Lisson - infos autour de la vigne et du vin - et d'autres choses

la danse des ceps - légende de la Saint Vincent

25 Janvier 2009, 18:18pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

Le jour de la Saint Vincent, patron des vignerons en France, était déjà le 22 janvier, et comme chaque année, l'ami Francis Boulard de la Champagne nous a souhaité notre fête sur son blog.

Aujourd'hui, j'ai trouvé un autre article dédié à ce jour de l'année sur le blog de Claude Desneux, infatigable randonneur dans les paysages du Languedoc (et ailleurs), que je vous avais déjà présenté il y a 2 ans sous le titre "Heureux, qui comme Ulysse".

Il est allé prendre des magnifiques photos au coucher du soleil du côté de Pomérol, pour nous illustrer cette autre légende de la Saint Vincent, que je ne connaissais pas encore.


 


copyright photos et légende: Claude Desneux


« En 1565, en pleine guerre de religion, les vignerons de la région ayant adhéré à la foi protestante, craignant les représailles, se réunissaient la nuit en ce lieu pour prier. Une nuit, la veille de la Saint Vincent, un vagabond qui passait par là les surprend et, espérant une récompense, s'en va les dénoncer à l'évêché de Pézenas. Celui ci demande au commandant des dragons de l'armée royale stationnés dans la région d'intervenir.

La nuit suivante, l'assemblée de protestants se retrouve encerclée par les dragons et est sur le point d'être massacrés quans soudain, Merlin l'enchanteur qui était en villégiature à la station thermale de Balaruc les bains pour soigner ses rhumatismes et profitait de l'occasion pour cueillir à l'heure de la pleine lune des herbes médicinales dans la garrigue, intervient !

S'interposant entre les protestants et les dragons, il brandit sa baguette magique et leur jette un sort en leur
disant « Maudits dragons, soyez transformés en ceps qui garderont votre âme prisonnière pendant 500 ans
pendant lesquels vous subirez la pluie et le gel l'hiver et la fournaise l'été »

Mais la fée Viviane, dont il était éperdument amoureux et qui l'accompagnait dans tous ses voyages, surgit
à ce moment là et implora la clémence de Merlin afin qu'il atténue le sort jeté aux malheureux dragons, en faisant valoir qu'ils étaient soumis aux ordres du roi et n'agissaient pas selon leur propre volonté.

Cédant à la requête de sa bien aimé Merlin accepta que le jour de la Saint Vincent les ceps puissent une
demi heure avant le coucher du soleil se libérer de la terre et danser jusqu'à la disparition du soleil. »

Merci à Claude Desneux, d'avoir surpris les danseurs cette année, le jour même, où Claude Rudel aurait fêté ses 60 ans... de nous avoir ranconté cette belle histoire et d'immortaliser leur danse, qui durera alors plus que 46 ans... Allez-y voire cette valse enchantée, dansée par des vieux ceps de Grenache,  plein d'histoire eux-mêmes, comme on les trouve encore dans les vignes en Languedoc et Roussillon.









Commenter cet article

Ragnhild 26/01/2009

Merci, Iris, d'avoir nous raconté cette légende des ceps ! Je suis allée voire le blog de ton ami aussi avec ses photos magnifiques ! Bisous

PassionNature78 27/01/2009

Belle légende et superbe photo...Bonne journée...Mes Blogshttp://passionnature78.canalblog.com/ et http://passionphotos78.canalblog.com/

ulysse 28/01/2009

merci Iris pour cet hommage je suis touché et je vais boire à votre santé un costières de pomerols !

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog