Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Lisson - infos autour de la vigne et du vin - et d'autres choses

Vendredi du Vin # 7: les accords inratables

28 Octobre 2007, 15:23pm

Publié par Iris Rutz-Rudel


C’était le sujet donné par le président actuel, Eric B. de „ À boire et à manger “.  Je ne suis pas la reine des accords inratables (pour cela, je suis beaucoup trop curieuse et toujours prête à oser un accord nouveau, donc parfois bien raté). Mais je m’étais quand même décidée de sortir un de ces accords osés et à mon avis pas ratés de mes archives.  Les impondérabilités du Net (problèmes chez le serveur de mon blog), m’ont empêché de le mettre en ligne le vendredi, mais comme Eric m’a encouragé d’arriver même avec un peu de retard, je vous le livre ici.

Il s’agit d’un repas chez des amis, qui m’a déjà servi comme exemple (
ici). J’avais amené les vins – et comme le repas (une bonne choucroute alsacienne comme plat de résistance), n’est pas quelque chose que nous cuisinons souvent chez nous à Lisson, il fallait improviser sur les vins.

choucroute.jpg

Je m’étais décidé d’apporter deux vins bien opposés par leur arômes et leur texture, un liquoreux pour le contraste avec l’acidité du choux – et un vin d’Arbois, bien sec au contraire et plein d’acidité, pour combattre le surcroit de gras, qui représente parfois la charcuterie, qui orne le choux.

À Lisson, comme dans notre Rhénanie natale, le choux se mange souvent cru ou mijoté avec un vin blanc sec (un bon Riesling) – accompagné par une purée et une tranche de rôtie de porc préparé en salaison (donc encore une forme de lacto-fermentation, comme pour le choux) ou très, très légèrement fumé (contrairement aux viandes  fumées très forts, quand trouve pour la choucroute dans les supermarchés du Sud). Avec notre préparation maison, je préfère un bon champagne (comme ici).

arbois-pupillin-overnoy.jpg

Mais venons à mon accord. Un Vin d’Arbois, de Pupillin et de la facture de Pierre Overnoy de 1998, que nous avions ramené d’une mémorable visite chez lui en 2000. Nous l’avons décanté une heure avant le repas, en admirant sa couleur jaune claire et en humant pour la première fois ses arômes plein de saveur et fraicheur.

decanter.jpg
Comme le deuxième vin était un Château de Suronde à la couleur dorée orangée, le plaisir pour les yeux était parfait. Ensuite, les convives autour de la table ont pu choisir selon leur goût avec lequel des deux accompagner le plat. Les bouches sucrées se sont rabattues sur le liquoreux, mais pour moi, l’accord avec les saveurs plus frais et l’acidité plus prononcée du Pupillin était juste ce qu’il me fallait, pour contrebalancer le gras des garnitures et leur fumé assez prononcé.

Pour apprendre plus sur Pierre Overnoy, ce vigneron d'anthologie, ancètre des vins biologiques sans soufre, allez sur le blog d'Olif et tapez Arbois ou Overnoy ou Pupillin.


Pour moi donc un accord pas raté, pour le déclarer « inratable », faudrait bien connaître les goûts des compagnons autour de la table et leur dégré d'ouverture d’esprit et de sens.

Commenter cet article

Bolli 02/11/2007 16:14

Du bist auch aus dem Rheinland? Ich muss mir mal Deine Weine genauer ansehen, kann man die hier in Paris irgendwo probieren?Ich bin Fan von Grauburgunder.......Das choucroute sah toll aus!

Iris Rutz-Rudel 02/11/2007 16:41

Ja, ich bin in Duesseldorf geboren... Der Cavist, bei dem man meine Weine in Paris fand, hat leider in diesem Jahr seinen Laden geschlossen (Les Ultra Vins, nahe der Bastille). Das ist besonders schade, da er einige besonders gute Jahrgänge gehortet hatte, die jetzt langsam trinkreif werden. Mit Grauburgunder kann ich allerdings nicht dienen, ich mache nur Rotweine, darunter eben auch Pinot Noir.Vielleicht ergibt sich ja mal ein kurzes Treffen, wenn ich auf dem Weg nach Duesseldorf wieder durch Paris komme und die Bahnhöfe wechsle, dann bringe ich Dir eine Flasche mit :-)))Die Choucroute war lecker, allerdings nicht auf meinem Mist gewachsen, da es sich um eine Einladung bei Freunden handelte.

Francis 28/10/2007 18:27

Bonjour Iris,C'est de saison, ce midi chez nous aussi c'était choucroute,par cette froidure, un plat copieux nous requinque.Plat unique... j'avais la même approche que toi, un Chardonnay La Mailloche de Stéphane - André"Tissot qui me faisait de l'oeil...mais finalement mon choix c'est fait en Alsace, un riesling sec de Patrick Meyer ... un GC Muenchberg 2004, que je n'avais pas goûté depuis quelque temps.Bien que trop jeune à boire maintenant, encore un adolescent.C'était tant pour le plaisir de regoûter ce vin, et pour faire terroir / terroir ... plat / vin d'Alsace.:o)Tes vins sont ils encore en fermentation ?ici, ça fermente encore un peu, en alcoolique et en malo.Amitiés vigneronnes,Francis 

Iris Rutz-Rudel 29/10/2007 11:36

Salut Francis, c'est vraie, un bon Riesling fait partie es "inratables", je ne connais pas encore les vins de Patrick Meyer, mais les Pfersigberg de Schueller font aussi bon menage, comme les vins de Pierre Frick.On vient de décuver la semaine dernière, les vins sont secs et en train de faire les malos, malgré la fraicheur ambiante.Bientôt la taille, mais les feuilles se portent très bien cette année, il n'y a que le Pinot, qui les a déjà perdu, le reste prend des belles couleurs dorées...

la calmette 28/10/2007 18:06

MMM, j'en ai l'eau à la bouche ! et ton diaporama qui défile dans la marge, c'est bien sympa !

Olif 28/10/2007 17:51

Excellent choix, Iris! Moi, personnellement, pour le plaisir d'ouvrir un Arbois 98 de Pierre Overnoy, je mangerais n'importe quoi avec et je suis sûr que ça serait inratable!

Iris Rutz-Rudel 29/10/2007 11:29

Tout à fait de ton avis, Olif - d'ailleurs, j'ai souvent savouré un très bon vin accompagné d'un plât très simple, genre spaghetti à l'huile d'olive (maison) - pour ne pas boire sur l'estomac vide - ou un bon Chenin liquoreux sur un bon Cheddar ou du bon pain avec un Roquefort fermier...hmmm