Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Lisson - infos autour de la vigne et du vin - et d'autres choses

Lisson: vendanges 2010/2- traçabilité à la vigne

18 Septembre 2010, 17:21pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

Faut tenir ses promesses, ici donc enfin le deuxième chapitre de ces vendanges 2010 à Lisson.

 

J'aurais pu vous l'écrire samedi dernière, après mon contrôle de maturité, mais le constat, que j'ai du faire pendant ce tour complet des vignes sur la colline était trop traumatisant pour toute une série de nos cépages, pour que j'aurais trouvé le courage, de publier les images et le confier au clavier tout de suite.

 

Il y a des mauvaises nouvelles, qu'il faut d'abord digérer - méditer les conséquences - tirer un bilan - faire son deuil des espérances, que nous avaient donnés tous ces beaux raisins, choyés depuis le début de la saison - avaler la pillule, d'avoir dépensé beaucoup de travail, temps, argent pour rien - et cela malheureusement pas pour la première fois.

 

 

dégâts sur le sol

 

trous holes löcher

 

Des trous, l'image ne le montre pas bien, mais c'est souvent dans les parties les plus en pente, donc là, où cela rends après tout passage à pied pendant les travaux dangereux (et nos visiteurs savent, qu'on ne peut passer qu'à pied...). Ici, les derniers dans la pente à gauche du Clos des Cèdres

 

passage

 

Mures éboulés, les passages encombrées par des pierres déterrées et bousculées entre les terrasses des Échelles, nos sentiers piétons raides,  essentiels, pour porter les caisses de raisin plus haut ou plus bas aux points, où on peut accéder avec notre rampicar, la brouette à chenilles, qui aide, à tous les transports dans la vigne.

 

après sanglier

 

et, pire que tout cela: des parcelles entières avec des souches vidées des raisins, juste mures à points - à commencer avec les cépages précoces, comme toujours: Pinot, Merlot, Côt, mais aussi déjà les deux Cabernets...

 

vide 2

 

Sangliers, blaireaux - et probablement aussi de nouveau les chevreuils, que nous avions rencontrés l'année dernière pour la première fois à l'intérieur de nos clôtures électriques- se sont largement servis - les uns (chevreuils) plus proprement que les autres (sangliers) - mais tous avec une effarante efficacité, qui nous a laissé tout juste quelques grains sur les rafles, qui permettent, de mesurer la perte, aussi en qualité...

 

vide 3

 

Contrairement à la grêle, le fleau le plus connu, qui peut anéantir les récoltes en quelques minutes, on ne peut pas s'assurer contre ces nuisibles. Et comme déjà l'indemnisation des assurances risque d'être aléatoire, surtout dans des vignes menées volontiers avec des rendements inférieur à la "norme", elle l'est encore plus dans le cas des dégâts par le gibier, qui tombent sous la responsabilité des fédérations de chasse. Pour nos vignes, les taux de "remboursement" du kilo de raisin estimé bouffé, sont alignés sur le prix d'un kilo de raisins payé par la coopérative du coin aux viticulteurs: autour de 0,27 €/kg - nous aurions donc jamais bien plus que 500 €/ha à attendre - avec  nos 1,5 ha en tout de surface plantée et l'espoir, de pouvoir au moins sauver les dernières parcelles des cépages pas encore assez mures au goûts des intrus (et au notre)...  

 

Pour les autres traces, pas listées dans les cahiers de charges des organismes de contrôle;-), je continue ma collection de photos, guidé parfois aussi par mon nez, qui m'indique la m.... des sangliers déjà quand j'enjambe la clôture - une arôme, que vous n'aimeriez pas retrouver dans votre verre, croyez moi!

 

defections

 

Il y a de toutes les tailles, grands et petits se sont donné à coeur joie au banquet:

 

merde pas vin

 

J'arrête là les illustrations frustrantes, si vous en voulez plus, pour vous initier à la scatologie es vigne, suivez le lien.

 

Et je vous écris un autre billet demain, avec des belles photos de beaux raisins, prises il y a 3 jours - les Mourvèdres, qui vont arriver à 13° et qui montraient les premiers pépins murs, donc avec un peu de chance, enfin les vraies vendanges, où on rentre des raisins à Lisson en début de semaine, comme l'année dernière.

 


Commenter cet article

Ninne 18/09/2010



... je  pense fort à toi,  je dirais...


Encore des bisous de  courage



lilian 19/09/2010



Quelle catastrophe. J'imagine ta tristesse. Bon courage.


Amitiés


Lilian



daniel faure 23/09/2010



Situé dans le sud des Cévennes gardoises, nous sommes aussi confronté à toute cette problématique. Il n'y a strictement rien à attendre des chasseurs, aucune aide à prt le pret des clotures
électriques; ils se foutent parfaitement du bien d'autrui, la seule chose qui compte c'est leur plaisir personnel.  Je vais vous dire ce que nous faisons, si cela peut vous etre utile.
Toutes les vignes sont cloturées et electrifiées à partir du début véraison : un premier fil à 25cm, un second à 25 cm au dessus du premier. Tous les deux jours je fais le tour des clotures (une
cloture pour 1,5 ha maximum) pour voir si les sangliers les ont brisées, et recharger les batteries. En pratiquant ainsi nous n'avons pas eu de dégats de sangliers. Cependant les blaireaux
rentrent, ce sont eux qui font des trous, et ils bouffent du raisin; sur 5 he j'estime qu'ils ont mangé 50 ks. Pour les perdreaux et les merles, on met des morceaux d'aluminium des barquettes de
congellation, au bout de ficelles sur des piquets (10 à 15 par hectare), cela flotte au vent, fait un peu de bruit et renvoi de la lumière qui fait peur aux oiseaux. Cependant là aussi, j'estime
qu'ils m'en ont bouffé 50 ks.
Tout cela a un cout: débroussaliller sous la cloture, retendre les fils, replanter ou remplacer les piquets, racheter une ou deux batteries neuves par an, faire le tour des clotures le matin
(1h), remettre les batteries le soir si je les ai chargé dans la journée, mettre en place les bouts d'aluminium... total environ 1000 euros / an.


Que faire d'autre ?


que les vignerons se regroupent pour faire évoluer les indemenisations en tenant compte de la finalité des raisins et des prix du vin à l'arrivée ? J'ai peur que ce soit très difficile.


Bon courage tout de même.   



daniel faure 23/09/2010



je me rends compte que j'ai oublié de parler des lapins et des lièvres; c'est pour une autre fois ...


à propos des dégats de sangliers, voyez avec Hervé Bizeul.



André Mouliere 25/09/2010



Bonjour Iris


Avec les vendanges et les mêmes problemes de perte de récolte, je n'avais pas lu votre Blog, c'est Daniel F  qui me le signale, je pense comme lui , nous devrions nous regrouper dans le
cadre d'une association de défense contre les dégats du gibier pour faire valoir nos droits à indemnisation  en rapport avec les dommages subis