2005, 2006, 2007 se trouvent dans la catégorie: dans la vigne, à gauche.

Un diaporama des vendanges de 2008 peut être consulté  ici.


cliquer sur l'image, pour l'agrandir

Bon, je vous met  une photo, quand même - prise l'après-midi, quand j'avais récolté toute seule le petit Verdot au Clos des Cèdres - et je vous promet, de vous raconter la balade, qui m'avait amené à ce magnifique point de vu dans quelques jours!






Voir les commentaires

Vendredi du Vin #18: quand cela pinote dans le verre

26 Septembre 2008, 19:57pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

Le temps vient encore de passer trop vite - pas étonnant, avec les vendanges en cours... Même si le beau temps ces dernières deux semaines a ramené beaucoup plus de sérénité, qu'il y avait dans l'air encore fin août. Et c'est donc de nouveau le dernier vendredi du mois et le temps de se pencher sur le devoir mensuel, ce-coup-ci de nouveau posé par Rémy du blog à chacun sa bouteille: "À vous de nous dire ce qui constitue pour vous du “vrai” pinot noir." Rien que cela!

Le vrai
- est-ce que cela existe? Pour avoir un consensus général, il serait facile de ressortir  mes notes de dégustation d'il y a trois ans, quand j'avais la chance et le grand plaisir de déguster cela:



Mais là-dessus, tout était déjà dit et raconté dans les débuts de ce blog.

Pour la treizième édition des Vendredis, je vous avais présenté un Pinot Italien, le Rosso N° 13, dans une gamme tout à fait différente - mais à mon goût pas moins vrai... à la couleur bien différente:


Les Pinots alsaciens, comme ceux de Bruno Schueller et Pierre Frick, que j'ai encore en cave et qui vont si bien avec nos repas japonisants, auront aussi pu être à l'honneur ici - mais en ce moment, la cuisine des vendanges est plutôt rapide et n'invite pas à la dégustation:-)

Soyez donc indulgents, chers lecteurs, si je ne vous présente qu'un Pinot, qui dois encore nous prouver, s'il sera un "vrai" - un vin en herbe - que je goûte chaque jours à la sortie de sa petite cuve. Cueilli avec soin un beau jour début Septembre dans la parcelle du Clos du Curé, il fermente - après une phase fougueuse  plein de mousse - tranquillement en haut de la maison, en train de "manger" les derniers grammes de sucre (il en avait pour presque 14° potentiel):



D'un rouge profond et soutenu, onctueux dans le verre, un peu opaque, parce que pas encore débarrassé des levures, qui ont encore un bout de travail à accomplir, légèrement gazeux sur la langue - mais déjà un "vin" au nez, en bouche plein de fruits, rouges et noires, une belle trame tannique, presque chocolatée, une acidité discrète, mais présente, qui perce sous le goût sucrée, qu'il laisse encore en fond de gorge - oui, il a tout pour devenir un vrai - pas bourguignon, mais bien de Lisson, où il est né sur les terres calcaires en haut de la colline, cette année, qui a débutée avec une bonne réserve d'eau dans les terres - balayé ensuite par des vents plutôt frais du printemps et d'une bonne partie de l'été,  qui l'ont sauvé du Mildiou menaçant et mûri au soleil de la fin d'été... (et décimé avec gourmandise - non, pas par les sangliers, exclus par la clôture - ... par des blaireaux , Meles meles - mais c'est encore une autre histoire...).



Il est encore loin, le chemin jusqu'à la bouteille. Dans quelques jours, il va descendre par gravité dans le berceau d'une barrique à la cave, où il va passer son premier hiver, qui va le clarifier sous la fraicheur de la voute - au printemps, il va être soutiré de son lit de levures, pour passer l'été à l'ombre, en s'harmonisant, changer encore, évoluer en mûrissant un deuxième hiver, avant d'être mis à l'épreuve d'une dernière dégustation, qui décidera, s'il mérite l'étiquette du Clos du Curé, comme Vin de très bonne Table - bon chemin, mon petit, je promets de  t'accompagner avec soin et amour...


La synthèse de ce 18ième VdV se trouve ici chez Rémy.





Voir les commentaires

Journée Médiévale à Olargues

19 Septembre 2008, 14:28pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

Je vous avais déjà parlé des différentes fêtes, qui ponctuent l'année à Olargues, comme de la fête du jardinier et de la brouette au printemps ou la fête du marron en octobre. 

Fin Septembre, dans le cadre des journées européennes du patrimoine, c'est la fête médiévale, qui est au programme annuel.



Les préparations battent leur plein, cliquez sur l'image ci-dessus, pour en voire plus!



Des nombreux bénévoles s'affairent depuis quelques jours, à décorer leur village, pour donner un cadre moyenâgeux au déroulement du programme, qui va mettre de l'animation dans les ruelles pittoresques d'un des "plus beaux villages de France" :

campement
d'une compagnie médiévale, démonstration de vieux métiers, aubade de la troupe Fial de Lana, défilé costumé, théâtre de rue et à midi, un banquet médiéval pour gentes dames et gentilshommes, avec "un breuvage offert, si costumé".



Le tout accompagné toute la journée d'un Étal d'Antiquaille (vide grenier) et du Foirail Médiéval dans les ruelles.

Météo France annonce un grand soleil sur l'arrière pays
, vous pouvez donc prévoir une belle journée d'automne en vous baladant entre les stands dans les rues ou en visitant - je ne me fatigue pas, de lui faire la pub, tellement j'aime bien les petits cadeaux, que j'achète chez elle, quand je parts en Allemagne - la caverne d'Ali Baba "Un Air de Campagne" de
Monique Ferrand, l'atelier d'Els Knockaert et pourquoi pas, les boutiques de nos boulangers...


pour tout renseignement vous pouvez aussi appeler l'
Office de Tourisme d'Olargues au: 04 67 97 71 26

trois grâces

  pour plus de photos de cette belle journée réussie, vous pouvez aller voire
 ici.



Voir les commentaires

S'il y avait un ciel pour les vignerons...

18 Septembre 2008, 11:58am

Publié par Iris Rutz-Rudel

... je suis sûre, qu'ils s'y rencontreront...

D'autres lui ont déjà rendu des vibrants hommages - je ne connais que ses vins, que Claude Rudel avait ramené d'une visite  chez Didier Dagueneau en1991. Tous ceux qui ont connu les deux, comprendront, à quel point cette nouvelle me touche.

Mes plus sincères pensées vont à sa famille et ses amis.

Voir les commentaires

Automne - temps des récoltes

12 Septembre 2008, 11:51am

Publié par Iris Rutz-Rudel

Pendant que le Pinot fermente déjà à grand blub et avec une mousse, digne d'un effervescent dans la petite cuve en haut de la maison, nous attendons la maturité idéale des autres cépages.



Assez de temps, pour peaufiner la protection de la maison contre les pluies, qui vont revenir. Klaus change quelques gouttières de l'atelier contre des plus grandes. Mais aussi pour me consacrer à la récolte et cueilette de la pallette de fruits, que chaque automne nous apporte autour de la maison.

Mûres à profusion - là, ils ont pleinement profité des réserves plus importants en eau de cette année - prunes, que je transforme en gâteau presque quotidien depuis deux semaines, les pommes d'été à manger tout crues ou en compote,  figues, savourées fraîchement cueillies sur l'arbre, pêches de vigne aux couleurs chatoyantes, que quelques noisettes, parce que là, les écureuils vont plus vite, et last, but not least, les savoureuses tomates, que me livre depuis quelques semaines mon petit jardin.

Un régal tout les jours, ces salades de
tomates anciennes, avec quelques feuilles de basilic, un petit chèvre frais et un filet d'huile d'olives... J'en mange plus en dehors de cette période - tellement c'est supérieur à tout ce qu'on peut acheter dans le commerce - cela vaut le coup d'être patiente et de s'abstenir le reste de l'année, pour connaître le vrai plaisir d'autant plus intensément  - comme pour beaucoup de choses.




et il reste encore à attendre les noix, qui commencent tout juste à tomber, les marrons et plus tard les olives...


 

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 30 > >>
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog