Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Lisson - infos autour de la vigne et du vin - et d'autres choses

Vendredis du Vin # 17: qu'est-ce que c'est qu'un vin «minéral»?

30 Août 2008, 13:06pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

Encore un sujet lancé de l'autre côté de l'océan par Mathieu Turbide, mieux connu des blogguers comme le méchant raisin, qui nous jette une pierre et nous met en piste, pour définir "qu'est-ce que c'est qu'un vin «minéral»?

Vaste sujet dans le monde des vinophiles en général et les vino-bloggueurs en particulier. Un excellent exposé nous était déjà offert il y a quelque temps par Philippe Rapiteau - La Pipette - sur son blog, qui poussait le soupir: Minéralité, que n'a-t-on pu dire en ton nom!?... avant de répondre à son habituelle manière bien documentée en sources et images - un must sur le sujet.

Plus anecdotique, je vous en avais donné un exemple "historique" dans mon texte Le goût du terroir? - qui, est-ce un hasard - finissait aussi par un point d'interrogation bien médité.

J'admets, que je n'ai pas encore fait l'expérience, que je vous avais promis de faire à la fin de cet article - et pourtant, on goûte beaucoup de choses chez les vigneronnes, vous n'avez qu'à lire le blog de Corinne Comme pour cela.

Les images des sols (qui reflètent visiblement encore bien leur sous-sol à Lisson, tellement les cailloux affleurent partout) ne manquent pas sur ce blog.

J'en prends souvent au fil de mes balades dans la vigne.





Il y a des schistes de toutes les couleurs, les calcaires, les "mixtes"...

Encore plus de couleurs, si on regarde les cartes géologiques de la région, comme j'aime les étudier depuis ma formation en viti-oeno dans les années 80:



comme les suivantes, qui sortent toutes du livre "Terroirs et Vins de France - Itinéraires oenologiques et géologiques" édité du BRGM en 1986, une mine de renseignements!


et vous voyez bien, que la différence des régions viticoles s'explique au premier vu d'oeil...


Bordelais                 Bourgogne Beaujolais   Val de Loire

et que le Languedoc-Roussillon est loin de pouvoir être considéré comme une région homogène - même le fameux climat méditerranéen se scinde ici en d'autant de micro-climats qu'il y a des différences de relief...

Et même une si petite surface, comme le minuscule vignoble sur la colline de Lisson, est encore coupé au moins en deux, rien que par le caractère de son sous-sol:



On trouve au moins trois variantes:


 calcaires noduleux de la dolomitisation secondaire du dévonien






le Schistes flychoides du ordovicien inférieur





et du dévonien basal détritique entre les deux.

Pas la place, de vous expliquer tout cela ici - je travaille dessus, parce que cela m'intéresse - même si je ne crois personnellement pas, qu'on retrouve la différence dans mes cuvées au point de les affubler à l'avenir de noms ronflants à consonance caillouteuse...

En Allemagne, cela serait d'ailleurs dangereux entre-temps: il y a des vignerons, qui se sont fait patenter les noms de roches, comme "du schiste", "du porphir" ou autres "grès" et sont en trains de tirer des confrères, qui cultivent sur les mêmes sous-sols et mettent aussi  son nom sur l'étiquette devant la justice..

Bon, tout cela dit, ne pas pour vous amener encore une fois un vin de Lisson dans un Vendredi du Vin ,  mais simplement pour illustrer, que le sujet m'occupe - que cela soit par rapport au terme si en vogue du terroir, ou par rapport au thème de ce vendredi, la minéralité.

Pour moi, point de relation simple et directe entre le sous-sol et les saveurs, qu'on retrouve dans le vin. Je pense, que le processus à l'intérieur de la plante est beaucoup trop complexe, pour qu'on puisse en être sur.

Climat, exposition, mode de conduite et culture, vinification - il y a tant de paramètres qui rentrent en jeu, que je me méfie de celui qui croit pouvoir déceler avec exactitude et à l'aveugle l'influence d'un seul de ces éléments. 

C'est donc la deuxième définition de Mathieu Turbide, qu'il nous a heureusement offerte, qui a retenu mon attention et qui va m'aider à me sortir de l'affaire:

la présence du vin en bouche, qui donne l'impression d'un vin tranchant, effilé, ni trop lourd ni trop léger

Et cette définition, pour moi, c'est ma madeleine de Proust, le souvenir des Rieslings Allemands, que j'ai gardé en mémoire depuis que j'ai quitté mon pays - et une qualité, que je n'ai rarement retrouvé dans des Riesling en France, donc les vins blancs d'Alsace -  même si mes lecteurs réguliers savent, à quel point j'adore les vins de Schueller, Frick et quelques autres vignerons de cette région.

Et les liens tissés par la bloggosphère m'ont permis, de retrouver des vins, qui correspondent exactement à ce souvenir chez un vigneron bio de la Moselle:

Harald Steffens du domaine Steffens-Kess à Reil au bord de la Moselle, qui cultive 10 ha de Riesling en vignes de vrais coteaux - rien que de regarder ses vidéos publiés sur le blog du domaine, où il nous emène labourer ou prétailler ses vignes, vous fout le vertige!


J'avais commandé une douzaine de bouteilles dans sa boutique on ligne avec en plus la douce surprise, que cela m'a coûté que 11 € de port pour la France - conditions impensable ne serait ce que pour envoyer une seule bouteille de Lisson dans le sens envers ! J'aurais payé le même prix pour 21 bouteilles, comme j'ai vu entre temps.. - quand je vois le prix que me demandent mes transporteurs ou la Poste, un miracle...

Mais c'est un à côté - l'important c'est l'immense plaisir que m'a procuré depuis chaque bouteille ouverte: du plus simple Kabinet en passant par les Spätlese et arrivé à la Auslese, comme celle, que je vous présente aujourd'hui:



La Reiler Goldlay Auslese 2007 - Goldlay, c'est le terroir, la Lage, comme on dit en Allemand -  du schiste. Goldlay veut bien dire en patois locale: Roque D'Or, callouteux,  comme il se doit ici, mais transformé par des générations de vignerons au pic en des sols cultivés, qui drainent bien l'eau et stockent la chaleur sur les pentes. - et dorée sont les reflets du vin dans le verre, qui à su emmagasiner tout le soleil de son coteaux, transformé en un vin aux arômes franches, fruités et florales à la fois. Non, point de pétrole à mon nez... mais en bouche exactement cette l'impression d'un vin tranchant, effilé, ni trop lourd ni trop léger, un équilibre parfait entre acidité et fruité, enrobé des saveurs de pommes et pêches légèrement citronnées, comme l'a défini Mathieu!


Pour moi, c'est cela aussi, ma définition de minéralité dans les Riesling Allemands - cet équilibre en bouche, qui donne envie d'en boire et reboire (presque sans modération - attention: danger!) Les vins de Steffens sont toujours vinifiés en sec "trocken", même les Auslese, avec leurs levures naturelles - ils s'accordent à merveille à toute une panoplie de plâts,  aux entrées et même à des fromages à pâte cuite bien affinés, parce que là, leur richesse en glycérine ensemble avec cette touche saline les rends des vrais partenaires, qui s'hamonisent en bouche sans écraser ni être écrasés.



Vous le sentez déjà - pour moi, ce sont eux, mes vrais vins de soif: á votre santé!


Commenter cet article

Tiuscha 30/08/2008

Génial billet que je lirai ce soir, tranquille et concentrée...

Tiuscha 30/08/2008

Un graal ces vins allemands et à moins de les commander en direct... Il y a bien un caviste spécialisé que m'avait recommandé Eric Bernardin, mais je ne m'en suis toujours pas occupée. En tout cas cette lecture m'a donnée soif. Comme d'habitude je suis en retard, mon collioure blanc est prévu pour demain. Ben oui, comme d'habitude, je travaille l'accord mets-vins. A ce propos, ce riseling, avec quoi l'as tu bu ? Paut être juste pour l'apéritif ?

teufio 05/09/2008

Bonjour, Je tombe sur ce site par hasard...Pourriez vous en dire plus sur l'ouvrage terroirs et vins de france? Comment s'organise t il? Par regions viticoles? Connaissez vous d'autres ouvrages references (plus récents par exemple) qui traitent des terroirs et des vins?Merci d'avance; Ceci de la part d'un vigneron qui souhaiterait trouver de la biblio sur le sujet

Hub 07/09/2008

Merci pour cette belle découverte. Un beau domaine que je ne connaissais pas. J'ai regardé leur site web, les prix sont très doux et je vais sucomber à la tentation."Terroirs et vins de France" est effectivement un livre très intéressant et complet, plutôt à destination des professionnels. Sa rédaction a été coordonnée par Charles ... Pomerol, un nom bien choisi ;-) 

Delphine 08/09/2008

MMmmm !! Ça donne vraiment envie de goûter !