Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Lisson - infos autour de la vigne et du vin - et d'autres choses

Vendredis du Vin #11 - Mes vins Ibériques

29 Février 2008, 00:00am

Publié par Iris Rutz-Rudel


Bacalo du Meli Melo Gastronomique est le hôte de cette 11ième édition des Vendredis du Vin et nous envoie de l'autre côté des Pyrénées, dans la péninsule Ibérique, voire si les autres n'ont pas aussi des jolies filles...

Pas facile encore il y a quelques années en arrière, de s'informer sur les vins d'Espagne de ce côté de la montagne. Je trouve dans ma bibliothèque le seul livre qui en parlait à l'époque, quand on sillonnait les librairies à la recherche d'une information substantielle. Il l'est d’ailleurs resté, si je crois Amazon en tapant vignoble d'Espagne ou vin Espagnol...


undefined
Alain Huetz de Lemps: Vignobles et Vins d'Espagne, Presses universitaires de Bordeaux, 1993
 
"La première partie du livre est consacrée à l'histoire de la viticulture et du commerce du vin en Espagne. La deuxième est une étude régionale: elle décrit la situation actuelle des différents vignobles, en particulier de ceux, qui ont droit à une Appellation d'origine. La troisième Partie retrace l'évolution de l'économie viti-vinicole espagnole depuis l'entrée du pays dans la Communauté Economique Européenne." 424 pages.

Sur notre question, comment cela pouvait se faire, que pendant longtemps il n'y avait pas aucun, puis un seule titre ou guide en langue Française, pendant qu'on trouvait toute une flopé en Anglais ou Allemand chez nos voisins, le libraire nous répondait, qu'on avait tellement de bons vins en France, que personne s'intéressait aux produits de nos voisins - le problème était le même pour les vins Italiens.

Et pourtant, point de vu histoire, la vigne peut aussi réclamer ses racines dans l'ère Romain, comme en France - et un des traités les plus fameux sur l'agriculture et la vigne nous vient de l'Espagnol Lucius lunius Moderatus Columella, dit Columelle , qui nous a laissé son célèbre de re rustica avec trois livres sur la viticulture, aujourd'hui facilement accessible dans une traduction française grâce à l'Internet.

Grâce au forum et blogs, la situation s'est aussi un peu améliorée, si on veut s'informer sur la production actuelle. LPV  possède une rubrique Vins d'Espagne bien fournie en discussions et du temps en temps, on trouve aussi un vin Espagnol dans une dégustation sur un blog culinaire...

Les bars à tapas ont mit les vins Espagnols au goût du jour, au moins dans les grandes villes - mais je pense, qu'on doit encore être très loin de la multitude de cavistes spécialisés dans l'importation de vins Ibériques, comme on les trouve partout en Allemagne, qu'ils s'appellent bodega, vinaria ou tout simplement spanische Weine...


Atlas der spanischen Weine
Hubrecht Duyker, Atlas der spanischen Weine, Hallwag 1992, traduction de The wine atlas of Spain de Mitchell Beazley Publishers, London 1992

Ce guide oeno-touristique des terroirs, appellations, vignerons et routes de vin en Espagne m'accompagne depuis des années dans mes voyages virtuels. Je l'ai aussi consulté pour le vin espagnol, que j'ai trouvé dans ma cave pour ce VdV - un vin du Priorat, que m'avait ramené une caviste Allemande, qui était passée à Lisson au retour d'un tour outre Pyrénées il y a quelques années.

carte Priorat
Cette petite appellation au nord-ouest de Tarragona (entourée de bleu-claire sur la carte), dont les paysages ressemblent beaucoup à ceux qu'on trouve autour de Saint Chinian et Berloup, était prospère dans le passé lointain, elle tient son nom d'un Prieuré fondé ici au 12ième siècle, Scala Dei (échelle de Dieu), dont on trouve encore l'écusson sur les bouteilles de l'appellation. Les vignes sur des pentes de schiste escarpées, entre 200 et 700 mètres, à tout petit rendements étaient assez délaissées il y a encore 25 - 30 ans, les viticulteurs restants, souvent âgés, amenaient leur raisins dans des bodegas, des coopératives.

bodega
Vieille bodega, photo p. 48, Altlas des Vins d'Espagne

Ce n'est que fin des années 80, qu'une nouvelle génération de vignerons venus de l'extérieurs, René Barbier (Clos Mogador), Carles Pastrana (Clos de L'Obac), Josep Lluís Pérez (Mas Martinet), Daphne Glorian (Clos Erasmus) and Alvaro Palacios (L'Ermita) renouvelaient la réputation de ces terroirs et leurs vins sont vite devenus culte en Allemagne et aux USA.

Ils implantaient des cépages Français (Cabernet, Merlot, Syrah), les photos prises dans leurs vignes montrent, qu'ils choisissaient aussi des terrains moins difficiles  , si on compare avec les images des vieilles vignes sur le site de l'appellation en cliquant sur visita virtual, qui m'ont fait penser à des sites entre Berlou, Escagnes et Mezeilles de l'autre côté de la montage au sud de Lisson.

Le vin, que j'ai dégusté pour vous, n'est pas un de ces vins culte -C'est le Clos Gebrat 1998  de la Vinicola del Priorat à Gratallops, qui regroupe 125 viticulteurs, qui cultivent 310 vignes sur 205 ha et produisent 450 000 kg de raisins. Donc des rendements moyens autour ou en dessous de 20 hl/ha.


undefined Clos Gebrat 1998 contre etiquette

Les vins doivent avoir au moins 13,5° d'alcool pour avoir droit à l'appellation. Les cépages sont garnatxa negra et carinyena, donc grenache et carignan, bien connus par chez nous.

undefined

Au bout de dix ans, ce vin n'a pas changé de couleur, pas d'évolution visible. Au nez très sudiste, quoi d'autre... pour moi typiquement carignan, au début des notes de pruneaux. En bouche, je suis surprise, parce que je m’attendais à plus de matière - vous savez, que j'aime les vins, qui ont un toucher en bouche, une texture dense, mais celui-ci est glissant. De nouveau des notes de fruits à l'alcool, un peu de cerises noires, je ne sens pas le grenache et trouve une sucrousitée, qui me gène un peu, même si je suis sûre, qu'il n'y a pas de sucre résiduel.

J'attends quelque temps, pour le goûter au fil du repas (pâtes avec sauce tomates au tandoori). En contact avec l'air, j'ai l'impression d'être  face à un vin, qui était élevé dans du vieux bois, pas un goût boisé (il n'en a probablement pas vu), mais une retro-olfaction, qui me fait cela, un peu desséchant.  Non, dommage, ce n'est vraiment pas mon vin culte.

J'en ai gouté trop d'excellents carignans grenache chez Thierry Navarre ou l'ami Serge Boissezon, pour accrocher avec ce Priorat - dommage. Je ne connais pas le prix - mais je pense, qu'il doit se situer autour de 8 €.

Je vais être obligée de me ramener une bouteille d'Allemagne, en y mettant le prix, ce coup-ci.

Mais je ne regrette pas, d'avoir fait le voyage dans ma documentation sur les vins Espagnols - et je suis curieuse, de voire les découvertes des autres participants aux VdV!











Commenter cet article

ulysse 29/02/2008

Dans le passionnant livre de Jonathan Nossiter "le goût et le pouvoir" que je viens de lire, cet écrivain cinéaste amateur de bons vins est très critique sur les vins espagnols contemporains qui selon lui , mis à part quelques exceptions comme  Vina Tondaria, Marques de Riscal, marques de Mureita et Quina Vila ont vendu leur âme aux diablotins que sont Parker et Roland pour faire des vins au standard internationaux marqués par le bois et la sucrosité !

Lisa 29/02/2008

C'est ironique d'aller en Allemagne pour acheter du vin espagnol, surtout quand tu habites si proche à la frontière. Il faut que tu fasses un petit voyage peut-être ?J'adore le petit détail qu'il faut un minimum de 13.5 degrés d'alcool en Priorat. Intéressant.

marsha 01/03/2008

On devrait mélanger nos vins ibériques, car le mien avait trop de corps ! Je n'ai pas trouvé une grande selection chez mon caviste non plus donc je me demande si les espagnols consomment la plupart des vins produits chez eux et les vignerons ne sont pas obligés d'exporter.