Lisson - infos autour de la vigne et du vin - et d'autres choses

Paris et le Vin

22 Décembre 2005, 20:35pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

Est-ce que je vous l’avais déjà dit : ces 24 heures à Paris au retour d’un voyage d’éclair en Allemagne étaient mon « cadeau de Noel » !  Un cadeau consommé avant les fêtes.

Donc pour faire durer le plaisir, je distille mes plaisirs rencontrés pendant ce bref séjour au compte goutte – comme cela, je les déguste une deuxième fois et comme on dit chez moi « geteilte Freude ist doppelte Freude » (plaisir partagé est double plaisir), j’espère, que vous allez aussi trouver du plaisir à lire ses messages.


Paris m’accueille sous le vent et la pluie – gris et froid, je décide donc, de ne pas trimballer mes bagages à travers la ville pour aller goûter les vins de Jean Claude Rateau au Lafayette Gourmet, comme il m’avait gentiment invité, mais de me rendre tout de suite en taxi à mon hôtel Place du Panthéon.

Gabatche que je suis, je me réjouies  de regarder Paris passer devant les fenêtres du taxi, la Pyramide du Louvre, la Seine, les ruelles avec leurs boutiques Rive Gauche, et finalement la Place du Panthéon avec le bâtiment célèbre derrière une haie d’arbres de Noel.

Ma chambre n’est pas encore prête, je laisse donc mes bagages et part à la reconnaissance des alentours. La pluie me mouille, mais au détour d’une rue, je me retrouve rue St Jacques, rue animée, pleins de petites boutiques de tout genre – et vite ma curiosité prend le dessus de la fatigue. Je décide, de ne pas manger au restaurant, pour me garder l’estomac et le palet assez vierge pour la dégustation au Grains Nobles le soir. Mais dans la vitrine d’une petite fromagerie, il y a du pain Poilâne – quelques tranches avec un brie de Meaux bien à point me feront mon casse croute.  Quelques pas plus loin, la devanture d’une librairie islamiste m’abrite – et je trouve le cadeau idéal pour le gentil Monsieur, qui est à l’origine de mon aventure Parisien. Un passionné de vin – donc quoi de mieux, que ce beau livre contenant 40 des quatrains d’Omar Khayyâm, illustrés par des belles photos insolites et des calligraphies crées exprès pour ce livre.  Je vais le feuilleter en attendant la dégustation du soir – m’enivrer des belles pensés  sur l’être et le néant – et le vin - et de ces splendides images.



Toujours rue Saint Jacques, en rejoignant mon hôtel, je découvre une boutique de caviste, bien sûr, cela s’appelle « Les Caves du Panthéon », où un tableau noir annonce une dégustation de vin de Bandol dans l’après-midi. C’est décidé, je reviens ici plus tard !

Je prends possession de ma chambre d’hôtel – un bain chaud (nous n’avons pas de salle de bain à Lisson, c’est donc un plaisir rare pour moi), mes tartines de vraie pain avec le fromage, coupé au laguiole, qui m’accompagne partout – un peu de lecture – et me voilà assez régaillardie pour regagner le petit caviste.

Le vigneron du jour est Raynald Delille du Domaine de Terrebrune à Bandol. Il fait déguster trois de ses millésimes : 2001, 1998 et 1995.




Tous les trois sont élaborés à base de 80% de Mourvèdre, le reste est du Grenache et un peu de Cinsault. Les raisins sont égrappés, donc déjà pour le 2001 un peu plus souples que les vins de notre Clos des Cèdres, élevés en foudre, goût, qu’il me semble reconnaître, cela ne donne pas de tannins de bois, mais un arôme, qu’on trouve encore souvent dans les vins du Languedoc. 2001 à du être un millésime avec beaucoup de maturité, le fruit est bien présent et il y a une pointe de sucrosité, qui reste dans la gorge. Le 1995 se montre bien fondu, un vin évolué, assez fin, que je vois bien accompagner un repas – mais mon préféré est le 1998, plein de force, moins assagi que le 1995, mais déjà sur des arômes plus évolués, plus épicés que le 2001.



Monsieur Delille s’étonne de mes questions sur la vinification et le travail de la vigne – j’admet, que je ne suis pas seulement du métier, mais que je cultive et vinifie aussi du Mourvèdre sur mes terres à Lisson. Cela l’étonne beaucoup, pour lui, pas de Mourvèdre en dehors de Bandol (sauf en Espagne).  Le caviste et moi prenons cela pour de l’humour et je me promets de revenir le lendemain matin, pour ramener aussi un souvenir liquide à Lisson.

Il me reste une heure, pour remettre mes papilles des tannins du Mourvèdre – j’aurais du y penser, je connais bien ce problème, quand je déguste mes Cèdres un peu trop jeunes…


À la recherche d’un bistro, je trouve Le Café de la Nouvelle Mairie, rue des Fossés saint jacques, qui me semble accueillant. Quelle surprise, de m’apercevoir, qu’ils offrent un beau choix de vins à la bouteille, mais aussi au verre.



Le tout sans chichi dans une atmosphère à la bonne franquette. Si je n’étais pas venue pour rincer mes papilles, j’aurais bien goûté quelques crus. Les murs sont ornés d’affiches et illustrations autour du vin, une adresse à retenir.


Maintenant, l’heure approche, et je me rends de l’autre côté de la Place du Panthéon, au caveau de dégustation de Grains Nobles, 5 rue Laplace, où le but de mon voyage, une dégustation des vins du millésime 2002 du Domaine de la Romanée Conti, m’attend.



à suivre...

Commenter cet article

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog