Lisson - infos autour de la vigne et du vin - et d'autres choses

après le devant maintenant le derrière de la scène

29 Janvier 2008, 16:48pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

Je vous avais déjà parlé du nouveau blog communautaire Fureur des Vivres, qui réunit une bonne dizaine de blogueurs culinaires sous la houlette de Patrick Chazalet. Certains amateurs de grands vins anciens se sont déjà moqués sur un forum de leur penchant pour les vieilles racines... Mais il ne faut pas se laisser tromper par l'image


fureur des vivres

Ces vieilles raves, crosnes et autres topinambours  sont bien ancrés dans l'humus de la tradition culinaire française et  leurs  défendeurs  sont tous biens capables de regarder au delà du bord de leurs assiettes!

Deux articles  ont retenu mon attention aujourd'hui. Tiucha, de saveur passion,  livre  un texte  bien étoffé sur la mémoire du goût. Un sujet  bien important dans les discussions entre vinophiles, d'autant plus que la recherche nous donne de plus en plus d'éléments, qui montrent, que nos appréciations, que nous aimons transformer en notes pseudo objectives, sont souvent plus dépendantes des conditions de nos dégustations. On nous fait facilement prendre un blanc pour un rouge, si on nous couvre les yeux, pour n'en citer qu'un exemple. Plus récemment, des chercheurs ont prouvé que même  l'information sur le prix d'une bouteille, qu'on nous annonce avant - ou de sa prestigieuse étiquette -influence notre jugement, que nous pensions uniquement résultat de notre goût.  Nous sommes donc plus souvent victimes de notre propre conditionnement social que nous ne voulons croire. 

 

De cette étiquette, ou plus précisément de son antipode, la contre-étiquette, nous parle Dominique Hutin dans un billet d'humeur  appelé le pinard déchaîné. Ses photos sont dignes de la rubrique des  apparentements terribles, chers au volatil enchaîné bien connu. Après nos étiquettes donc là maintenant les contre-étiquettes, dont il nous montre quelques belles trouvailles prises au hasard sur un rayon de supermarché, qui peuvent laisser l'amateur (et encore plus le professionnel) songeur... Lisez vous même, ce méritait encore un autre concours des VdV - et je pense, nous en avons pas encore vu, lu, entendu le fin mot.

Allez voire sur fureur des vivresblog à lire sans modération !





Commenter cet article

Tiuscha 29/01/2008

Le billet de Dominique était tout à fait le bienvenu avec cette édition du VdV... Un élément de réflexion que j'ai omis dans mon article (je te réponds doublement ici et sur FdV) : "Tu as raison Iris, le vin est tout à fait concerné par cette question de la mémoire. En l'occurence il y a une mémoire analytique (je déguste, je ne mémorise pas le vin dans son ensemble mais je reconnais la palette aromatique de façon détaillée) et une mémoire globale (je déguste, je ne sais pas isoler les aromes mais je sais identifier le cépage, l'appellation etc...), je me suis demandée si cette distinction entre les deux types de mémoire était sexuée mais je ne crois pas. " Qu'en penses tu ? As tu un avis sur une dégustation "sexuée" ?

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog