Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Lisson - infos autour de la vigne et du vin - et d'autres choses

Mon beau Sapin

18 Décembre 2005, 18:21pm

Publié par Iris Rutz-Rudel

En vin comme en cuisine, on garde plutôt le meilleur pour la fin, pour augmenter le plaisir et la tension – et tout simplement parce que le meilleur étant l’ennemie du bon, l’ordre envers serait trop décevant.

Pendant mon voyage de la semaine dernière, j’avais la chance, que mes rencontres avec des vins se déroulaient tout naturellement dans ce sens d’ascension, je n’ai qu’à les redonner dans leur chronologie, pour ne pas gâcher votre plaisir à la lecture.

Lors d’un précédant voyage, j’avais découvert, que dans les Thalys (trains à grande vitesse qui relient Paris via Bruxelles avec Cologne ou Amsterdam), on servait des plateaux repas en première classe aux heures de midi, accompagnés par un choix de boissons, dont des petites bouteilles de vin 18,7 cl avec capsule à visse. Je me suis donc sacrifié pour vous, pour en goûter ce coup-ci et mener ma petite enquête sur le choix d’une grande compagnie de transport, qui pourrait aussi se comprendre un peu comme vitrine de produits français pour ses passagers à forte majorité étrangères.

Le choix des rouges portait sur deux flacons, proposés comme « Bordeaux » et « Cabernet Sauvignon ».  Tout en me demandant, s’il n’y avait pas de Cabernet dans le Bordeaux, j’opte pour le Cabernet Sauvignon – peut-être un Vin de Pays d’Oc ? Quelle surprise, ici, on n’est pas seulement polyglotte, mais carrément mondial dans ses choix : le vin vient du Cap. Je lis sur l’étiquette :

Kloof en Berg – South African Ruby Cabernet – wine of  Origin Breede River Valley, 14°

Sous la petite vignette en couleur pastelle qui montre une maison de maître sur fond de massif rocheux et entourée de rangées verdoyantes de vignes, un morceau de poésie m’attend :

“Beauty of the Cape Dutch architecture with the curling white gables of its houses scattered thought the Arcadian country side”  cela dépasse légèrement ma competence d’anglais de cuisine, mais je comprend au moins, que c’est un “Product of the Republic of South Africa”, qui est “Selected, imported and bottled by Paul Sapin at F-71090 D – France.


Les relations de Monsieur Sapin avec la société de transport semblent exclusives, parce que vu de près, les deux autres flacons, en rouge et en blanc, sortent aussi de sa maison sous la marque évocateur de « James Deschartrons », ces deux AOC Bordeaux taisent leur millésimes, mais admettent déjà dans la langue de Shakespeare, qu’ils contiennent du soufre (contains sulphur).

Et maintenant, je ne peux plus repousser le moment de vous dévoiler ma première note de dégustation de ce voyage.

Bon : il était rouge, ce Cabernet Sauvignon du Cap, même rubis, comme promis sur l’étiquette – donc plutôt  la couleur d’un Pinot classique. Il n’a pas du subir des macérations longues pour arriver sur ses 14°. Peut-être qu’il était aidé pour la fermentation par une bonne levure fruité type bonbon anglais. Après ses arômes, à l’aveugle,  j’aurais pu le prendre aussi bien pour un de ces innombrable Carignans, Grenaches ou Cinsaults d’une grosse production en Languedoc – même des Merlots m’ont déjà frappé par se goût  uniforme. Buvable, « sans faute » probablement, mais sans aucune personnalité. Dommage, d’un monsieur venu de si loin et muri au soleil, j’aurais pas forcement attendu des miracles, mais au moins un peu plus de caractère….

Un bon exemple pour la crise de vente actuelle des vins de masse francaises : partout dans le monde, c’est possible de produire des vins industriels et standardisés comme ici, mais apparemment tellement moins cher, que cela vaut encore le coup, de les transporter jusqu’au chai de Monsieur Sapin – au moins lui doit trouver son compte dans l’affaire..





Commenter cet article