Lisson - infos autour de la vigne et du vin - et d'autres choses

Les Français préféraient les étiquettes de vin plutôt traditionnelles

30 Novembre 2005, 20:37pm

Publié par Iris Rutz-Rudel



J’ai trouvé ce sujet ce matin sur la page blog oenoline, qui reprend un article de vitisphère :

« Le cabinet en marketing, Phébos, vient de mener une étude pour savoir "ce qui dans la conception de l'étiquette de la bouteille incite ou freine les Français dans leurs achats de vin." Cinquante étiquettes de vins français et 50 étiquettes de vins étrangers, tous cépages et origines confondus, ont été analysées par un échantillon de 300 consommateurs. La "méthodologie Phébos" focalise sur des réactions spontanées – "j'aime, je n'aime pas", "j'achète, je n'achète pas", et pas sur des commentaires. Selon l'étude, le consommateur français serait à la recherche d'une étiquette présentant les lettres de noblesse du vin. Plus l'étiquette veut attirer l'œil artificiellement, moins elle incite à l'achat, explique Phébos. Les préférences des 300 consommateurs étaient semblables, malgré des différences en termes d'âge, sexe, catégorie socioprofessionnelle ou lieu habituel d'achat. »

J’aurais aimé en savoir plus sur l’échantillonnage des consommateurs, par ce que cela me laisse malgré tout un peu dubitatif. Est-ce que le goût des Français est vraiment si classique ? Cela voudrait dire, que toutes ces belles bouteilles avec des étiquettes « design », des étiquettes faites par des artistes, qui fleurissent depuis quelques années dans les rayonnages, sont plutôt contreproductives pour la vente.

J’arrive à m’imaginer, que chez le vigneron ou dans la boutique d’un caviste, qui conseil et commente des bouteilles, l’étiquette n’est pas le premier critère du choix – l’important est ce que vous avez dans votre verre. Mais dans un linéaire d’un supermarché ou dans un catalogue, bref devant une bouteille inconnue et sans autre conseil, même moi, je me laisse parfois emporter par une belle étiquette.

Du point de vu du vigneron, je pense, qu’on aime bien laisser partir son enfant, qu’on a élevé avec soucie et soin, dans des beaux habits, pour qu’il se présente bien et qu’il représente bien la maison, dont il sort.

Est-ce qu’il n’y aura peut-être pas aussi une correspondance avec les « types de consommateurs » mentionnés dans un autre post de ce blog ?

Pour l’anecdote, je vais vous raconter l’histoire de l’étiquette des vins de Lisson.

Tout avait commencé longtemps avant la première mise en bouteille. Vous imaginez bien, que des premiers projets, en passant par le défrichage, la plantation et les premières années de soins pour les jeunes vignes, il y avait assez de temps, pour réfléchir et rêver au projet de « l’habillage ».

Pendant longtemps, il semblait donc claire, que, correspondant à notre environnement plutôt sauvage, avec ces terres gagnées sur la nature, comme au temps des moines défricheurs, et reflétant les vieilles pierres qui nous entourent, des ogives en pierre sous le toit jusqu’à la cave voûtée, nous allions choisir un model très sobre, tout juste avec une touche moyenâgeuse, sous forme d’une lettrine stylisé à gauche en « L » - peut-être une petite vignette sur les travaux au fil de l’année dans la vigne, pour distinguer les cuvée. Tout cela sur fond de notre amour pour la musique ancienne, les chants grégoriens écoutés et pratiqués dans des vieilles chapelles romanes…

Mais tout devait venir autrement.

Un jour, un ami Canadien, Paul Driessen, nous amena une bouteille pour un repas à Lisson, qu’il avait décoré d’un dessin, petite caricature de Claude et de moi dans un ovale orné d’une petite couronne, dont pendouillaient joyeusement quelques grappes de raisin.

Le vin était bu au cours du repas (je pense, c’était une bouteille de la coopérative de Berlou, qu’il avait dépouillé de son étiquette d’origine), le petit ovale décollé comme souvenir.

Quand nous commencions à amener les premières bouteilles « brutes de cuve » en dégustation chez des amis, j’aimais coller une photocopie du dessin sur les flacons, pour « personnaliser » le cadeau.  Et les amis étaient tous unanimes,  que ce dessin nous « collait comme un gant ». Nous avions oublié notre côté Canard enchaîné, l’humour, qu’il fallait aussi, pour se relever des coups durs de cette période (non, non, je ne vais pas vous parler ici des sangliers, qui mangeaient les premières récoltes) – de la joie de vivre à deux cette aventure, avec des copains et pas qu’en Hermite, qui se prennent parfois trop au sérieux.

Donc du coup, l’étiquette, qui ornait les premières cuvées de Lisson, prenait une autre tournure – et j’y suis restée fidèle à la suite.



Chaque année, quand je découpe les feuilles DIN A 4, sur lesquelles on peut placer 9 étiquettes tête bêche, à la main et j’arrive sur la petite couronne, qui nécessite l’emploie d’un ciseau à ongles, je râle quelques jours après l’idiot, qui a fait ce choix… mais à la fin, je suis fière de mon travail « moulé à la louche » jusqu’au bout.



Il existe une bouteille, qui a eu droit à une autre étiquette, c’est notre vin « spécial » le Bel Hazard. Klaus lui a trouvé une belle étiquette simple (à découper) allongée, qui se mari bien avec la bouteille de 50 cl élancée translucide et sa couleur saumon foncée. La plume reproduite dessus est une trouvaille que j’ai faite lors d’une ballade dans le petit bois au milieu de la vigne. Seul souvenir d’un oiseau, qui était devenu la proie du renard.





et encore un petit reflèt de Lisson dans la bouteille de ce matin pour ceux, qui ont eu le courage de lire jusqu'au bout...


Commenter cet article

Verna 20/10/2007

Bonjour,Inventeur Bordelais, je cherche un partenaire industriel pour développer une contre étiquette de vin permettant de lire les informations concernant une bouteille sans bouger celle-ci de son ratelier, voir :http://www.cellar-label.com Si vous désirez de plus amples informations, je reste à votre disposition.Cordialement,C.Verna

teisserenc 23/08/2009

Internet a la magie de réveiller de bons souvenirs.Avec mes amitiés vigneronnesLouis-Marie Teisserenc

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog