Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Lisson - infos autour de la vigne et du vin - et d'autres choses

Vendredis du Vin 4 : des vins „oxydatifs“

2 Juillet 2007, 18:08pm

Publié par Iris Rutz-Rudel



  Comme annoncé vendredi, matin (c‘était 6 heures et je n’allais pas ouvrir une de mes rares bouteilles de vin jaune à la cave avant de prendre le train pour Gap), je vais m’acquitter de mon engagement de participation, d’autant plus qu’Olif m’a déjà réservé pour ainsi dire la place dans son compte rendu.


Et comme souvent dans la vie, on rencontre des solutions à ses problèmes, pourvu qu’on laisse le temps au temps et se tient à l’affut de nouvelles rencontres.


Donc à la place du vin jaune de chez Pierre Orvernoy, qui attendra encore patiemment dans ma cave le passage de convives aptes à l’apprécier à sa juste valeur, ou d’une analyse de Bel Hazard 2000 de Lisson, qu’on m’aura peut-être reproché comme pub éhontée et prêché mal placé pour ma propre paroisse, je peux aujourd’hui vous chanter les louanges d’un accord parfait entre un autre oxydatif bien unique dans son genre et les fromages de chèvres bien affinés des trois dames de la coopérative CAPR’ALP , qui élaborent chez elles leurs magnifiques fromages à pâte pressée ou molle selon les meilleurs traditions de leur région autour de Gap, qu’elles commercialisent ensuite ensemble. Les deux rencontrés au tournant d'un atélier sur les délices au lait cru dans le cadre du programme des journées du Coolporteur à Gap ce week-end.



TIB-56-verre.jpg

Il s’agit d’un vin rosé cuivré aux reflets doré, que ses producteurs appellent „un vin méditatif“ – peut être aussi à cause de son nom énigmatique de TIB56, qui n’est par contre pas le nom d’un tapis tibétain de la série 56, mais une abréviation pour son cépage unique, le Tibouren et la durée de son séjour en barriques: 56 mois. Que ces barriques viennent du Château Yquem, j’admets, on ne le reconnait guère en le dégustant. Qu’il possédait au début un potentiel alcoolique naturel proche de 17% se sent déjà plus facilement.

Et si vous ne l’avez pas encore deviné, je dévoile le secret: c’est un vin nowat de nos amis Laurent et Emmanuelle Dupéré-Barrera, qui, comme le bel hazard, avait débuté sa vie en rosé et l’a continué longtemps et tranquille dans sa barrique sous un voile bienfaiteur, qui lui à conféré des arômes oxydatifs de noisette et d’épices, d’écorce d’agrumes et de plantes méditerranéennes macérées dans l’alcool. Il s’accorde donc à merveille avec des fromages bien affinés, comme il doit bien accompagner des charcuteries de canard ou peut-être même certains plats épicés de la cuisine asiatique – à essayer!

TIB-56.jpg

Donc, déjà un voile de levé: j’aime les vins oxydatifs, à leur moments autant que les moelleux. Peut être par ce que parmi les premiers boissons alcooliques de ma vie étaient des sherries bien secs, qu’on servait en apéritif chez mes amis en Allemagne bien avant que je rencontre le premier pastis en France, qui est aussi resté un de mes derniers....

 Lisson

Commenter cet article

Tiuscha 02/07/2007

Je partage ce goût, je m'y suis collée aussi à ce VDV #4, une fois n'est pas coutume.. Je renouvellerai l'expérience, si le thème et le temps s'y prêtent. HS Je ne désespère pas de rendre ma copie "champagne" dans les jours qui viennent...

Baraou 02/07/2007

Belle trouvaille, et en plus issue de vignerons blogueurs !

Estèbe 03/07/2007

On a aussi hésité à déboucher un Overnoy pour le VdV, ce qui fut fait hier soir (un Houillon 2004) avec dans le verre, comme d'hab', la sensation de plénitude, de vérité et d'infini bachique.