Lisson - infos autour de la vigne et du vin - et d'autres choses

Soirée surprise: Champignons de nos bois - Champagne Boulard La Comète et Jadis 1998 de Barral

3 Novembre 2005, 00:00am

Publié par Iris Rutz-Rudel



Une visite surprise nous ramenait ce soir deux amis, qui venaient de ramasser des champignons pas loin de Lisson. Il était vite décidé, de passer la soirée ensemble et d’improviser un repas. L’ingrédient principal `s'imposait: les champignons de nos amis : cèpes et girolles tout fraîches – accompagnés de « spätzle », pâtes spéciales aux œufs de l’Allemagne du sud – comme entrée un reste de choucroute mijotée 6 heures sur le poêle à bois.



Restait à faire un petit tour dans la cave, pour trouver les vins, qui pourront accompagner ces plats et en faire un petit festin.

Mon choix tombait sur une bouteille de champagne  de chez Francis Boulard, La Comète  1986 pour l’entrée et la cuvée Jadis de Didier Barral de 1998.

 

Petite parenthèse pour l'histoire de cette bouteille:

 

Elle est le fruit d'une belle histoire d'amitié virtuelle entre Francis et moi. Nous nous ont rencontré sur le  Web, sur le forum iacchos, plate-forme d'échange animée de passionnés de vin, qu'ils soient amateurs, cavistes ou vignerons. (Didier Michaud, Francis Poirel, Laurent Barrera, Patrick Baudoin,  Mireille Darret, et tant d'autres, merci, de ces échanges bien instructifs, animés, et amicales qui permettent de  me sentir moins seule et isolé dans mon coin dans les bois:-)! Comme j'avais exprimé mon envie, de goûter cette fameuse cuvée de la Comète, mais que Francis n'en avait plus, il a su amadouer un autre membre du forum, de m'en ceder une - que j'ai pu échanger contre un carton des vins de Lisson, qui est ainsi parti en vallée du Rhône.


 

 

 


Les bulles fines du champagne dans les verres, remplies d’un liquide presque ambré ,surprenaient nos visiteurs. Les arômes d’un vin plein, avec des notes légèrement oxydées, mais bien équilibrées par des arômes de miel et de  fruits  (coing) se mariaient à merveille avec les saveurs de la choucroute savoureuse, qui n'était plus du tout acide, parfumée par quelques morceaux de viande fumée.

 

 




La Comète était trop vite passée – heureusement que le mariage du vin de Didier Barral avec les champignons aux spätzle s’avérait aussi heureux que le précédent !

Cette cuvée Jadis du millésime 1998, Syrah, Grenache et Carignan, nous offre un superbe nez aux arômes de fruits biens mûrs. C'est dense et profond en bouche, un peu animal, changeant encore au cours du repas vers plus de plénitude, c’est ce que j’appelle  un vin naturel, qu'on a envie de boire, généreux et plein,  avec une belle fraîcheur, qui donne envie d’en reboire encore souvent.

Nous sommes unanimes autour de la table : rien ne vaut une visite surprise de bons amis avec un repas improvisé et des vins à la fortune de la cave:-)!




Commenter cet article

aude 03/11/2005

Entièrement d'accord avec toi Iris, mais tout dépend de la cave ! tiens, c'est peut-être pour ça que nous recevons peu de visites surprises... bonne fin de journée dans ton Midi.
(ps : je me suis permise de supprimer les quelques commentaires en double par-ci par-là...)

caveman 06/11/2005

Bonjour Iris,
J'ai bu un Jades de Baral 2001 récentement, absolument formidable..
Est-ce que vous avez gouté son blanc (sans sulfites..100% Terret Blanc)?
Bill

Francis Bd 26/11/2005

Bonjour Iris,

tu as sorti de jolies flutes pour le service cette Comète 1986.
Bravo. Merci.
Comment était le bouchon ?

Personnellement, je préfère déguster les vins de Champagne dans des INAO ou des Spiegelau expert ( plus adaptés encore- amha)pareil à des verres adaptés à la dégustation des vins blancs.
On a une approche mieux définie, plus ample et plus précise dans des verres plus évasés, les arômes s'expriment mieux.
Amha.

Mais bon, les flutes font parties du cérémonial habituel, coutumier, d'apparat du service du champagne.

De ces Comètes,
il m'en reste seulement une petite douzaine dans l'oenothèque, la mémoire, familiale.
Au regard de la tenue des bouchons liège qui semblent *cheviller* avec le temps,
je crois que je vais devoir prochainement les déboucher, pour remettre des bouchons plus jeunes pour les 10 années prochaines qui viennent.
Pacq le liège original semble fatiguer ( infinitif ) prématurément.

Amitiés vigneronnes,

Francis




Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog